Mi-séance Paris : légère baisse dans le calme avant Noël

Mi-séance Paris : légère baisse dans le calme avant Noël
noel

Boursier.com, publié le vendredi 22 décembre 2017 à 12h00

LA TENDANCE

Séance très calme pour cette fin de semaine précédant Noël qui marque aussi la dernière ligne droite de l'année puisque la bourse de Paris sera fermée lundi et mardi prochains. Le CAC40 cède 0,3% en fin de matinée autour de 5.370 points dans un volume d'échange réduit. Un CAC40 qui affiche pour l'instant une progression annuelle un peu supérieure à 10%. L'Insee est plus optimiste pour l'économie française. L'institut a revu en hausse à 0,6% la croissance du produit intérieur brut (PIB) au troisième trimestre contre 0,5% précédemment. Il a aussi relevé celle du premier trimestre, également en hausse de 0,1 point à 0,6%. La croissance du deuxième trimestre a été confirmée à 0,6%. L'économie française est donc bien partie pour enregistrer cette année sa croissance la plus élevée depuis son éphémère rebond d'après-crise de 2011, qui avait atteint 2,1%. La Bourse de New York est repartie à la hausse jeudi, les indices Dow Jones et S&P 500 terminant tout près de leurs derniers records historiques inscrits lundi. Au lendemain de l'adoption définitive de la réforme fiscale par le Congrès américain, plusieurs stratégistes de grandes banques ont revu à la hausse leurs objectifs pour le S&P 500, qui pourrait poursuivre son ascension l'an prochain.

VALEURS EN HAUSSE

* CGG (+3% à 3,91 euros) : le tribunal américain chargé d'examiner le plan de sauvegarde a entériné la procédure française. L'ordonnance américaine reconnaît la validité du plan et protège désormais la société des demandes de créanciers basés aux Etats-Unis qui ne seraient pas compatibles avec la procédure collective française.

* Les valeurs pétrolières sont globalement bien orientées avec un baril qui termine l'année sur ses meilleurs niveaux, un peu plus de 58 dollars pour le WTI.

* TechnipFMC est en tête du CAC40 (+1,5% à 26,4 euros) et Valllourec reprend 4% à 4,6 euros.

* Eutelsat et SES gagnent environ 4%. Les deux opérateurs satellitaires sont bien orientés grâce à une étude publiée par Kepler Cheuvreux, dans laquelle le bureau d'études adopte un ton moins sombre sur le secteur, très attaqué depuis quelques mois. Le spécialiste estime que le risque pesant sur le secteur a décru, après les mesures d'adaptation adoptées par les sociétés concernées. Pour jouer la stabilisation, il préfère Eutelsat (recommandation de conserver à achat, objectif de cours 22 euros inchangé) à SES (recommandation d'alléger à conserver, objectif ramené de 18 à 14 euros), qu'il estime plus risqué et correctement valorisé.

VALEURS EN BAISSE

* Crédit Agricole (-0,7% à 14 euros) : la banque et sa filiale Cariparma ont signé le rachat de 95,3% des Caisses d'épargne de Cesena (Cassa di Risparmio di Cesena SpA), de Rimini (Cassa di Risparmio di Rimini SpA) et de San Miniato (Cassa di Risparmio di San Miniato SpA) en Italie, pour 130 ME. L'impact de l'opération sur les ratios CET1 non-phasés de Crédit Agricole SA et du Groupe Crédit Agricole serait d'environ 10 points de base.

* Vinci (-0,5% à 85,8 euros) : grosse opération aux Etats-Unis pour Vinci Energies, qui rachète PrimeLine Utility Services, une société qui dégage 506 M$ de revenus annuels. Les modalités financières n'ont pas été rendues publiques.

* Airbus (-0,1% à 84,8 euros) : le grand rival Boeing a révélé être en négociations en vue d'un rapprochement avec Embraer. L'avionneur brésilien opère sur des segments désertés par l'Américain, qui sont notamment en concurrence avec ATR et Bombardier, pour les appareils de taille inférieure aux familles A320 et B737. Pour éviter les foudres antitrust, Boeing ne rachètera pas Embraer, mais devrait nouer des coentreprises.

* Faurecia (-0,3% à 66,8 euros) : l'équipementier s'est offert l'entreprise suisse Hug Engineering, qui fait partie des spécialistes européens des systèmes complets de purification des gaz d'échappement pour les moteurs à très haute puissance.

* L'engouement retombe sur Genfit qui cède 1% à 24,4 euros, au lendemain d'une journée boursière faste, qui a vu le dossier reprendre 11,8%. Une flambée consécutive au démarrage du suivi du dossier par le bureau d'études américain Roth Capital sur une recommandation à l'achat et un objectif de cours de 116 euros, largement supérieur aux niveaux actuels et aux cours-cible des autres analystes. Roth pense que l'elafibranor du laboratoire nordiste, actuellement en développement clinique de phase III dans la Stéatohépatite Non Alcoolique, plus connue sous le nom de NASH, est le candidat le plus prometteur parmi tous les traitements à l'essai actuellement. Si Genfit obtenait la première autorisation de mise sur le marché dans l'indication, cela lui conférerait évidemment un avantage non négligeable sur ses rivaux.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU