Mi-séance Paris : sixième séance de baisse pour le CAC40 qui chute encore de plus de 5%

Mi-séance Paris : sixième séance de baisse pour le CAC40 qui chute encore de plus de 5%
Donald Trump à Washington, répondant aux questions sur l'enquête pour destitution.

Boursier.com, publié le jeudi 12 mars 2020 à 12h00

LA TENDANCE

Les marchés boursiers continuent de s'effondrer ce jeudi, ce qui se traduit pour le CAC40 par une nouvelle chute de 5 à 6% autour de 4.360 points. Au rythme d'une sixième séance consécutive dans le rouge, la baisse approche désormais les 30% depuis les tous récents pics du CAC40 à 6.111 points sachant qu'on est descendu jusqu'à 4.281 points ce matin.

Wall Street est attendu encore en forte baisse avant bourse ce jeudi, le S&P500 abandonnant alors que Donald Trump a suspendu les voyages en provenance des vingt-six pays européens de l'espace Schengen pour 30 jours, à compter de vendredi minuit. Le décret suspend l'entrée sur le territoire américain d'étrangers s'étant rendus dans des pays de l'espace Schengen lors des 14 jours précédant la date de leur arrivée aux USA. Ces mesures ne concernent toutefois pas (encore) le Royaume-Uni ni les ressortissants américains.

Les propos du président américain n'ont pas rassuré les marchés, sa gestion de la crise sanitaire restant très critiquée à l'approche de l'élection présidentielle de novembre. Trump n'a par ailleurs pas déclaré l'état d'urgence nationale... Les Etats-Unis comptent à l'heure actuelle environ 1.300 cas de coronavirus et une quarantaine de morts. Trump a accusé directement l'Europe d'être responsable de la propagation, l'Union européenne n'ayant selon lui pas été capable de prendre les précautions nécessaires, alors que les USA avaient quant à eux rapidement restreint les voyages en provenance de Chine.

Les prix du pétrole sont repartis en baisse mercredi, le baril de Brent abandonnant actuellement près de 6% à 33,8$. Dans ce contexte, la réunion de la BCE tout à l'heure est très attendue. La BCE dispose d'une marge de manoeuvre moins importante que la Réserve fédérale américaine pour réduire ses taux directeurs. La Fed a réduit dès le 3 mars dernier son taux des "fed funds" d'un demi-point pour le ramener entre 1% et 1,25%. Du côté de la BCE, le principal taux directeur, le taux "refi", est déjà au plancher, et son taux de dépôt est négatif (à -0,5%), mais la BCE dispose encore d'outils non conventionnels pour agir sur la liquidité et le crédit...

Selon un consensus de marché établi par 'Reuters', la BCE devrait annoncer jeudi une nouvelle baisse de 10 points de base de son taux de dépôt, qui passerait ainsi de -0,5% à -0,6%. Ce taux négatif, appliqué aux réserves excédentaires que les banques placent auprès de la BCE, correspond donc à une pénalité pour les banques, ce qui devrait les encourager à prêter aux acteurs économiques plutôt qu'à confier leurs liquidités à la BCE. En outre, selon le consensus, la banque centrale européenne devrait augmenter ses rachats d'obligations d'entreprises, dans le cadre de son programme de rachat d'actifs ("QE"). La BCE a repris ce programme d'achats depuis novembre 2019 au rythme de 20 milliards d'euros par mois.

VALEURS EN HAUSSE

* Aucune hausse bien sûr sur le CAC40.

* Sur le SBF120, seul Bic se teinte de vert (+0,2%) après la publication des comptes 2019. Le groupe table cette année sur une évolution du chiffre d'affaires à base comparable comprise entre -1% et +1%, avec une croissance comparée à 2019 plus importante au cours du second semestre. La marge d'exploitation normalisée 2020 devrait se situer entre 16% et 17%, avec un focus maintenu sur la génération de trésorerie. Enfin, la stabilisation de la marge brute et l'amélioration de l'efficacité des dépenses de soutien à la marque seront plus que neutralisées par les coûts liés à la mise en place de la nouvelle organisation et par l'impact des coûts plus élevés des plans de performance par rapport à 2019.

VALEURS EN BAISSE

* Air France (-9% à 4,44 euros) s'effondre à nouveau après l'annonce de Trump sur le trafic aérien.

* D'autres valeurs de l'industrie touristique sont particulièrement chahutées à Paris à l'image d'AccorHotels qui plonge de 8,8%, de Groupe ADP qui trébuche de 9% ou d'Europcar qui perd 18%. Une liste loin d'être exhaustive.

* Airbus est rattrapé par la chute générale (-8% à 78,6 euros).

* Les valeurs pétrolières rechutent avec le baril : TechniFMC perd encore 8% sous les 7 euros et Total 4,4% sous les 30 euros.

* Danone (-3,6% à 55,7 euros) a lancé avec succès, le 11 mars 2020, une émission obligataire. Elle porte sur un montant de 800 millions d'euros. Cette émission permet à Danone d'allonger la maturité de sa dette et d'en optimiser le coût, dans un contexte de marché favorable aux émissions de qualité. Réalisée dans le cadre du programme Euro Medium Term Note (EMTN) de Danone, l'émission consiste en une obligation libellée en euros sur 7 ans à un taux fixe équivalent au taux mid swap +0,93%, offrant un coupon de 0,571%.

* Pernod Ricard (-5% à 130 euros) a annoncé un partenariat avec Italicus, un aperitivo à l'italienne déjà récompensé pour son goût unique et élaboré à base d'ingrédients naturels de haute qualité. Depuis son lancement en 2016, la marque a rapidement conquis les mixologues du monde entier.

* Boiron (-0,5% à 28,3 euros), qui vient d'annoncer une lourde réorganisation en France, a publié pour l'exercice 2019 un chiffre d'affaires de 557 ME en repli de 7,8%, un résultat opérationnel en forte baisse de 37% à 66,9 ME et un résultat net part du groupe en recul de 29% à 40,6 ME. La trésorerie nette du groupe en fin de période s'établit à 207,9 ME. Le Conseil d'administration proposera à l'Assemblée Générale des actionnaires la distribution d'un dividende de 1,05 euro par action.

* Eurazeo (-4% à 47,8 euros) : L'ANR par action s'inscrit à 80,3 euros, en progression de +10,5% dividende inclus en 2019. La création de valeur du portefeuille est de 14,5% au total, dont 19% sur les actifs non-cotés. Le portefeuille reste très diversifié, aucun actif ne dépassant 10% de l'AN), composé à 96% d'actifs non cotés. Le Résultat net part du groupe est de 123 ME. Le niveau de trésorerie au 31 décembre 2019 s'inscrit à 533 ME, sans dette au niveau d'Eurazeo SE. Le groupe propose d'augmenter de 20% le dividende unitaire à 1,50 euro par action.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.