Mi-séance Paris : les publications poussent le CAC40 plus haut

Mi-séance Paris : les publications poussent le CAC40 plus haut
Logo BNP Paribas

Boursier.com, publié le vendredi 05 février 2021 à 12h00

LA TENDANCE

LA TENDANCE

Les fins de semaine ont souvent été négatives ces derniers temps mais ce n'est pas le cas ce vendredi : le CAC40 s'émancipe des 5.600 points, en progression de plus de 1% à 5.670 points, confirmant ainsi la bonne orientation des marchés durant toute la semaine. On cherchait un catalyseur et il est venu des publications qui sont toutes bien accueillies aujourd'hui pour trois grands groupes du CAC40 : BNP Paribas, Sanofi et Vinci.

On surveillera cependant la suite de la séance puisque les marchés pourraient bien réagir cet après-midi à la publication du rapport mensuel du département du Travail aux Etats-Unis. Il devrait confirmer la reprise des créations de postes après les destructions de décembre. Hier, on apprenait que les nouvelles demandes d'allocations chômage ont diminué plus qu'attendu aux Etats-Unis la semaine dernière, à 779.000 après 812.000 la semaine précédente. De bon augure dans la perspective de la reprise économique de la première puissance mondiale.

VALEURS EN HAUSSE

* Dassault Systèmes grimpe encore de 2% à 184 euros en cette fin de semaine, sur de nouveaux sommets boursiers. L'éditeur de logiciels, qui affiche un gain hebdomadaire de plus de 11%, reste recherché après sa solide publication annuelle. Plusieurs analystes ont revu leur copie à la suite de cette annonce à l'image de Barclays qui a revalorisé le dossier de 143 à 151 euros ('pondération en ligne') ou de Morgan Stanley ('surpondérer') qui a remonté sa cible de 180 à 187 euros. Bryan Garnier est de son côté passé à l''achat' en visant 208 euros. Le broker se dit désormais plus confiant dans la capacité de Dassault Systèmes à générer une croissance organique d'environ 10% sur le moyen terme grâce à l'attrait du SaaS et des abonnements qui, pour la plupart, ne sont pas destinés à cannibaliser les ventes de licences. La SocGen a aussi relevé à 'acheter' sa recommandation avec un objectif porté de 155 à 200 euros.

* Total (+1,4%) renforce sa présence sur le marché américain par l'acquisition d'un portefeuille de 2,2 GW de projets solaires et 600 MW de projets de stockage par batterie, tous au Texas. Ces projets sont rachetés à SunChase Power, société d'énergie renouvelable spécialisée dans le développement de projets solaires à grande échelle, et MAP RE/ES, société privée d'investissements dans l'énergie. Cela fait suite à la récente annonce d'un partenariat avec 174 Power Global pour développer un portefeuille solaire de 1,6 GW.

* BNP Paribas progresse de 3,8% à 44,1 euros après une publication plutôt mitigée. La banque de la rue d'Antin a réalisé sur les trois derniers mois de 2020 un bénéfice net de 1,592 milliard d'euros, en baisse de 13,9%, pour un produit net bancaire en repli de 4,5% à 10,827 MdsE. Des données supérieures aux attentes du marché. En revanche, plusieurs analystes notent la relative déception des activités de marché avec des revenus tirés du trading obligations en hausse de 22,1% à 1 milliard d'euros, en deçà des 1,2 MdE attendus par le consensus, et des revenus issus du trading actions de 497 ME, en repli d'environ 4% et contre un consensus de 568 ME. Globalement, la CIB a dégagé un résultat avant impôt trimestriel de 710 ME, en baisse de 11,4% sur un an. Les provisions pour pertes sur prêts se sont élevées à 1,6 MdE sur le trimestre, portant le total sur l'année à 5,7 MdsE, soit 79% de plus qu'en 2019. Environ 43% des nouvelles provisions constituées sur l'année sont liées à des prêts non performants. Pour 2021, BNP Paribas dit s'attendre à ce qu'"un rebond progressif de l'activité économique" à partir du second semestre permette une baisse du coût du risque à un niveau "proche de la moyenne de cycle", soit 50 à 55 points de base, et une croissance modérée des revenus, tandis que les coûts de gestion devraient rester stables. Le groupe s'attend parallèlement à ce que la persistance de taux bas continue d'impacter "lourdement" les produits d'intérêt des banques de réseaux.

