Mi-séance Paris : le CAC40 tente de sortir de la zone rouge

Mi-séance Paris : le CAC40 tente de sortir de la zone rouge
Traders sur le floor du New York Stock Exchange.

Boursier.com, publié le vendredi 30 octobre 2020 à 12h00

LA TENDANCE

A nouveau pas mal de volatilité en bourse de Paris avec un CAC40 qui a débuté en baisse de 1,1% à 4.519 points avant de se lancer dans un mini rallye lui permettant d'effacer entièrement cette baisse initiale et de remonter proche des 4.600 points. A l'approche de la mi-journée, l'indice parisien progresse légèrement de 0,2% à 4.580 points après presque 7% de baisse cumulée depuis le début de la semaine.

Les investisseurs ne savent plus trop sur quel pied danser ! Le flou entoure le futur de l'économie française et les bénéfices à venir de ses entreprises alors que débute aujourd'hui le reconfinement dans l'hexagone. Et pourtant, le PIB français du 3ème trimestre, à +18,2%, est ressorti au-delà des espérances ! Hélas, le reconfinement risque de faire plonger à nouveau l'économie française dans le rouge au 4ème trimestre. C'est tout le problème pour les marchés, d'autant que le risque de contestation du scrutin américain refait surface.

Aux Etats-Unis justement, Alphabet, Amazon, Apple : hier soir les Gafam n'ont pas déçu avec des résultats trimestriels extrêmement solides et même au-delà des attentes. Mais la prudence de ces groupes, pour la suite, a malgré tout quelque peu douché les investisseurs. De son côté, la Banque centrale européenne a laissé entendre très clairement jeudi qu'elle se tenait prête à ajuster ses mesures de soutien dès sa prochaine réunion. De quoi constituer, une nouvelle fois, une soupape de sécurité pour les marchés...

VALEURS EN HAUSSE

* Saint-Gobain s'adjuge près de 4% à 33,2 euros, dopé par le relèvement de ses objectifs annuels. Le spécialiste des matériaux de constructions a enregistré une forte reprise de sa croissance interne au troisième trimestre (+3,2%) avec un chiffre d'affaires global de 10,13 MdsE (-6,2%). Compte tenu de la croissance des ventes et des résultats au 3e trimestre, le Groupe anticipe désormais au second semestre une progression du résultat d'exploitation à structure et taux de change comparables par rapport au second semestre 2019, hors impact majeur nouveau de la récente dégradation sanitaire. Grâce à sa forte exposition au marché de la rénovation, le Groupe est idéalement placé pour bénéficier des plans de relance verte nationaux et européens en faveur de la transition énergétique qui devraient soutenir la croissance structurelle de Saint-Gobain.

* Total (+2,6% à 25,8 euros) pointe dans les premières positions du CAC40 ce vendredi. Il faut dire que la major pétrolière a largement dépassé les attentes des analystes au troisième trimestre et a maintenu son dividende. Si le résultat net ajusté a fondu de 72% à 848 millions de dollars, il ressort nettement supérieur au consensus (478 M$). Le groupe est parvenu à générer un cash-flow de 4,3 Mds$ (-41%) et a réduit son taux d'endettement à 22% compte tenu de la discipline affichée sur les investissements et les coûts. Il affiche un point mort cash organique inférieur à 25$ le baril. Alors que la production a reculé de 11%, à 2,715 Mbep/j sur le trimestre, Total a ramené sa prévision annuelle de production à moins de 2,9 millions de barils équivalent pétrole par jour, contre 2,9 à 2,95 Mbep/j attendus précédemment, en raison de "la discipline stricte avec laquelle l'Opep+ applique ses quotas".

* Safran (+3% à 90,2 euros) a publié des ventes de 3,382 milliards d'euros au troisième trimestre, en recul de 44,5% par rapport à l'année dernière, mais stables par rapport au trimestre précédent. De quoi encourager le groupe aérospatial à confirmer ses prévisions pour l'ensemble de l'année malgré les nouveaux confinements mis en place pour faire face à l'épidémie liée au nouveau coronavirus en Europe. Le chiffre d'affaires de Safran au troisième trimestre a chuté de 42% en données organiques, pénalisé par sa division aérospatiale.

