Mi-séance Paris : troisième séance de baisse en perspective

Mi-séance Paris : troisième séance de baisse en perspective©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 23 mars 2021 à 12h00

LA TENDANCE

LA TENDANCE

La bourse de Paris prend le chemin d'une troisième séance conséquence de baisse avec un CAC40 en repli de 0,7% autour de 5.925 points en fin de matinée.

La question sanitaire demeure prégnante en Europe alors que la chancelière allemande Angela Merkel a confirmé que l'Allemagne allait prolonger les mesures de confinement jusqu'au 18 avril prochain pour face à "une situation très grave". Les citoyens allemands sont invités à rester chez eux pendant cinq jours à Pâques. Deutsche Bank a abaissé lundi sa prévision de croissance de l'économie allemande à 2% pour le deuxième trimestre contre une estimation précédente de 4%.

Le secteur automobile est chahuté ce mardi en Bourse, une nouvelle fois victime des craintes entourant la pénurie mondiale de semi-conducteurs. A ce sujet, Volvo a averti que ce manque de pièces aurait un impact important sur sa production et ses résultats financiers au deuxième trimestre. De nombreux constructeurs en Europe, en Amérique et en Asie ont déjà annoncé ces dernières semaines une réduction forcée de leur production en raison des difficultés d'approvisionnements en semi-conducteurs, une crise qui devrait culminer au deuxième trimestre.

C'est toujours la démesure aux États-Unis, dès que l'on aborde la question des plans de relance. L'administration Biden semble bien décidée à ne pas faire exception, puisqu'après un package de 1.900 milliards de dollars tout juste validé pour faire face à la crise sanitaire, de nouvelles propositions seraient déjà sur le point d'émerger concernant l'infrastructure, l'éducation, le développement de la force de travail ou la lutte contre le changement climatique, pour un total d'environ 3.000 milliards de dollars. Ainsi, les conseillers économiques de Joe Biden favoriseraient ce nouveau package musclé visant à renforcer l'économie, tout en réduisant les émissions ou les inégalités...

VALEURS EN HAUSSE

* JCDecaux (+2% à 21 euros) : bénéficie d'une note d'analyste. Berenberg est en effet passé à l''achat' sur le titre tout en portant sa cible de 18 à 28 euros. L'analyste évoque une confiance accrue dans le potentiel de redressement des bénéfices du spécialiste de la communication extérieure.

* Mersen progresse 1,4% à 29,4 euros. Oddo BHF a ajusté sa cible de 33,5 à 35 euros tout en maintenant son avis 'surperformance'. L'analyste affirme que la valorisation reste particulièrement attractive (6x l'EBITDA 2022e et 10x l'EBIT) au regard des références historiques (respectivement 7,5x et 11x) et du potentiel de redressement des marges. Mersen ne manque pas de catalyseurs à court et moyen terme. Son positionnement sur les marchés du développement durable (exposition au Solaire pour les Energies renouvelables, au marché du SiC et au Industries de Procédés) permet de bénéficier d'une plus forte dynamique de croissance.

* Pas de hausses significatives sur les valeurs du CAC40.

VALEURS EN BAISSE

* Les équipementiers Plastic Omnium (-5%), Faurecia (-4%), Michelin (-1,8%) sont sous pression, tout comme les constructeurs Renault (-3,2%) et Stellantis (-2,5%) qui affichent les plus fortes baisses du CAC40.

* Valeo n'est pas épargné (-4% à 27,9 euros). Le groupe intègre par ailleurs le nouvel indice CAC 40 ESG qui regroupe 40 sociétés qui ont démontré les meilleures pratiques d'un point de vue environnemental, social et de gouvernance.

* Les prises de bénéfices se poursuivent sur les bancaires avec Société Générale en baisse de 1,8% et BNP Paribas de 1,3%.

* Elior perd 3,5% à 6,2 euros, pénalisé par les nouvelles restrictions sanitaires dans les restaurants d'entreprise.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.