Mi-séance Paris : le rattrapage se poursuit

Mi-séance Paris : le rattrapage se poursuit©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 16 février 2018 à 12h00

LA TENDANCE

La bourse de Paris poursuit son rattrapage avec une fin de semaine riche en publications qui animent le palmarès. Le CAC40 gagne 0,7% en fin de matinée à 5.258 points après avoir progressé d'un peu plus de 1% ce matin. Sur la semaine, on reprend 3,5% avec 4 séances sur 5 dans le vert. Tout cela dans le sillage de Wall Street qui continue d'aligner les séances de rebond, la cinquième consécutive hier soir en l'occurrence. Les investisseurs font fi du risque inflationniste aggravé pour l'économie américaine. Comme si, cet élément désormais intégré, laissait place à des considérations plus pragmatiques sur la réalité de la bonne tenue de l'économie américaine. Attention aux conséquences de la remontée de l'euro / dollar au-dessus de 1,25 contre 1,225 en début de semaine.

VALEURS EN HAUSSE

* EDF (+7% à 10,83 euros) ne doit pas être fâché d'en finir avec un exercice 2017 truffé d'avertissements sur les résultats. Le groupe a annoncé des chiffres médiocres, sans surprise, plombés par les arrêts de centrales nucléaires. Il a en revanche réitéré ses prévisions 2018 et sert un coupon de 0,46 euro, qui offre un rendement proche de 4,6%.

* Airbus prolonge sa hausse de 1,5% à 94,1 euros, de retour au plus haut et visiblement porté par des rachats de positions vendeuses.

* Danone (+2,5% à 65,7 euros) a publié des résultats 2017 plutôt supérieurs aux attentes, mais les volumes restent déprimés, notamment dans les produits frais et d'origine végétale. Le groupe se concentre sur sa stratégie de faire progresser dans un premier temps ses résultats avant de pouvoir accélérer sur la croissance. Un coupon de 1,90 euro est proposé.

* Renault (+2,7% à 88,3 euros) a bouclé l'année 2017 sur un nouveau record de ventes, de chiffre d`affaires, de marge opérationnelle et de résultat net. Fort de ces résultats, le groupe va augmenter son dividende à 3,55 euros par action.

* Eutelsat (+8,7% à 18,4 euros) a subi une baisse de -19% de son bénéfice 2017 à 156,5 ME. Eutelsat confirme l'ensemble des objectifs financiers pour cet exercice et les exercices suivants.

* TF1 (+0, 5% à 11,78 euros) : le groupe, en marge de ses résultats, a annoncé viser cette année une progression du taux de marge opérationnelle courante. Il vise une marge à deux chiffres en 2019.

VALEURS EN BAISSE

* Une seule baisse significative sur le CAC40 : Vivendi décroche de 7% à 20,6 euros au lendemain de la publication de ses résultats 2017. Globalement, le chiffre d'affaires est ressorti en ligne avec les attentes mais les résultats ont un peu déçu, en particulier à cause d'Havas, qui a signé une contre-performance. Mais la déception provient essentiellement de la division musique, qui affiche certes toujours de très belles dispositions, mais qui n'a pas autant brillé que prévu. En particulier, Morgan Stanley, dans une étude parue ce matin, souligne qu'UMG souffre de la comparaison avec ses concurrents alors que son calendrier de sorties était plutôt favorable. En plus, la division n'a pas fourni de prévisions précises. Du côté de Canal+, la situation s'est un peu améliorée mais ce n'est pas encore la panacée. Morgan Stanley craint qu'en l'absence de véritable bonne nouvelle, le titre ne plafonne un peu, même s'il recommande lui-même de "surpondérer" les positions.

* Air France KLM perd 5,4% à 10,12 euros... La nette amélioration des résultats 2017 ne semble pas avoir convaincu le marché à l'image de Liberum qui reste 'vendeur' du dossier avec un objectif de 10,5 euros. Le broker évoque des résultats globalement conformes au consensus, avec une déception marginale au niveau de l'exploitation mais un résultat net supérieur aux attentes, bien qu'avec des distorsions substantielles. Les revenus unitaires ont progressé comme anticipé (+2,1% au quatrième trimestre et +1,8% sur l'exercice à change constant), mais il n'y a pas d'amélioration sensible au niveau des coûts unitaires hors carburant. Les recettes unitaires du premier trimestre sont attendues positives à change constant et les réservations sur le long-courrier sont bien orientées mais bien aidées par le calendrier des vacances de Pâques. Au-delà du premier trimestre, des bases de comparaison plus difficiles au niveau du revenu unitaire, le peu d'amélioration concernant la maîtrise des coûts unitaires (hors carburant), la hausse des coûts du carburant et des marges modestes pour cette étape du cycle méritent la prudence selon le courtier.

* Faurecia recule de 3% à 68,5 euros Après quatre séances de rebond. Hormis le scepticisme de certains analystes, réitéré ce matin (Morgan Stanley à souspondérer avec une valorisation à 53 euros par exemple), les commentaires sont plutôt élogieux. La filiale de PSA a en effet publié des chiffres annuels en vive progression, confirmant une dynamique bien plus forte que celle d'un marché automobile mondial qui se porte déjà plutôt bien. Certains objectifs 2018 ont été relevés.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU