Mi-séance Paris : le CAC40 tente la passe de quatre

Mi-séance Paris : le CAC40 tente la passe de quatre©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 28 mai 2020 à 12h00

LA TENDANCE

Le vent d'optimisme souffle toujours dans les salles de marché européennes ce jeudi avec, à Paris, un CAC40 qui progresse de 0,49% à 4.712 points et aligne une quatrième séance consécutive dans le vert. Les espoirs d'une reprise économique rapide, grâce au reflux de la pandémie de coronavirus aux Etats-Unis et en Europe, soutiennent toujours la tendance malgré des tensions de plus en plus fortes entre Pékin et Washington autour de la situation à Hong-Kong. Ce matin, le parlement chinois a approuvé à une écrasante majorité le projet de loi sur la sécurité nationale dans l'ex-colonie britannique, qui permet à Pékin d'affirmer un peu plus son autorité sur le territoire.

En France, Edouard Philippe annoncera cet après-midi la poursuite du déconfinement qui devrait passer par la réouverture des hôtels et des bars-restaurants en 'zone verte' dès la semaine prochaine.

Aux Etats-Unis, le programme macro est très étoffé ce jeudi avec les commandes de biens durables d'avril (14h30), une nouvelle estimation du PIB du premier trimestre (14h30), les inscriptions hebdomadaires au chômage (14h30), les promesses de ventes de logements d'avril (16h00) et le rapport hebdomadaire du Département à l'énergie sur les stocks pétroliers domestiques (16h30).

VALEURS EN HAUSSE

* Figeac Aero gagne encore 6,5% à 3,6 euros. Le sous-traitant aéronautique a dévoilé hier, au titre de son exercice 2019-2020, des revenus de 441,6 ME en progression de +3,2% et de 0,7% à périmètre et taux de change constants. Pour l'exercice clos, la rentabilité sera mécaniquement impactée par la baisse d'activité du mois de mars, néanmoins, Figeac Aéro anticipe un niveau d'EBITDA globalement en ligne avec les attentes du consensus. Le niveau de Free Cash-Flows reste maîtrisé au 31 mars grâce aux actions d'amélioration de la performance engagées depuis le début de l'exercice qui avaient déjà commencé à porter leurs fruits dès le second semestre.

* TF1 et M6 s'adjugent respectivement 2,5% et 2,6%, dopés par une note d'analyste. JP Morgan a en effet rehaussé de 'neutre' à 'surpondérer' sa recommandation sur les deux groupes de médias et vise désormais un cours de 7 euros sur la 'une' et de 12,90 euros sur la 'six'.

* Accor gagne encore 3,5% à 26,3 euros, porté par les attentes de réouverture de l'économie. Le premier ministre, Edouard Philippe, doit dévoiler jeudi à 17 heures la "phase 2 du déconfinement" en France, qui devrait se traduire par la réouverture des bars et restaurants, au moins dans les zones vertes. Par ailleurs, le groupe hôtelier a indiqué voir des signes de reprise de la demande aux Émirats arabes unis et en Arabie saoudite. "Alors que l'environnement mondial reste difficile pour l'industrie, des signes positifs commencent à apparaître dans les Émirats arabes unis et en Arabie saoudite, a déclaré Mark Willis à 'Bloomberg TV'. "Vous pouvez sentir l'ambiance positive à Dubaï en particulier", a souligné le directeur général de la zone 'Moyen-Orient et Afrique'.

* Thalès grimpe de 3,3% à 71 euros. Un flux acheteur également nourri par une note du Crédit Suisse qui est passé de 'sous-performer' à 'neutre' sur le dossier en portant sa cible de 75 à 78 euros. S&P a par ailleurs abaissé de 'A-' à 'BBB+' la note émetteur long terme du groupe de Défense, estimant que la société n'allait pas être épargnée par les répercussions liées à la crise du Covid-19 : "nous pensons que les perturbations liées au Covid-19 vont ralentir les perspectives de désendettement de Thales".

* Hermès grimpe de 2,6% à 730,6 euros, sur un nouveau sommet historique. Le sellier a mieux résisté à la crise que ses concurrents au premier trimestre grâce notamment à un "incroyable" mois de janvier dopé par le nouvel an chinois. Si le fabricant de sacs à main Birkin a averti que le deuxième trimestre serait plus compliqué, il a réitéré le mois dernier son objectif de progression du chiffre d'affaires à taux constants ambitieux. Bernstein a confirmé hier son avis 'surpondérer' sur la valeur avec un objectif de 630 euros.

* Safran prend 1,5% à 89 euros. Boeing a annoncé la reprise de la production du 737MAX, à un rythme toutefois peu élevé. L'appareil est cloué au sol depuis mars 2019 à la suite de deux crashs mortels qui ont coûté la vie à plus de 300 personnes.

* MBWS (+0,5% à 1,1 euro) après la publication de ses comptes annuels. Si le groupe de spiritueux est resté dans le rouge, son Ebitda s'est amélioré, à -12,1 ME contre -27,2 ME un an plus tôt, grâce à une meilleure marge brute et à la baisse de près de 20% des charges externes sur l'exercice, et notamment des dépenses de marketing. Même si les premiers résultats de l'exécution du plan stratégique sont encourageants, l'incertitude et la durée de la pandémie globale Covid-19 ne permettent pas à date à la direction d'évaluer précisément l'impact de la crise sur son activité prévisionnelle 2020. En conséquence, le Groupe ne peut confirmer à ce stade l'objectif d'Ebitda à l'horizon 2022 précédemment annoncé.

VALEURS EN BAISSE

* Elior consolide de 6% à 6,1 euros après avoir repris près de 30% depuis le début de la semaine. Midcap Partners a dégradé la valeur à 'vendre' avec un objectif de 5,3 euros, évoquant notamment la fiable visibilité sur le secteur alors que la publication des comptes intermédiaires n'a apporté que peu d'éléments nouveaux. Le groupe de restauration collective sous contrat a fait état mercredi d'un chiffre d'affaires en baisse de 6,2% et d'une perte nette au premier semestre de son exercice 2019-2020 en raison de l'impact de la crise du coronavirus. A 'performance de marché' sur le dossier, Bernstein évoque des résultats conformes à la pré-publication d'il y a trois semaines et souligne le fait que le manque de nouvelles informations est décevant étant donné que nous sommes maintenant fin mai.

* BNP Paribas recule de 2% à 33,1 euros, avec Societe Generale (-3,2% à 13,9 euros) et Credit Agricole (-1,1% à 7,9 euros). Les banques subissent quelques dégagements après leur forte hausse des derniers jours.

* Faurecia cède 2,9% à 36 euros, également victime de prises de profits. Le titre de l'équipementier automobile vient d'aligner six séances de progression, porté notamment par le plan de soutien à l'industrie dévoilé mardi par le Président de la République.

* EDF (-0,6% à 8 euros). Le niveau de sûreté des installations nucléaires françaises est resté "acceptable" mais la rigueur dans l'exploitation des centrales d'EDF a reculé en 2019, a déclaré le président de l'Autorité de sûreté nucléaire. Lors d'une audition au Sénat pour présenter le rapport annuel de l'ASN, Bernard Doroszczuk a également souligné la "saturation" des capacités d'ingénierie d'EDF, confronté à un important programme de maintenance et d'investissements pour prolonger la durée de vie du parc nucléaire français. "L'ASN considère que la rigueur d'exploitation des centrales nucléaires d'EDF est en recul en 2019".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.