Mi-séance Paris : une troisième baisse d'affilée se profile

Mi-séance Paris : une troisième baisse d'affilée se profile©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 15 décembre 2017 à 12h00

LA TENDANCE

Malgré une modeste incursion dans le vert dans le courant de la matinée, la bourse de Paris reste pour l'instant en baisse, la troisième d'affilée. Le CAC40 perd environ 0,4% en fin de matinée à 5.337 points. Les décisions des trois banques centrales occidentales intervenues cette semaine, Fed, Banque d'Angleterre et Banque centrale européenne, n'ont pas réservé de surprises et n'influencent pas les investisseurs. La séance du jour s'annonce calme du point de vue de l'actualité même s'il s'agit d'une "journée des quatre sorcières", au cours de laquelle arrivent à expiration les options et les contrats à terme sur indices et actions. Il en résulte d'importants volumes d'échanges additionnels.

VALEURS EN HAUSSE

* Abivax bondit de 25% au-dessus de 10 euros. Le laboratoire a annoncé que les résultats initiaux de la première cohorte de patients traités par ABX464-005 en phase IIa montrent une réduction statistiquement significative du réservoir viral du VIH dans le sang chez les participants et confirment la réduction du réservoir de VIH.

* LafargeHolcim gagne 2% à 46 euros. Le conseil d'administration du cimentier va modifier en profondeur son organisation, en vue de la rendre "plus agile" et "davantage tournée vers les marchés", explique-t-il dans un communiqué. Dans le nouveau schéma, les pays auront la responsabilité de leurs résultats, tout en mettant un accent plus important sur le développement et l'exécution de stratégies de marché gagnantes. Les trente principaux pays rapporteront directement au comité exécutif et les fonctions business globales seront rassemblées sous une direction unique. Le comité exécutif ne comprendra plus que neuf membres, contre dix actuellement. Les modifications interviendront dès le 1er janvier prochain.

* GTT (+3% à 49,6 euros) a signé un contrat-cadre de prestations de services sur 5 ans avec Chevron Transport Corporation, en vertu duquel GTT va assister le groupe américain pour la maintenance et l'exploitation de 10 méthaniers équipés des technologies Mark III et NO96.

* Safran remonte de 1,3% à 86,9 euros après le trou d'air boursier lié au revers majeur subi avec Dassault Aviation, qui a abandonné son projet Falcon 5X à cause du décalage entre les performances réelles et contractuelles du réacteur Silvercrest. Safran a précisé avoir provisionné la totalité des pénalités dues à son client au titre de la phase de développement.

Gemalto gagne 0,7% à 47,2 euros. Le marché joue la surenchère sur l'OPA à 46 euros soumise par Atos et rejetée par le conseil d'administration du groupe née du mariage d'Axalto et Gemplus il y a plus de dix ans.

VALEURS EN BAISSE

* Société Générale recule de 1,8% à 43,25 euros. Cegedim a signé avec Franfinance, filiale de la Société Générale, une convention de cession de ses activités de financement des professionnels du secteur médical Cegelease et Eurofarmat, sous réserve de l'obtention de l'accord des autorités de la concurrence. Le prix de cession est de 57,5 millions d'euros, auquel viendra s'ajouter le remboursement du compte-courant d'associé, qui s'élevait au 30 juin à 13 ME.

* Vallourec cède 1,8% à 4,37 euros. La dernière augmentation de capital réservée aux salariés s'élève à 27 ME et se solde par l'émission de 6.749.755 actions nouvelles (représentant 1,49% du nombre d'actions en circulation), au prix de souscription unitaire de 3,77 euros pour la formule classique et 4 euros pour la formule à effet de levier. Cette offre porte le nombre total d'actions Vallourec en circulation à 457.987.760 au 14 décembre 2017.

* Carrefour perd 1,6% à 17,2 euros. Les syndicats ont une approche différente de la période des fêtes. La CGT veut appeler à la grève à Noël mais FGTA-FO préfère ne pas jeter d'huile sur le feu avant la fin de l'année. Mais tous deux sont d'accord sur un point : Alexandre Bompard, PDG depuis l'été, n'a pas intérêt à refuser le dialogue en vue de l'annonce de son plan stratégique le 23 janvier.

* Airbus (stable à 85,4 euros). La grande purge a démarré chez l'avionneur, comme les dernières rumeurs le laissaient penser. Mais le grand ménage ne commencera pas par Tom Enders, qui conservera les commandes jusqu'au terme de son mandat actuel, en avril 2019. En revanche, et comme les derniers bruits de couloirs le laissaient penser, Fabrice Brégier ne passera pas l'hiver. Le bras droit d'Enders et patron opérationnel du groupe va démissionner en février prochain et sera remplacé par l'actuel CEO de la filiale Airbus Helicopters, Guillaume Faury. Ces décisions spectaculaires ont été prises hier par le conseil d'administration, pour garantir une succession ordonnée du leadership exécutif d'Airbus. Une façon pudique d'évoquer un grand coup de balai.

 
4 commentaires - Mi-séance Paris : une troisième baisse d'affilée se profile
  • avatar
    pigeonxxl38 -

    vous ne trouvez pas sinistre inquiétant ce tabernacle noir posé au-dessus de la Bourse ?

  • avatar
    Mdr -

    Le lest pèse lourd hein !

  • avatar
    ajlbn -

    Denormandie: "les marchands de sommeil seront traités comme des trafiquants"


    Statut : en attente de publication

    Il y a une minute


    Enfin! Mais longtemps très intimé dans le domaine du logement, combien de fois j'ai entendu ce discours! Si nous avons pu "coincer" quelques "indélicats" qui louaient de véritables taudis, et faire fermer quelques gourbis, ou logements non déclarés, après des mois ou des années d'actions, et des passages successifs des services municipaux et de l'Etat, les combines pour louer des sous sols, des garages, des chambres sous rampants de toits, des logements insalubres, indignes, sont nombreuses, la lutte réelle se heurte au manque de moyens pour contrôler des bailleurs clandestins, et à une pénurie de logements sociaux pour reloger dans l'urgence les familles exploitées. Une véritable mafia, avec ses conseillers connaissant les ficelles et les failles, gangrène le secteur habitat. J'avais proposé en son temps, une solution radicale: aucun logement du privé ancien, ne peut être loué sans le passage préalable d'un agent assermenté formé à l'habitat, qui donne aval, ou à un architecte missionné pour vérifier les règles de l'art. Et naturellement, toute location donne obligation à une déclaration fiscale, et à un contrôle régulier. On contrôle bien les voitures, et les accidents et dangers domestiques sont bien plus nombreux!
    02 < compteur de censuré=repassé
    Très étrange que le modérateur décide de rejeter ce commentaire! Je respecte la charte, mes propos sont factuels, et pour cause. Il devrait s'en expliquer auprès de son service de gestion, à minima. D'autant plus que comme je l'ai prouvé, des propos respectueux sont rejetés et des insultes passent. Je re propose mon avis autant de fois que nécessaire. Cordialement.

  • avatar
    Mdr -

    Et bientôt le rouge bien foncé quand le marché aura décidé de se donner des perspectives ! Pas de brutalité,s'il vous plait,lentement mais surement.....Bonne journée.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]