Mi-séance Paris : les 5.500 points restent en vue

Mi-séance Paris : les 5.500 points restent en vue©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 24 septembre 2018 à 12h00

LA TENDANCE

Les quelques points abandonnés sur le CAC40 à l'approche de midi (-0,20% à 5.482 points) ne sont pas suffisants pour quitter des yeux le seuil symbolique des 5.500 points... Vendredi, l'indice avait buté à 5.499 points en séance. Le secteur pétrolier soutient la tendance avec un baril de brent qui évolue au-dessus des 80$ le Brent.
Sur le front des négociations commerciales internationales, selon le Wall Street Journal, la Chine a annulé la nouvelle série de négociations commerciales prévue prochainement avec les Etats-Unis ainsi que le déplacement à Washington du vice-Premier ministre Liu He prévu cette semaine...
Côté valeurs, la guerre de communiqués nocturnes entre Casino et Carrefour n'a pas ému le marché plus que cela !

ECO ET DEVISES

On suivra aux Etats-Unis l'indice d'activité nationale de la Fed de Chicago (14h30) et l'indice manufacturier de la Fed de Dallas. (16h30)
La parité euro / dollar atteint 1,1770$ ce midi. Le baril de Brent se négocie 80,40$. L'entrée en vigueur de sanctions américaines contre l'Iran et le refus, dans l'immédiat, de l'Opep et de son allié russe d'augmenter leur production expliquent cette poussée haussière... Les deux parties restent donc pour l'instant sourdes aux appels du président américain Donald Trump alors que Reuters, citant des sources proches du cartel, évoquait vendredi la possibilité d'une hausse de 500.000 bpj de la production pour compenser la baisse des exportations iraniennes.

En attendant un éventuel passage des 100$, le baril de Brent de la mer du Nord vient de franchir la barre des 80$. En hausse de 2,5% à 80,5$, le Brent se négocie sur des niveaux plus observés depuis novembre 2014. Le WTI grimpe pour sa part de 2,1% à 72,3$ sur le Nymex.

L'entrée en vigueur de sanctions américaines contre l'Iran et le refus, dans l'immédiat, de l'Opep et de son allié russe d'augmenter leur production expliquent cette poussée haussière. Les deux parties restent donc pour l'instant sourdes aux appels du président américain Donald Trump alors que Reuters, citant des sources proches du cartel, évoquait vendredi la possibilité d'une hausse de 500.000 bpj de la production pour compenser la baisse des exportations iraniennes. Dans ces conditions, Bank of America ML vient de relever de 5$ sa prévision de prix moyen sur le Brent l'an prochain, à 80$... La banque estime que la perte d'approvisionnement iranien due aux sanctions américaines sera probablement plus importante que prévu en raison de la position plus agressive qu'anticipé de Washington. Compte tenu d'une demande toujours robuste, BoAML table désormais sur un marché en déficit d'environ 400.000 barils par jour en 2019, contre 300.000 bj précédemment. "La probabilité d'un pic du pétrole et d'un scénario de crack similaire à 2008 a augmenté", selon la banque US...

VALEURS EN HAUSSE

Genomic : +10% avec Balyo

Alten : remonte de 5% suivi de Guillemot et Riber

Technip FMC : +2% avec Icade, Linedata, Vallourec et AKKA

Total : +1%. Le pétrolier débute la semaine avec une bonne nouvelle puisque le groupe a fait une découverte de gaz significative sur le prospect de Glendronach, au large du Royaume-Uni, à l'ouest des îles Shetland. Le puits a été foré à une profondeur finale de 4.312 mètres et a traversé une colonne de gaz de 42 mètres nets dans un réservoir de haute qualité datant du Crétacé inférieur.

Solvay : +1%. Le groupe présente aux investisseurs réunis à Londres aujourd'hui un état des lieux de la transformation engagée, la situation de son portefeuille d'activités, ses marchés clés et les leviers de croissance qui lui permettront de générer une croissance forte et durable. "Sous la direction de Jean-Pierre Clamadieu, Solvay est devenu un leader dans le domaine des matériaux avancés et de la chimie de spécialités" a déclaré Nicolas Boël, président du Conseil d'Administration de Solvay. "Au terme d'un processus de recherche approfondi, nous prévoyons d'annoncer la nomination d'un nouveau CEO dans les prochaines semaines. Sa mission première sera de réaliser le plein potentiel du Groupe et de poursuivre et d'amplifier sa trajectoire de création de valeur durable."

Casino et Carrefour sont stables : Casino dit avoir a été sollicité depuis quelques jours par Carrefour en vue d'une tentative de rapprochement... Le conseil d'administration de Casino s'est en conséquence réuni le 23 septembre 2018. Il a réitéré à l'unanimité sa totale confiance dans la stratégie créatrice de valeur de Casino fondée sur un positionnement unique. Le groupe Casino entend ainsi mener toutes les actions nécessaires pour défendre l'intérêt social et l'intégrité du Groupe, facteur de succès de cette stratégie. Le conseil d'administration de Casino a aussi constaté les obstacles, en France et au Brésil, au rapprochement avec Carrefour, en particulier en matière de concurrence et d'emplois. Il a décidé à l'unanimité de ne pas donner suite à cette approche. Il observe également que celle-ci est faite alors que le marché du titre Casino a fait l'objet de manipulations spéculatives coordonnées à la baisse d'une ampleur inédite depuis plusieurs mois. Le groupe Carrefour a de son côté démenti avoir opéré une telle approche...

VALEURS EN BAISSE

GL Events : -6%. Le groupe a annoncé le lancement d'une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription (DPS) des actionnaires d'un montant brut, prime d'émission incluse, de 107 ME. Par ailleurs, 2 Letter of Intent (LOI ou déclaration d'intention) sous conditions suspensives ont été signées en vue de prendre des participations majoritaires dans des sociétés chinoises, organisatrices de salons.

Tarkett : -4% avec Mauna Kea et Nexity

Faurecia : -3% avec Valeo

Recylex : -2% suivi de Air France KLM, hales et Atos

Danone : -1%. Le mouvement de boycott lancé en avril au Maroc via Facebook pour protester contre la vie chère a pesé sur les comptes de la filiale marocaine de Danone, Centrale Danone. Celle-ci a ainsi publié cette semaine une perte de 115 millions de dirhams (10,4 millions d'euros) au premier semestre 2018, contre un bénéfice de 56 millions de dirhams au cours de la même période l'an dernier.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.