Mi-séance Paris : le CAC40 temporise

Mi-séance Paris : le CAC40 temporise
bourse

Boursier.com, publié le mardi 12 janvier 2021 à 12h00

LA TENDANCE

LA TENDANCE

Peu d'évolution du CAC40 ce mardi : l'indice parisien évolue entre 5.650 et 5.680 points depuis ce matin et se stabilise autour de 5.660 points en fin de matinée. La période des publications annuelles n'en est qu'à son début mais va progressivement animer le marché.

La cote américaine s'affiche encore hésitante avant bourse ce mardi, au lendemain d'une sanction menée par le Nasdaq (-1,25%). Le rendez-vous économique majeur de la semaine aux USA est attendu jeudi. Joe Biden présentera alors son plan économique face à la pandémie. Il a indiqué que ce plan représenterait des milliers de milliards. De nouveaux 'chèques de relance' sont attendus, une extension des allocations chômage, des financements aux États et gouvernements locaux, ainsi qu'un soutien bien évidemment à la distribution de vaccins. Compte tenu du niveau très élevé du plan, certains espèrent par ailleurs des dépenses d'infrastructures. Biden a souligné la nécessité d'une action immédiate, tirant avantage des taux bas.

VALEURS EN HAUSSE

* Renault gagne 1,5% à 36,8 euros. Le constructeur au losange a indiqué qu'il visait un redressement de sa rentabilité après avoir vu ses ventes mondiales trébucher de 21,3% en 2020 (2.949.849 unités) dans le contexte de la crise sanitaire, qui a tout particulièrement plombé l'activité commerciale au premier semestre. En comparaison, le marché automobile a régressé de 14,2%. En Europe, zone qui représente environ la moitié de l'activité commerciale, les ventes ont décliné de 25,8%. Dans le reste du monde, les ventes ont baissé de 16,5%, dont -45% au Brésil. Point positif, le groupe a doublé ses ventes de véhicules électriques en 2020 à 115.888 en Europe. Le groupe dit toutefois débuter l'année 2021 avec un niveau de commandes supérieur à celui de 2019, un niveau de stock en baisse et un positionnement de prix en hausse sur l'ensemble de la gamme.

* Beneteau progresse d e4% à 10,87 euros. Le plaisancier bénéficie du soutien d'Oddo BHF qui a rehaussé sa recommandation à 'neutre' tout en portant son objectif de 7 à 11 euros. Le broker évoque des tendances actuelles rassurantes tandis que les réseaux de distribution sains et la stratégie mise en oeuvre accréditent le plan de développement à horizon 2025 (le groupe pourrait même être en avance d'un an).

* Solutions 30 (+2,5% à 13,2 euros) a annoncé la signature d'un gros contrat de 210 millions d'euros avec TIM (Telecom Italia). Ce contrat sera opéré par une alliance conduite par Solutions 30 qui réalisera 60% des services. TIM (Telecom Italia) confie ainsi à Solutions 30 le déploiement de son réseau fibre dans le Piémont et la Vallée d'Aoste. Ce contrat, d'un montant de 210 ME sur 5 ans, s'inscrit dans le vaste projet de réseau unique de fibre optique en Italie.

* Engie et Veolia progressent d'un peu plus de 2%.

* STMicroelectronics gagne 1,3% à 33,8 euros. La Deutsche Bank a relevé sa cible de 35 à 39 euros ('acheter').

VALEURS EN BAISSE

* Eramet plonge de 10% à 41,7 euros, les investisseurs s'inquiétant du sort de la 'Société Le Nickel' (SNL). Malgré des avancées majeures au niveau du plan de sauvetage de la filiale d'Eramet, cette dernière se trouve dans une situation critique début 2021 dans un contexte sociétal très perturbé. Eramet explique que l'entreprise est la victime collatérale d'un conflit local, lié à la situation de Vale Nouvelle-Calédonie, dont elle n'est pas partie prenante. La SLN est contrainte d'ajuster au jour le jour ses activités minières et métallurgiques en fonction des perturbations sur mines qui affectent également le chargement des navires de minerai. Cette marche très dégradée met en danger les fours de l'usine et pèse financièrement sur l'entreprise. Dans ce contexte, la SLN qui est actuellement en procédure de mandat ad hoc, va solliciter dans les prochains jours une procédure de conciliation auprès du président du Tribunal de Commerce mixte de Nouméa. La société ne peut exclure, en cas de dégradation de sa situation, l'ouverture d'une procédure collective qui pourrait intervenir dans les prochaines semaines.

*Plus forte baisse du CAC40, L'Oréal recule de 1,7% sur les 300 euros. Bryan Garnier a pourtant revalorisé L'Oréal de 313 à 335 euros ('conviction à l'achat').

Vos réactions doivent respecter nos CGU.