Mi-séance Paris : nouvelle progression avec les avancées commerciales

Mi-séance Paris : nouvelle progression avec les avancées commerciales©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 25 février 2019 à 12h00

LA TENDANCE

Alors que Donald Trump s'est dit satisfait des négociations commerciales avec Pékin dimanche et a annoncé une prolongation de la trêve dans le conflit qui oppose les deux pays, la Bourse de Shanghai a grimpé de 5,6% ce lundi matin. Les investisseurs en Europe sont eux-aussi satisfaits mais plus prudents, à l'image du CAC40 en légère hausse de 0,35% à 5.235 points. Les Etats-Unis vont donc reporter une hausse des droits de douane sur plus de 200 milliards de dollars d'exportations chinoises après des "progrès significatifs" réalisés dans le cadre de ces négociations commerciales, a annoncé dimanche le président américain. Le récent rallye boursier qui a ramené l'indice parisien sur un niveau oublié depuis octobre 2018, avec un rebond de près de 15% depuis son point bas du 27 décembre dernier, a été en grande partie alimenté par les espoirs d'accords commerciaux entre américains et chinois. Une sortie "par le haut" de l'affrontement commercial USA-Chine que les investisseurs semblent avoir en grande partie intégrée désormais.

VALEURS EN HAUSSE

* Plus forte hausse du CAC40, STMicroelectronics (+3,8% à 15,4 euros) bénéficie à plein de la bonne avancée des négociations commerciales entre américains et chinois.

* Valeo grimpe de 2,8% à 28,7 euros. Comme l'ensemble du secteur (Faurecia gagne 3%), l'équipementier automobile bénéfice de la détente sur le front commercial sino-américain après les dernières déclarations de Donald Trump. A 'conserver' sur le dossier, la Deutsche Bank a par ailleurs abaissé son objectif de 40 à 36 euros, estimant que 2019 devrait être une année de progrès limités avec un premier semestre faible et, en théorie, un second semestre plus fort.

* Eramet reprend 7% à 52,8 euros après avoir décroché de 20% la semaine dernière.

* Crédit Agricole gagne 1,9% à 10,76 euro. CACEIS et KAS BANK ont publié ce jour un communiqué conjoint annonçant un accord sur une offre publique d'achat amicale, en numéraire, présentée par CACEIS sur l'intégralité du capital de KAS BANK. Cette offre sera présentée à un prix de 12,75 euros par action, valorisant à KAS BANK à 188 Millions d'Euros.

* Vivendi (+0,15%) a détaillé ses propositions pour redonner de la valeur à Telecom Italia (TIM) dans le cadre d'une sollicitation de procurations (sollecitazione) lancée conformément au droit italien. L'Assemblée générale de TIM du 29 mars doit se prononcer sur la proposition de Vivendi de révoquer cinq (des dix) membres du Conseil d'administration issus de la liste d'Elliott et de les remplacer par cinq administrateurs indépendants.

VALEURS EN BAISSE

* Ipsen (-4% à 118 euros) a annoncé l'acquisition de la biotech canadienne Clementia Pharmaceuticals, renforçant ainsi son portefeuille dans les maladies rares. Cette acquisition majeure pour le portefeuille de maladies rares d'Ipsen combinée avec la présence commerciale internationale d'Ipsen et l'expertise de Clementia doivent permettre d'apporter des traitements transformant la vie de patients, aujourd'hui sans aucune option thérapeutique. Ipsen s'engage à acquérir toutes les actions en circulation de Clementia pour un prix d'achat de 25 dollars américains par action à la clôture, auquel s'ajoutent des Certificats de Valeur Garantie (CVG) à hauteur de 6 dollars américains par action liés à l'indication dans les ostéochondromes multiples, pour un montant total pouvant aller jusqu'à 1,31 milliards de dollars américains.

* Pas de baisses significatives sur le CAC40. Carrefour ferme la marche sur un déclin limité à -0,7%.

* Après une fin de semaine tonitruante, Sopra Steria Group rentre dans le rang ce lundi en concédant 0,3% à 106,6 euros. Ces prises de bénéfices interviennent au même moment où quelques ajustements sont à signaler dans le consensus des analystes, dans le sillage des comptes 2018 qui ont été jugés rassurants. Même si le résultat net est ressorti en retrait et inférieur aux attentes, le groupe de services informatiques a atteint ses objectifs 2018. Par ailleurs, les indications sur les perspectives ont agréablement surpris le marché avec une légère amélioration attendue du côté de la rentabilité et une croissance organique escomptée entre +4 et +6%. Bryan, Garnier & Co a remonté sa cible de 148 à 152 euros.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.