Mi-séance Paris : Renault maintient le CAC40 en hausse

Mi-séance Paris : Renault maintient le CAC40 en hausse
Renault Captur teaser

Boursier.com, publié le lundi 27 mai 2019 à 12h00

LA TENDANCE

Le CAC40 réduit fortement sa progression en fin de matinée, ne gagnant plus que 0,2% à 5.327 points après être monté jusqu'à 5.364 points en début de séance. Une progression largement imputable à l'envolée de Renault après l'annonce d'un projet de fusion entre égaux avec Fiat Chrysler même si le constructeur automobile ne figure pas parmi les plus fortes pondérations de l'indice. Les incertitudes liées aux tensions commerciales continuent évidemment d'inciter les investisseurs à la prudence, mais Londres et New York étant fermés aujourd'hui (Memorial Day), les volumes parisiens devraient s'en ressentir. En visite au Japon, Donald Trump a dit vouloir "régler rapidement" le sujet du déficit de la balance commerciale entre les deux pays. Les investisseurs qui craignaient que les résultats des élections européennes, ne mettent à mal certaines coalitions, sont rassurés. Les élections, si elles ont accouché d'une progression du camp populiste, n'ont pas véritablement chamboulé le paysage politique.

VALEURS EN HAUSSE

* Largement en tête du CAC40, Renault gagne près de 15% à 57,3 euros après avoir confirmé ce lundi matin "avoir reçu une proposition de Fiat Chrysler Automobiles (FCA) concernant une potentielle fusion à 50/50". Le Conseil d'administration de Renault se réunissait ce matin pour discuter de cette proposition. Ce rapprochement déboucherait sur la création du troisième constructeur mondial avec 8,7 millions de véhicules vendus chaque année. FCA estime les synergies annuelles à 5 milliards d'euros, au-delà des synergies existantes de l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi. Ces synergies résulteraient principalement de la convergence des plates-formes, de la mise en commun des investissements en matière de motorisation et d'électrification ainsi que des économies d'échelle. Selon les termes de la proposition, les actionnaires de chaque société recevraient une participation équivalente au capital du nouvel ensemble.

* Lagardère (+0,1%) et M6 (+0,8% à 16,2 euros) ont signé, le 24 mai, le contrat d'acquisition du pôle Télévision du Groupe Lagardère (hors Mezzo). La réalisation de l'opération reste conditionnée à l'agrément du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel et des Autorités de Concurrence. Le prix de l'opération s'élèverait à 215 millions d'euros (valeur d'entreprise), payable à la date de réalisation définitive.

* Rallye reprend 5% à 3,08 euros après sa chute de 60% vendredi pendant que Casino gagne 3,3% à 31 euros. 'Neutre' sur Casino, Bryan Garnier estime que tout changement de contrôle au niveau de Rallye ou toute offre d'achat de la participation de Rallye dans Casino créera une prime spéculative sur le titre Casino.

* EuropaCorp (+1,3% à 0,69 euro) a publié un chiffre d'affaires annuel consolidé de 148,7 ME (hors activités cédées), en baisse de 33%, L'activité Ventes Internationales représente 51,8 millions d'euros sur l'exercice, soit environ 35% du chiffre d'affaires annuel et correspond essentiellement à la livraison du film Anna à Lionsgate, du film Taxi 5, ainsi qu'aux premières livraisons internationales du film Kursk, et aux royautés significatives perçues sur les films du catalogue (principalement Lucy et Taken 3).

VALEURS EN BAISSE

* Plus forte baisse du CAC40, PSA Groupe perd 2,8% à 20 euros, contre-coup de l'annonce Renault-Fiat Chrysler. Le groupe sochalien se verrait distancé par son grand rival français, avec le risque de se retrouver marginalisé dans la course au gigantisme qui touche l'industrie automobile dans un contexte où le durcissement des normes de pollution, la chute du marché chinois ainsi que les investissements requis par les voitures autonomes et les nouvelles motorisations créent des challenges considérables.

* Schneider Electric (-0,7% à 73,4 euros) a finalisé la cession de son activité Pelco à Transom Capital Group, une société américaine de capital investissement, en ligne avec les termes indiqués en mars par le Français. Suite à la consultation des instances représentatives du personnel concernées, la transaction a été clôturée le 24 mai 2019.

* Recylex (-2,7% à 4,21 euros) a annoncé que son sous-groupe allemand a sollicité de ses partenaires financiers la prolongation jusqu'au 30 juin 2019 de leur renonciation à leur droit de résilier par anticipation le contrat de financement existant, ainsi que le report à cette même date des échéances de remboursement dues au 31 décembre 2018 et au 31 mars 2019. Dans le cadre de la mise à jour des prévisions du groupe, un besoin prévisionnel complémentaire de trésorerie a été identifié pour l'année 2019. Les différentes hypothèses sous-tendant ce montant sont en cours de revue. Dans ce contexte, le montant de 27 millions d'euros sur base duquel les discussions avec les partenaires financiers du sous-groupe allemand étaient en cours, n'est plus adapté.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.