Mi-séance Paris : le krach boursier se poursuit !

Mi-séance Paris : le krach boursier se poursuit !
Trader catastrophé sur le floor du NYSE.

Boursier.com, publié le lundi 16 mars 2020 à 12h00

LA TENDANCE

Encore une fois, les marchés européens n'auront pas eu le temps de souffler et de profiter du rebond de Wall Street (près de +10% vendredi). Les nouvelles mesures sanitaires liées à l'épidémie de coronavirus prises ce week-end plongent les marchés dans l'inconnu et provoquent de nouvelles ventes massives avec de moins en moins de contreparties à l'achat. En bourse de Paris, le CAC40 s'effondre de 9% autour de 3.750 points après avoir perdu 20% la semaine dernière. Madrid perd aussi 9% et le Dax allemand 8% en milieu de journée.

Personne n'a donc a solution pour calmer les marchés alors que le nouveau "QE" de la Fed de 700 Milliards de Dollars annoncé cette nuit ne fait aucun effet sur les places européennes. En plus du 'QE', la Fed, qui avait déjà effectué une baisse surprise d'un demi-point du taux des "fed funds" le 3 mars, dans une fourchette de 1% à 1,25%, l'a donc cette fois ramené entre 0% et 0,25%. Elle a surpris une nouvelle fois les marchés en devançant sa réunion prévue mardi et mercredi prochains.

Les investisseurs ont les yeux rivés sur les statistiques des nouveaux cas et morts du coronavirus. Seule une inversion de tendance à ce niveau pourrait sans doute inverser la tendance boursière. En attendant, ils s'affolent d'un monde à l'arrêt et d'économies lourdement affectées. Les mesures de soutien se multiplient, à l'image des 550 Milliards d'Euros annoncés par l'Allemagne. Du jamais vu depuis la seconde guerre mondiale. En France, la BPI va renforcer son soutien à l'économie. Du côté de la Chine, si l'épidémie semble enrayée, on mesure d'ores et déjà les conséquences sur l'économie. Elle a encaissé une chute de la production industrielle de 13,5% et des investissements de 24,5%.

VALEURS EN HAUSSE

* Aucune hausse sur le SBF120 ou le CAC40.

* Le secteur de la distribution se distingue en limitant sa baisse à l'image de Casino (stable) ou Carrefour (-1%). Un des rares secteur qui connaît actuellement une hausse d'activité avec la fermeture des lieux de restauration sur place depuis dimanche soir.

VALEURS EN BAISSE

* Première grosse victime de la crise actuelle : Solocal s'effondre de presque 60% à 0,1 euro. Le groupe a dû suspendre le paiement du coupon trimestriel lié à l'obligation arrivant à échéance en mars 2022, qui devait avoir a eu lieu aujourd'hui. Le groupe va prendre contact avec ses détenteurs d'obligations afin de négocier un report de paiement. La firme informera ses actionnaires sans délai excessif du résultat des négociations avec des détenteurs d'obligations, ainsi que de l'évolution de son activité commerciale qui dépend étroitement des commerces de proximité, pour la plupart à l'arrêt depuis dimanche soir...

* Fnac Darty est directement impacté par les dernières annonces du gouvernement pour tenter d'endiguer l'épidémie de coronavirus dans l'Hexagone. Le titre du numéro 1 français de la distribution de produits culturels et de loisirs s'effondre de 27% à 17,1 euros en matinée, alignant une huitième séance consécutive dans le rouge. Face à l'accélération de la progression du COVID-19, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé ce weekend la fermeture des restaurants, des cafés, des cinémas, des discothèques et des autres établissements publics et commerces non essentiels.

* TechnipFMC (-15% sous les 5 euros) soulignait ce matin que les conditions de marché ont considérablement changé en raison de l'épidémie de COVID-19, de la forte baisse des prix des matières premières et de la volatilité accrue des marchés boursiers mondiaux. "L'impact de ces événements a créé un environnement de marché qui n'est pas actuellement propice à la séparation prévue de la Société en TechnipFMC et Technip Energies" souligne le groupe.

* Total abandonne encore 6% à 24,5 euros pendant que le baril dégringole encore de 8% à 31 dollars sur le Brent.

* Plus forte baisse du CAC40, Renault plenge de 20% à 13,4 euros, au plus bas depuis le début de l'année 2009. Le constructeur automobile, dont la capitalisation boursière a fondu de plus de 60% depuis le premier janvier, pèse désormais moins de 4 milliards de dollars. Un porte-parole du groupe a annoncé hier que deux usines espagnoles de Renault, à Valladolid et Palencia, cesseront de produire ce lundi et mardi faute d'approvisionnement en pièces détachées.

* Un peu comme la distribution, Danone (-2,8%) fait partie des valeurs du CAC40 les moins impactées.

* ADP (-16% à 78 euros) considère qu'il ne sera pas possible d'atteindre les prévisions d'EBITDA 2020 si la tendance observée sur les 14 premiers jours de mars se poursuivait et, a fortiori, si elle devait s'amplifier. Il est par ailleurs trop tôt pour estimer les impacts de la situation sur les objectifs 2016-2020 du plan Connect 2020. L'hypothèse de durée de rétablissement du trafic serait de 3 mois. Sur la base de ces hypothèses, la perte d'EBITDA du Groupe ADP en valeur absolue serait de l'ordre de 190 ME.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.