Mi-séance Paris : le rebond ne se confirme pas

Mi-séance Paris : le rebond ne se confirme pas©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 17 novembre 2017 à 12h00

LA TENDANCE

Le rebond de la veille ne se confirme pas et le CAC40 reperd un peu de terrain pour terminer la semaine, en baisse de 0,2% autour de 5.325 points. On comptabilise ainsi pour l'instant 9 baisses sur les 10 dernières séances. Globalement, l'ampleur de la correction reste quand même limitée puisqu'elle est inférieure à 4%. Le palmarès reste animé par les publications trimestrielles même si la période touche désormais à sa fin. Cela se passe ben aujourd'hui pour Vivendi alors que l'avertissement lancé par Elior fait sombrer le titre. L'heure du rebond a sonné jeudi pour Wall Street, après la correction des derniers jours. Les bons résultats trimestriels de Cisco Systems (+5,2%) ont redonné du tonus au secteur technologique et à l'indice Nasdaq, tandis que le distributeur Wal-Mart (+10,9%) a lui aussi publié des comptes supérieurs aux attentes. Les craintes concernant la réforme fiscale ont reflué, alors que la Chambre des représentants a adopté jeudi soir le projet, qui doit encore franchir l'étape du Sénat, plus réticent.

VALEURS EN HAUSSE

* En baisse ce matin, Vivendi est désormais la plus forte hausse du CAC40 (+3,5% à 22,4 euros). Le résultat opérationnel courant a reculé assez nettement sur neuf mois. Le bénéfice net ajusté se replie de -5,2% à 593 ME. Les prévisions 2017 sont confirmées, soit une hausse de plus de 5% du chiffre d'affaires et un résultat opérationnel ajusté (Ebita) en progression de l'ordre de 25%. Le groupe a aussi annoncé qu'il n'a pas l'intention de lancer d'OPA sur Ubisoft dans les six prochains mois, mais juge toujours que le secteur est stratégique. Sa plus-value latente sur ce dossier est colossale, puisqu'elle dépasse le milliard d'euros, comme nous l'avions indiqué dernièrement. Précisément, la détention de Vivendi représente actuellement un peu plus de 2 milliards d'euros sur la base d'un cours Ubisoft de 66,35 euros. Le groupe de Vincent Bolloré avait investi 796 ME à l'époque (le prix de revient est de 26,10 euros l'action). La plus-value latente ressort donc à environ 1,24 MdE.

* Bolloré gagne 3% à 4,17 euros. Sur neuf mois, les revenus sont en hausse de 5% sur une base comparable, à 12,23 MdsE, dont 5% sur le seul troisième trimestre.

* TechnipFMC n'avait pas profité du rebond des marchés hier. Le titre se rattrape aujourd'hui (+1,7%) mais perd encore plus de 8% sur la semaine alors que le reflux des cours du bail se poursuit.

VALEURS EN BAISSE

* Elior chute de 14% à 21,2 euros. La marge d'Ebitda retraité, se situera autour de 8,3%, soit une hausse de 6% par rapport au précédent exercice, alors que le management visait initialement 8,7 à 8,8%. Cela empêchera aussi d'atteindre l'objectif de croissance "significative" du résultat net par action ajusté.

* Ubisoft perd 1,6% à 65,3 euros. En marge de ses comptes sur neuf mois, Vivendi a indiqué ne pas avoir l'intention de prendre le contrôle de la société dans les six prochains mois. Actuellement, la plus-value latente sur la participation dépasse le milliard d'euros.

* STMicroelectronics cède 1% à 20,28 euros. Le redressement opérationnel a un prolongement dans la notation crédit groupe franco-italien, de retour dans la catégorie d'investissement chez Moody's, qui a relevé de "Ba1" à "Baa3" sa notation crédit hier soir. Fitch et S&P avaient déjà fait remonter le dossier en catégorie d'investissement.

* Orange se stabilise sur les 14 euros. 0,65 euro sera un plancher pour le dividende, a indiqué hier le directeur financier de l'opérateur, Ramon Fernandez, lors de la conférence TMT de Morgan Stanley à Barcelone. Le dirigeant a précisé que l'objectif du groupe est de continuer à faire progresser le niveau de son coupon, si ses ressources le lui permettent.

* Safran (-0,15% à 87,8 euros) : Bruxelles se prononcera d'ici le 21 décembre sur le projet de rachat de Zodiac Aerospace. En cas de feu vert, la transaction pourrait être bouclée dès le début de l'année 2018.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.