* Verallia bondit de 10 % à 23,9 euros. L'EBITDA ajusté est resté quasiment stable sur les 9 premiers mois de l'année à 474 ME (-0,7% et +3,9% à taux de change et périmètre constants). Sur le troisième trimestre, l'EBITDA ajusté est en hausse de +6,5 % et atteint 176 ME. La marge d'EBITDA ajusté s'est maintenue sur les 9 premiers mois de l'année à 24,3% contre 24,2% sur les 9 premiers mois de 2019. Sur le troisième trimestre, la marge a atteint 25,8%. Verallia anticipe désormais pour 2020 : des volumes de vente en léger retrait par rapport à 2019 (environ -5% auparavant) et une croissance organique du chiffre d'affaires légèrement positive, un EBITDA ajusté d'environ 590 ME (légèrement au-dessus de 543 ME auparavant).

* FNAC Darty gagne 5% à 35,5 euros. En ce premier jour de reconfinement, les magasins de Fnac Darty seront ouverts... Alors que le nouveau confinement annoncé par Emmanuel Macron mercredi dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid-19 amène son lot de restrictions et de fermetures d'établissements, comme au printemps dernier, le distributeur de produits culturels, informatiques et électro-ménagers estime que "les conditions fixées par le gouvernement pour ce nouveau confinement" permettent à ses magasins de rester ouverts. "Ce matin, nous ouvrons tous nos magasins, partout en France", a-t-on indiqué à 'Europe 1' ce vendredi du côté de l'enseigne. "On vend des ordinateurs, des téléphones, de l'électroménager, tout ce qu'il faut pour télétravailler. On peut donc ouvrir. C'est autorisé", a assuré Fnac Darty.

* Eutelsat Communications (+2% à 8,54 euros) a réalisé un chiffre d'affaires de 315,3 millions d'euros sur le premier trimestre de son exercice 2020-2021, en légère baisse de 0,7% sur une base publiée et de 0,8% sur une base comparable. Au 30 septembre 2020, les satellites d'Eutelsat diffusaient 6.683 chaînes, en baisse de 4% sur un an.

VALEURS EN BAISSE

* Air France KLM (-3% à 2,7 euros) a fait état vendredi d'une perte d'exploitation de 1,05 milliard d'euros au troisième trimestre et a prévenu que la situation allait encore se dégrader, alors que la deuxième vague de l'épidémie due au nouveau coronavirus provoque le retour de restrictions de déplacement en Europe, jusqu'à un reconfinement en France.

* Ubisoft chute de 7,20% à 76 euros, sanctionné après la révision de ses objectifs annuels en raison du décalage de Far Cry 6 et de Rainbow Six Quarantine sur l'exercice suivant, deux titres à forte contribution, en raison des défis de production liés au travail à domicile en lien avec la crise sanitaire actuelle. L'éditeur de jeux-vidéo table désormais sur un 'Net Booking' compris entre 2,2 et 2,35 MdsE (contre 2,35 à 2,65 MdsE précédemment) et un résultat opérationnel non-IFRS allant de 420 ME à 520 ME (contre 400 à 600 ME). Sur le deuxième trimestre de son exercice 2020-2021, le groupe a enregistré un net bookings de 344,7 ME, nettement supérieur à l'objectif d'environ 290 ME. Le chiffre d'affaires IFRS 15 a atteint 329,7 ME, en baisse de 1,3% (en hausse de 1,6% à taux de change constants).

* Amundi (-1% à 55,6 euros) a publié une nouvelle amélioration de sa collecte d'encours et de ses résultats au titre du troisième trimestre dans la foulée du redressement observé sur la période avril-juin. Le groupe a fait part d'encours sous gestion en progression de 6,4% sur un an à 1,66 milliard d'euros. La direction explique cette hausse par une amélioration de la collecte nette qui a représenté 34,7 milliards d'euros sur le trimestre écoulé, l'intégration des encours de Sabadell AM au 1er juillet 2020 (+ 21 milliards d'euros) et un effet de marché positif (+15 milliards d'euros). Sur le trimestre écoulé, le résultat net ajusté d'Amundi est ressorti en progression de 2,3% à 235 millions d'euros, comparé à la même période il y a un an. Sur 9 mois, il est en repli de 8,3% à 674 millions d'euros, en raison de la baisse des marchés financiers.

* Casino (-1,8% à 19,3 euros) a publié un chiffre d'affaires trimestriel de 7,4 MdsE, en croissance de +6,2% en comparable, avec un EBITDA de 599 ME. En France, le chiffre d'affaires est stable en comparable et l'EBITDA ressort en forte progression de +46 ME sur le trimestre grâce aux plans de baisse de coûts et à la progression de la marketplace Cdiscount.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.