Mi-séance Paris : le rebond ne prend pas

Mi-séance Paris : le rebond ne prend pas©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 16 novembre 2018 à 12h00

LA TENDANCE

Le CAC40 avait repris de la hauteur ce matin, progressant jusqu'à 0,8% dans le sillage de Wall Street avant de reperdre tous ses gains. Vers la mi-journée, le CAC40 est à l'équilibre autour de 5.030 points. Si le Brexit a pesé sur la tendance hier, les espoirs de détente sur le front commercial entre Washington et Pékin, redonnent un peu le moral aux investisseurs. Les négociations vont bon train, pour atteindre, pourquoi pas, un accord d'ici la fin du mois. C'est le scénario rêvé par les marchés en ce moment et il a pris de la consistance ces dernières heures. Le représentant américain au Commerce, Robert Lightizer, a ainsi annoncé à des chefs d'entreprise que la prochaine série de droits de douane pour les importations chinoises avait été gelée pendant que se poursuivent ces négociations bilatérales. Le Brexit va toutefois demeurer source d'inquiétudes puisque pour ce dossier, en revanche, c'est l'hypothèse du 'hard Brexit' qui reprend du poil de la bête. L'accord sur la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne négocié par Theresa May a provoqué jeudi une crise politique à Londres, avec la démission de plusieurs ministres et le déclenchement par les députés conservateurs eurosceptiques d'une procédure en vue d'un vote de défiance.

VALEURS EN HAUSSE

* En tête du CAC40, Vivendi gagne 4% à 21,9 euros. Le groupe a annoncé un troisième trimestre plutôt dynamique, soutenu par la musique, et fait le point sur les avancées relatives justement à UMG. De plus, Vivendi a bouclé l'accord de rachat d'Editis. Credit Suisse en prend bonne note et revalorise légèrement le titre à 24,50 euros (contre 24,2 euros), les dernières informations confortant son conseil à 'surperformance'.

* Bolloré gagne 4,4% à 3,89 euros après sa publication trimestrielle. A périmètre et taux de change constants, le chiffre d'affaires à fin septembre est en hausse de +8% à 16,496 MdsE. En données publiées, le chiffre d'affaires est en hausse de +35%, compte tenu de 3,558 MdsE de variation de périmètre, principalement liés à l'intégration de Vivendi, et de -458 ME d'effets de changes, liés à l'appréciation de l'euro vis-à-vis de la quasi-totalité des monnaies, et plus particulièrement du dollar américain.

* Technicolor reprend 3,3% à 1,25 euro. D'après les dernières déclarations transmises à l'AMF, le hedge fund américain AQR Capital Management détenait encore 3,08% du capital de Technicolor en position vendeuse le 14 novembre contre 3,16% du capital le 12 novembre, 3,27% du capital le 6 novembre et 3,39% le 31 octobre.

VALEURS EN BAISSE

* Vallourec plonge de 22% à 3 euros après avoir été réservé à la baisse à l'ouverture. Le marché sanctionne les résultats du troisième trimestre 2018 publiés hier soir, dans lesquels le fabricant de tubes en acier a enregistré une perte nette de 92 ME malgré un chiffre d'affaires stable à 961 ME. La génération de trésorerie est restée très négative avec un endettement net qui a grosse à 2.097 ME à fin septembre 2018 contre 1.934 ME à fin juin. Ce dernier point est celui qui inquiète le plus les analystes. Deux brokers procèdent d'ailleurs à un abaissement de leur objectif de cours sur Vallourec ce jour, de façon à tenir compte de la trajectoire du free cash-flow et des bénéfices. Jefferies ramène sa 'fair value' 4,90 à 4,40 euros en restant à conserver, alors que le broker n'anticipe pas de génération de FCF positive avant 2020. Oddo BHF abaisse de 8 à 6 euros son objectif sur Vallourec mais reste acheteur.

* Cette publication n'aide pas CGG qui reperd 2,6% à 1,45 euro malgré un léger rebond du baril de pétrole à 57,6 dollars le WTI.

* Plastivaloire (-10% à 9 euros) a réalisé au quatrième trimestre de son exercice 2017-2018 un chiffre d'affaires équivalent à celui réalisé sur la même période de l'exercice précédent. Plastivaloire note un ralentissement de la croissance qui s'explique en partie par un contexte conjoncturel moins favorable pour l'activité Automobile (chiffre d'affaires Automobile en recul de -3,7% sur la période), en raison notamment des nouvelles normes anti-pollution qui perturbent les marchés européens majeurs. Sur l'ensemble de l'exercice, le groupe affiche un chiffre d'affaires de 658,9 ME, en croissance purement organique de +5%, mais légèrement inférieur à l'objectif de 660 à 670 ME. La moindre performance de l'activité automobile, associée à une inflation des matières premières et de l'énergie, aura un impact sur les résultats. Plastivaloire ajuste ainsi son objectif de marge d'EBITDA autour de 10,5% pour l'exercice écoulé, soit une baisse d'environ 1,5 point par rapport à l'objectif qui était compris entre 12% et 12,5%.

* STMicroelectronics qui traverse depuis quelques semaines une zone de turbulences sur les marchés, perd encore 1,6% à 12,14 euros alors que Barclays a ramené de 20 à 18 euros son cours cible sur le dossier tout en restant à "surpondérer". Pendant ce temps, à New York, Nvidia, le leader des processeurs graphiques, a publié des comptes trimestriels largement inférieurs aux attentes.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.