Mi-séance Paris : sans réelle tendance après une semaine de consolidation

Mi-séance Paris : sans réelle tendance après une semaine de consolidation
cosmétiques L'Oréal

Boursier.com, publié le vendredi 12 février 2021 à 12h00

LA TENDANCE

LA TENDANCE

Le CAC40 enchaîne une quatrième séance sans réelle tendance même si la consolidation l'emporte depuis mardi. L'indice parisien est stable vers la mi-journée à 5.668 points avec encore quelques variations marquées pour les publications du jour.

La cote américaine cède aux prises de bénéfices avant bourse ce vendredi après une séance légèrement positive hier qui a vu le Nasdaq comme le S&P 500 signer des nouveaux records. Les inquiétudes sanitaires persistent malgré le déploiement des vaccins, possibles en pharmacie aux USA. La question des variants reste épineuse et AstraZeneca a admis qu'il faudrait 6 à 9 mois avant de pouvoir produire en masse les vaccins contre ces variants.

VALEURS EN HAUSSE

* Porté par l'envolée des ventes en ligne de cosmétiques, L'Oréal (+2,2% à 315,7 euros) a dépassé toutes les attentes au quatrième trimestre. Le propriétaire des marques Maybelline et Lancome a ainsi réalisé un chiffre d'affaires de 7,88 milliards d'euros sur la période d'octobre à décembre, un chiffre stable par rapport à l'année précédente et en hausse de 4,8% hors effets de change et acquisitions. Le consensus était positionné autour de +2%. L'Oréal, dont les ventes en ligne ont bondi de 62% l'an passé, a malgré tout vu son bénéfice net reculer de 5% à 3,75 milliards d'euros, tandis que sa marge opérationnelle est restée stable à 18,6%. Le groupe se dit confiant dans sa capacité, cette année encore, à surperformer le marché et, sous réserve de l'évolution de la crise sanitaire, à réaliser une année de croissance du chiffre d'affaires et des résultats. Fort de ces solides résultats, L'Oréal propose le versement d'un dividende de 4 euros par action, en hausse de 3,9%.

* Akwel bondit de 15% à 27 euros. L'équipementier-systémier automobile a enregistré sur 2020 un chiffre d'affaires consolidé de 937,2 ME, limitant le recul annuel à -14,9% et -10,9% à périmètre et taux de change constants. Il anticipe des résultats en progression, avec un résultat opérationnel courant prévu à plus de 100 ME, supérieur aux attentes. Le management prévoit également un free cash-flow supérieur à 100 ME sur l'exercice et disposait à fin décembre 2020, hors dettes locatives, d'une trésorerie nette de près de 70 ME, avec une baisse de l'endettement financier de 94,2 ME sur l'année. Akwel reste néanmoins prudent sur ses perspectives 2021, dans un marché qui reste toujours peu visible, et s'attache à maintenir la souplesse et l'efficacité de son outil industriel tout en investissant pour accompagner les tendances du marché, notamment en matière de véhicules propres.

* Eutelsat rebondit de 7% à 10,4 euros, dopé par des comptes intermédiaires plus élevés qu'attendu. L'opérateur satellites a réalisé sur la première partie de son exercice financier décalé un Ebitda de 482 millions d'euros, en baisse de 2,7%, pour un chiffre d'affaires total de 629 ME, en repli de 1,3% sur une base publiée et de 1,6% sur une base comparable. La marge d'EBITDA s'établit ainsi à 76,7% (76,7% à taux constant) comparé à 77,8% un an auparavant. Le bénéfice net attribuable ressort à 137 ME (-2,3%). Les flux de trésorerie provenant des opérations d'exploitation atteignent 435 ME, soit 82 ME de plus qu'un an plus tôt.

* Française des Jeux s'adjuge 3% à 38,5 euros, proche de ses plus hauts boursiers, après avoir plutôt bien résisté à la crise sanitaire l'an passé. Si la première partie d'exercice a été compliquée, le groupe a bien redressé la barre au second semestre grâce notamment au dynamisme du Loto et de l'Euromillions et à une nette reprise des paris sportifs. Grâce à la mise en oeuvre d'un plan d'économies de plus de 80 millions d'euros, le résultat net ressort à 214 millions d'euros contre 202 ME un an plus tôt pour un chiffre d'affaires en repli de 6% à 1,920 milliard d'euros. Les mises collectées affichent un recul de 6,8% à 16 milliards d'euros, avec une hausse de 3% sur le seul second semestre. L'EBITDA s'inscrit à 427 ME, soit une marge de 22,2%. Des résultats supérieurs aux attentes des analystes.

VALEURS EN BAISSE

* Rubis recule de 4% ce vendredi à 38,15 euros. Le chiffre d'affaires consolidé de Rubis s'établit à 928 millions d'euros au 4e trimestre 2020. Il recule de -28%. Le cumul de chiffre d'affaires sur l'année 2020 est de 3,9 milliards d'euros, en repli de -25%.

* Plus forte baisse du CAC40, Société Générale reperd 2,5% à 17,5 euros après 4 séances précédentes dans le vert.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.