Mi-séance Paris : trop de mauvaises nouvelles, le CAC40 rechute

Mi-séance Paris : trop de mauvaises nouvelles, le CAC40 rechute
Traders sur le floor du New York Stock Exchange.

Boursier.com, publié le mercredi 01 avril 2020 à 12h00

LA TENDANCE

Trop de mauvaises nouvelles s'accumulent pour ne pas assister à une nouvelle correction des indices boursiers qui sont rapidement remontés depuis deux semaines. Le CAC40 cède 3,5% en milieu de journée autour de 4.240 points.

Les dernières données PMI du mois de mars confirment la plus forte dégradation de la conjoncture depuis plus de sept ans dans le secteur manufacturier français en mars. En effet, la propagation de l'épidémie de coronavirus a entraîné les plus forts reculs de la production et des nouvelles commandes depuis le début de l'année 2009, tendances qui ont conduit les entreprises à procéder à d'importantes réductions d'effectifs, souligne IHS Markit. Eliot Kerr, économiste à IHS Markit, commente ainsi les derniers résultats de l'enquête : "les fermetures d'usines résultant de l'épidémie de coronavirus ont très fortement affecté les performances du secteur manufacturier français en mars. En effet, la production et les nouvelles commandes ont enregistré leurs plus fortes contractions depuis la crise financière mondiale de 2009, témoignant de la sévérité des répercussions de la crise sanitaire actuelle sur l'environnement économique. La pandémie de coronavirus s'est répercutée tant sur le niveau de l'offre que sur celui de la demande.

La question de la croissance sera déterminante dans les prochains jours, personne n'étant aujourd'hui en mesure d'évaluer l'impact du coronavirus. Certains tentent de le faire ! Et pour les Etats-Unis, Goldman Sachs a encore abaissé sa prévision de PIB pour le deuxième trimestre et table désormais sur une chute de 34% en rythme annualisé (contre -24% auparavant) après -9% pour janvier-mars ! La banque s'attend à voir le taux de chômage grimper à 15% en milieu d'année.

Entre 100.000 et 240.000 morts aux Etats-Unis !... Tel est le bilan du coronavirus auquel s'attend désormais la Maison Blanche, si les mesures actuelles de distanciation sociale sont maintenues... Sans aucune mesure prise, le nombre de morts pourrait atteindre 1,5 à 2,2 millions, a précisé l'administration Trump. La Bourse de New York a fini en recul, mardi, pour le dernier jour du premier trimestre, qui se solde par les pires plongeons des indices depuis des années.

VALEURS EN HAUSSE

* Eurobio Scientific (+23% à 12,2 euros) est prêt pour lancer les tests de sérologie. La société a annoncé le marquage CE de ses tests SARS Cov-2 IgG et IgM CLIA développés spécifiquement pour la sérologie des patients dans le but de connaître leur statut immunologique par rapport au COVID-19. Ces tests s'inscrivent dans la deuxième phase de l'épidémie, où, après les tests de biologie moléculaire pour détecter la présence spécifique du virus, il faut recourir à des tests sérologiques pour identifier la présence d'anticorps contre COVID-19 chez les patients. Dans l'immédiat, ces tests vont permettre de définir précisément la population immunisée contre la maladie. Dans un deuxième temps, ils permettront d'identifier les individus qui nécessiteront une vaccination lorsque celle-ci sera disponible.

* Atari (+10%) avait annoncé hier le remboursement du solde des OCEANE 2003-2020. A l'issue de ce remboursement, le Groupe Atari n'a plus aucune dette financière, hors les dettes de loyer IFRS 16.

* Pas de hausses significatives sur le CAC40.

* Vivendi se maintient quand même dans le vert (+0,8%). Moody's a confirmé la note émetteur long terme de Vivendi à 'Baa2'. La perspective est 'stable'. "La confirmation de la notation reflète notre conviction que, malgré la faiblesse attendue des performances opérationnelles due à une récession économique mondiale en 2020, le chiffre d'affaires de Vivendi va renouer avec la croissance et les paramètres de crédit seront de nouveau conformes à la catégorie de notation 'Baa2' en 2021, grâce aux fortes positions de la société dans ses principales divisions, en particulier Universal Music Group", explique l'agence.

VALEURS EN BAISSE

* Société Générale (-6% à 14,4 euros) suspend ses objectifs 2020 communiqués le 6 février 2020 dans le cadre de ses résultats annuels 2019. Au cours du 2e semestre, le Conseil proposera les orientations en matière de distribution aux actionnaires. Celle-ci pourrait notamment consister dans le paiement d'un acompte sur dividende sur les résultats 2020 ou en un dividende exceptionnel, sous la forme d'une distribution de réserves, laquelle nécessiterait la tenue d'une Assemblée Générale.

* ADP perd 2% à 85,7 euros. Pour préserver les marges de manoeuvre de l'entreprise dans une crise dont l'on ne connaît pas la durée et à la demande de l'Etat, le conseil a décidé de soumettre au vote de la prochaine assemblée générale annuelle le versement d'un dividende correspondant à l'acompte sur dividende de 0,7 euro versé pour chaque action ayant eu droit au dividende le 10 décembre 2019. Il est à comparer avec le projet de versement d'un dividende de 3,7 euros annoncé précédemment. Il n'est donc pas proposé de verser le solde du dividende au titre de l'exercice 2019. Seul l'acompte de 0,7 euro du dividende au titre de l'exercice 2019 restera acquis.

* Natixis (-6,5% à 2,77 euros) a pris la décision de suivre les recommandations formulées par la Banque Centrale Européenne (BCE) le 27 mars 2020 concernant la distribution de dividendes dans le contexte d'incertitudes sur les impacts financiers engendrés par la crise du COVID-19. Ainsi, le Conseil d'administration ne proposera pas à l'Assemblée générale annuelle du 20 mai 2020 d'approuver la distribution d'un dividende par action de 0,31 euro au titre de l'exercice 2019. Cette distribution sera retirée du projet de résolution visant l'affectation du résultat 2019 soumis par le Conseil d'administration à l'assemblée. Le dividende provisionné au titre de l'exercice 2019 et jusqu'alors déduit des fonds propres CET1 de Natixis sera relâché. Il a un impact positif d'environ 100 pb sur la solvabilité de Natixis. Par ailleurs, en ligne avec les recommandations actuelles de la BCE, aucun provisionnement de dividende ne sera effectué au cours de l'exercice 2020 d'un point de vue prudentiel. Le Conseil d'administration reconsidérera cette décision après le 1er octobre 2020 afin de procéder à une éventuelle distribution, en fonction de la situation qui prévaudra à ce moment.

* Eiffage (-2%) a décidé, dans un souci de responsabilité vis-à-vis de l'ensemble de ses parties prenantes, de ne plus proposer de distribution de dividende à l'Assemblée générale du 22 avril prochain.

* Safran recule encore de 9% à 72,7 euros.Bernstein repasse de 'surperformance' à 'performance de marché' sur Safran avec un cours cible de 83 euros.

* L'Oréal (-2% à 234 euros) a finalisé l'acquisition des marques Mugler et des parfums Azzaro du groupe Clarins.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.