Mi-séance Paris : le CAC40 se reprend avec les meilleures prévisions de croissance pour la zone euro

Mi-séance Paris : le CAC40 se reprend avec les meilleures prévisions de croissance pour la zone euro
bourse

Boursier.com, publié le mercredi 07 juillet 2021 à 12h00

LA TENDANCE

LA TENDANCE

Les investisseurs tentent de se ressaisir ce mercredi après la baisse d'hier qui avait ramené le CAC40 sur les 6.500 points en séance, tandis que Wall Street a finalement mieux terminé la séance que prévu hier soir, de retour d'un long week-end d'Independence Day... L'indice CAC40 reprend 0,4% à 6.532 pts, alors que le Nasdaq s'est même hissé en clôture à un nouveau record malgré une petite déception sur l'activité dans les services en juin aux Etats-Unis... Les cours du pétrole ont corrigé le tir, après un appel de Washington à l'Opep+ pour trouver un compromis permettant de poursuivre la remontée de la production mondiale pour faire face à la reprise de la demande... Le baril reste quand même proche de 75 dollars, à la fois pour le Brent et le WTI.

La Commission européenne a revu à la hausse aujourd'hui ses prévisions de croissance pour la zone euro. Elle table désormais pour cette année sur une croissance de 4,8% du produit intérieur brut (PIB) des 19 pays ayant adopté la monnaie unique, contre 4,3% prévu en mai. Cette révision marquée s'explique principalement par l'impact de la réouverture des économies nationales au deuxième trimestre, qui a profité au secteur des services et devrait relancer le tourisme, explique la Commission. Ce rebond devrait se poursuivre en 2022 avec une croissance attendue désormais à 4,5%, contre 4,4% prévu au printemps.

VALEURS EN HAUSSE

* 2CRSi (+6%) a annoncé avoir reçu une nouvelle commande d'un client historique du secteur pétrolier. Le client est un leader mondial des services géoscientifiques, dont la technologie de pointe nécessite une puissance de calcul très importante. Les équipes du client ont toujours placé l'efficacité énergétique et le TCO (coût total de possession) au sommet de leurs attentes ; elles sont donc sensibles depuis plusieurs années aux solutions innovantes et économes en énergie conçues par 2CRSi.

* Thales s'adjuge 0,8% à 89 euros, sur un sommet d'un an. Le titre du groupe d'électronique et de Défense continue à être recherché à l'approche de sa publication semestrielle, le 23 juillet prochain. Il aligne d'ailleurs une septième séance consécutive dans le vert ce matin. Oddo BHF estime que cet évènement devrait à minima permettre de resserrer vers le haut la fourchette des objectifs annuels de revenus (entre 17,1 et 17,9 MdsE contre 17,748 MdsE pour la médiane du consensus FactSet) et de marge EBIT (entre 9,5% et 10% contre 9,8% pour le consensus). Le broker table en effet sur un semestre solide à tous niveaux. Au-delà des résultats, l'analyste sera attentif aux commentaires concernant le redressement de l'aéronautique civile ainsi que l'évolution du portefeuille (cession et acquisition).

* Saint-Gobain remonte de 1,2% à 56,9 euros après avoir finalisé la vente de deux enseignes de distribution en Espagne, La Plataforma de la Construccion au groupe BigMat, ainsi que Discesur à Group Jorge Fernandez en association avec Group Terrapilar. Avec 16 points de ventes et près de 700 employés, ces deux enseignes ont réalisé un chiffre d'affaires d'environ 140 millions d'euros en 2020. En février 2021, Saint-Gobain avait déjà annoncé la cession des enseignes Sanigrif et Saniplast. Ces opérations s'inscrivent dans la stratégie de poursuite de l'optimisation du portefeuille de Saint-Gobain, visant à améliorer le profil de croissance et de rentabilité du Groupe. Parmi les derniers avis de brokers, Jefferies a ajusté son objectif de cours de 61,4 à 64 euros avec un avis à 'conserver'.

* EDF gagne 1,1% à 11,3 euros. Deux jours après avoir rehaussé son objectif de production nucléaire en France pour l'ensemble de l'année 2021, EDF relève sa guidance d'Ebitda. L'énergéticien table désormais sur un Ebitda à plus de 17,7 milliards d'euros contre une prévision de plus de 17 milliards d'euros précédemment.

VALEURS EN BAISSE

* Orange trébuche de 1,6% à 9,4 euros en fin de matinée sur la place parisienne. La pression vendeuse sur le titre est à relier à une note de Citi qui vient de dégrader l'opérateur télécoms à 'vendre'. Le groupe dévoilera ses résultats du premier semestre 2021 le 29 juillet.

* Alstom recule encore de 3,5% à 38,7 euros ce mercredi, toujours plombé par ses dernières annonces du groupe concernant Bombardier... Le groupe ferroviaire a en effet indiqué s'attendre pour l'année fiscale 2021-2022 à un flux de trésorerie libre négatif important, alors que le groupe se concentre sur les projets difficiles hérités de l'activité ferroviaire de Bombardier. Au cours du premier semestre de son exercice décalé, Alstom prévoit désormais un flux de trésorerie libre négatif à hauteur de 1,6-1,9 milliard d'euros, et qui devrait résulter en un cash-flow libre significativement négatif en 2021-2022. À moyen terme, l'horizon semble toutefois nettement plus dégagé. Entre 2020-2021 (chiffre d'affaires proforma de 14 MdsE) et 2024-2025, Alstom vise ainsi un taux de croissance annuel moyen supérieur à 5%, soutenu par une forte dynamique de marché et un carnet de commandes inégalé de 74,5 MdsE garantissant environ 30 MdsE de chiffre d'affaires sur les 3 prochaines années.

* BNP Paribas recule encore de 1% à 51,4 euros, alors que le compartiment bancaire reste sous pression dans le sillage de la détente observée sur les taux obligataires après plusieurs indicateurs de conjoncture plutôt décevant aux Etats-Unis... La croissance de l'activité dans le secteur des services a en effet ralenti plus nettement qu'anticipé en juin, selon l'enquête mensuelle de l'Institute for Supply Management. L'indice ISM des services est ainsi passé sur un mois de 64 (un record) à 60,1, contre un consensus de 63. Parmi les derniers avis de brokers, Goldman Sachs a malgré tout ajusté sa cible en hausse sur le dossier, de 67 à 69 euros, en restant à 'acheter' sur BNP Paribas.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.