Mi-séance Paris : léger rebond au-dessus des 5.300 points

Mi-séance Paris : léger rebond au-dessus des 5.300 points
bourse

Boursier.com, publié le mardi 26 juin 2018 à 12h00

LA TENDANCE

Le CAC40 tente de rebondir ce mardi, progressant de 0,45% à 5.307 points vers la mi-journée. Le seuil symbolique des 5.300 points sera d'ailleurs à surveiller aujourd'hui, ainsi que le niveau de 5.312,56 points constituant l'équilibre de 2018. Hier, le plongeon de près de 2% du CAC40 l'a en effet ramené en territoire négatif depuis le 1er janvier. La défiance pour les actifs risqués est montée d'un cran alors que les menaces se sont accentuées hier entre la Chine et les Etats-Unis, avec la volonté américaine de bloquer désormais les investissements chinois dans les sociétés technologiques aux Etats-Unis. Les valeurs chinoises cotées à Wall Street ont particulièrement souffert, entraînant toute la "tech" du Nasdaq avec elles. Encore moins rassurant, le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, a amplifié lui aussi le message de fermeté des Etats-Unis en précisant sur Twitter que les restrictions à venir sur les investissements ne concerneraient pas uniquement la Chine, mais s'appliqueraient "à tous les pays qui tentent de voler notre technologie"! Dans la foulée, le conseiller au Commerce de la Maison Blanche, Peter Navarro, a démenti, et a quelque peu rassuré Wall Street... Une chose est sûre, le trouble est désormais dans les esprits des investisseurs, ce qui se traduit dans le regain de volatilité.

VALEURS EN HAUSSE

* Eurofins (+7% à 446 euros) a relevé ses objectifs financiers et vise pour 2018 3,8 MdsE de chiffre d'affaires (4 MdsE pro-forma), 4,3 MdsE pour 2019 et 4,7 MdsE pour 2020. En termes de rentabilité, les acquisitions signées jusqu'à présent en 2018, comme celles de 2017, devraient avoir un impact relutif sur la marge d'EBITDA consolidée de 2018 et 2019.La marge d'EBITDA ajustée d'Eurofins devrait continuer à s'améliorer en 2018 et plus encore en 2019 et 2020. La société confirme ainsi son objectif de marge d'EBITDA ajusté de 20% pour 2020.

* Eutelsat (+2,3% à 16,9 euros) n'a finalement pas l'intention de faire une offre sur Inmarsat. Eutelsat a précisé qu'il ne peut pas y avoir de certitudes sur le fait qu'une offre sera formulée, ni sur les modalités d'une éventuelle offre". Selon la loi britannique, Eutelsat devra annoncer avant le 23 juillet s'il a l'intention de déposer une offre formelle.

* Ingenico grimpe de près de 7% à 79,9 euros ce mardi en matinée, porté par une information de Bloomberg selon laquelle plusieurs sociétés de capital investissement lorgnent le champion des terminaux de paiement. L'agence cite CVC Capital Partners, Hellman & Friedman et Bain Capital tout en indiquant que les discussions sont à un stade préliminaire et que les acquéreurs potentiels souhaitent garder l'anonymat. Les marques d'intérêt reçues par Ingenico portent en tout cas bel et bien par un retour dans le privé, une initiative qui protégerait le groupe d'une offre hostile sachant que la valorisation du groupe n'est plus dissuasive pour des rivaux, dans un contexte de consolidation accélérée du secteur des technologies de paiement.

* Renault (+0,4% à 75 euros) : Morgan Stanley est passé de 'souspondérer' à 'pondération en ligne' en ciblant un cours de 88 Euros.

* JC Decaux (+0,8% à 29 euros) a conclu un accord avec APN Outdoor Group Limited en vue de l'acquisition de 100% du capital d'APN Outdoor via un Scheme of Arrangement soumis à l'approbation des actionnaires de APN Outdoor ainsi qu'à l'autorisation de l'Australian Competition and Consumer Commission. Aux termes de l'accord, JCDecaux offrira 6,70 dollars australiens en numéraire par action APN Outdoor, correspondant approximativement à 1,119 milliard de dollars australiens / 0,714 milliard d'euros et à un multiple VE / EBITDA 2018 de 12,9 fois avant synergies.

VALEURS EN BAISSE

* Air France perd 3% à 7,22 euros. Alors que la compagnie aérienne se cherche toujours un nouveau dirigeant.

* Elior (-8,4% sous les 13 euros) tient aujourd'hui une journée investisseurs au cours de laquelle le groupe présente son plan stratégique à trois ans. Le troisième groupe européen de restauration collective vise sur la période 2019-2021 une croissance organique supérieure à 3% par an en moyenne; une progression de l'Ebita ajusté deux fois supérieure à celle de la croissance organique; et un free cash-flow opérationnel cumulé de 750 ME. Des objectifs qui se comparent à une croissance organique proche de 3% et une marge d'Ebita ajusté de 4,3% à 4,6% pour l'exercice 2017-2018 clos le 30 septembre.

* Cette réaction négative impacte le concurrent Sodexo, en baisse de 2% à 83,7 euros.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.