Mi-séance Paris : Trump renvoie le CAC40 sous les 5.100 points

Mi-séance Paris : Trump renvoie le CAC40 sous les 5.100 points©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 23 mars 2018 à 12h00

LA TENDANCE

Le décrochage brutal des marchés, hier, n'était pas qu'un épiphénomène puisque les places financières mondiales poursuivent leur repli ce matin et Paris qui avait cédé plus de 2% en séance hier avant de clôturer sur un niveau un peu moins défavorable (-1,38%), recule à nouveau de 1,5% en fin de matinée. Le CAC40 retombe ainsi sous les 5.100 points après même un plus bas de 5.060 points ce matin, proche des planchers de ces 6 derniers mois. Aucune valeur de l'indice ne progresse. Les marchés sont emportés par l'hypothèse d'une concrétisation de la guerre commerciale entre les deux plus grandes économies de la planète, puisque Trump a dévoilé hier soir les produits susceptibles d'être surtaxés et a invité Pékin à ouvrir des négociations. Trump a aussi promis de limiter l'investissement étranger aux Etats-Unis et de s'attaquer au problème de violation de la propriété intellectuelle. Si l'escalade devait se confirmer, c'est le niveau de la croissance mondiale qui serait alors en jeu. D'où l'inquiétude sérieuse sur les marchés.

VALEURS EN HAUSSE

* Aucune hausse sur le CAC40.

* Peu de hausses significatives sur le SBF120. Ingenico reprend 1,2% à 65 euros après avoir été pénalisé hier par une recommandation d'analystes.

* Guillemot gagne 3,4% à 4,22 euros. La publication des résultats 2017 de Guillemot a poussé Genesta à recommander le titre à l'achat fort, alors qu'il était simplement acheteur jusque-là. Dans le même temps, le bureau d'études a relevé son objectif de cours de 5,55 à 5,65 euros.

VALEURS EN BAISSE

* Plus forte baisse du CAC40, STMicroelectronics décroche de près de 5% à 18,5 euros après déjà un tel écart à la baisse hier. La perspective d'une guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine pourrait en effet avoir des répercussions pour le groupe.

* Vivendi (-0,4% à 21,06 euros) : coup de théâtre dans le dossier Telecom Italia, avec la démission de huit administrateurs, dont les trois désignés par le Français, qui provoque la convocation d'une nouvelle assemblée générale en mai.

* Total (-0,8% à 45,9 euros) : la major fait partie des prétendants au prochain round d'adjudication de blocs pétroliers par le Mexique. Les autorités ont recensé 36 enchérisseurs potentiels, dont 22 consortiums et 14 en solo. Le Mexique met en jeu 35 blocs en eaux peu profondes en 27 enchères.

* Airbus (-1,6% à 93,1 euros) : le patron de bombardier a déclaré hier lors d'une conférence à Montréal que les choses avancent extrêmement bien au niveau du projet de rattacher le programme CSeries à Airbus, dans le cadre d'une coentreprise dont l'industriel européen détiendrait un peu plus de 50% des parts. Alain Bellemare a indiqué qu'il y a une probabilité pour que l'accord soit bouclé plus rapidement que prévu.

* ArcelorMittal (-3,3% à 25,3 euros) : l'aciériste va déposer une nouvelle offre sur Essar Steel après une invalidation de son projet initial. L'offre de son rival a également été retoquée. Nouveau round attendu début avril.

* TechnipFMC (-1,7% à 23,7 euros) et Magma Global vont s'allier dans les conduites flexibles hybrides destinées à l'offshore. Les deux groupes ont paraphé un accord en vue de développer des conduites plus solides, plus pérennes, moins lourdes et moins coûteuses, qui serviront au transport de fluides sous-marins. Pour marquer le coup, TechnipFMC va prendre une participation minoritaire dans Magma Global.

* Bolloré (-3% à 4,3 euros) a bénéficié de l'intégration des résultats de Vivendi en 2017, ce qui porte le bénéfice net à 2,08 MdsE, contre 588 ME en 2016 en consolidé. Un dividende de 0,06 euro sera proposé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.