* Guère épargné par la crise actuelle, Vinci (+5,8% à 86 euros) a vu ses résultats chuter l'an dernier alors que le groupe doit encore faire face à d'importantes incertitudes. Le géant du BTP et des concessions a néanmoins enregistré des comptes plus élevés qu'anticipé par les analystes et la rémunération accordée aux actionnaires est également plus forte que prévu. Vinci a enregistré un résultat net de 1,242 milliard d'euros en 2020, en baisse de 62% pour un chiffre d'affaires en repli de 10%, à 43,234 milliards d'euros. Le résultat opérationnel courant a été divisé par plus de deux à 2,5 milliards d'euros mais le cash-flow libre s'est maintenu à un niveau très élevé, à 4 MdsE (4,2 MdsE en 2019). La baisse de l'Ebitda a pu être, en large partie, compensée par une amélioration très significative du besoin en fonds de roulement et des provisions courantes, ainsi qu'une réduction des investissements opérationnels. Le groupe a chiffré l'impact négatif de l'épidémie sur ses comptes 2020 à 5,9 milliards d'euros sur le chiffre d'affaires, à 3,7 MdsE sur le résultat opérationnel courant et à 2,4 MdsE sur le résultat net consolidé. Le Conseil d'administration a décidé de proposer à la prochaine assemblée générale la distribution, entièrement en numéraire, d'un dividende de 2,04 euros par action au titre de l'exercice 2020 (stable par rapport à 2019).

* Renault gagne 4,5% à 40,1 euros. La spéculation autour de la prochaine arrivée d'Apple sur le segment des voitures électriques bat son plein depuis quelques semaines. Les rumeurs à ce sujet se multiplient aux quatre coins du monde, et notamment au Japon et en Corée du Sud. Si le conglomérat sud-coréen Hyundai a admis il y a quelques semaines être en phase de discussions initiales avec la firme californienne à propos d'une coopération éventuelle dans les véhicules électriques avant de faire marche arrière, le 'Nikkei' croit savoir qu'Apple est en discussion avec au moins six constructeurs. Le nom de Nissan, le partenaire historique de Renault, est notamment évoqué. Parmi les constructeurs automobiles japonais, 'Bloomberg' affirme que Nissan est probablement la meilleure solution pour un groupe extérieur au secteur cherchant à entrer sur le marché des VE. Le constructeur nippon a en effet développé avec son partenaire français une plate-forme commune pour les VE qui peut être utilisée pour développer des produits de marque distincte pour leur alliance automobile mondiale, qui comprend également Mitsubishi Motors.

* Sanofi gagne 2% après ses comptes 2020. Le groupe pharmaceutique anticipe un BNPA des activités pour 2021 en croissance "high single digit" à TCC, sauf événements majeurs défavorables imprévus. L'effet des changes sur le BNPA des activités 2021 est estimé à environ -4,5% à -5,5% en appliquant les taux de change moyens de janvier 2021.

* En forte baisse ce matin, Vallourec gagne désormais 1,5%. La cotation a repris après l'annonce de l'ouverture ce jour d'une procédure de sauvegarde par le Tribunal de commerce de Nanterre, assortie d'une période d'observation fixée à 6 mois maximum. L'ouverture de cette procédure a notamment pour objectif de permettre la mise en oeuvre de l'accord de principe trouvé par Vallourec avec ses principaux créanciers.

VALEURS EN BAISSE

* Pas de baisses significatives sur le CAC40.

* Pharmagest recule de 3,5% à 114,40 euros, alors que le chiffre d'affaires 2020 du groupe est ressorti à 171,75 ME, en progression de 8,3%.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.