Mi-séance Paris : Vallourec, Technicolor et Ingenico sont sanctionnés

Mi-séance Paris : Vallourec, Technicolor et Ingenico sont sanctionnés
marchés financiers, crise 9 août 2007 subprimes

Boursier.com, publié le jeudi 22 février 2018 à 12h00

LA TENDANCE

La bourse de Paris glisse de 0,3% à 5.285 points et reperd le terrain gagné la veille. Tout cela avec un palmarès encore très animé par les dernières publications annuelles. La normalisation des politiques monétaires des grandes banques centrales continue de faire l'actualité avec des signes de plus en plus concrets qui émergent sans surprise du compte-rendu de la dernière réunion de la Fed. Wall Street a ainsi souffert hier de la poursuite de la hausse des rendements des emprunts d'Etat américains, le 10 ans ayant frôlé les 3%. La contagion vers l'Europe reste cependant limitée avec un Bund allemand autour de 0,7% et un rendement des OAT 10 ans encore inférieur à 1%.

VALEURS EN HAUSSE

* Plus forte hausse du CAC40, TechnipFMC gagne 5% à 25 euros. L'embellie entrevue au troisième trimestre ne s'est pas vraiment poursuivie en fin d'année. Le groupe a publié des résultats inférieurs aux attentes au quatrième trimestre, la faute notamment à un segment Subsea dont les revenus ont fortement chuté. Dans un secteur qui reste compliqué, le management se montre relativement confiant pour 2018 avec un léger relèvement de l'objectif du segment Onshore/Offshore, qui n'est pas le plus rentable du périmètre mais qui tient son rang malgré un carnet de commandes en baisse. Les premières réactions d'analystes sont prudemment optimistes, notamment après le relèvement de l'objectif Onshore/Offshore. Les professionnels campent sur leurs positions, à savoir une approche majoritairement positive sur le dossier, en voie de redressement.

* Axa (+0,55% à 25,59 euros) : 2017 est une année de résultats records. Le groupe a mis l'accent sur la rentabilité avec un certain succès, puisque le bénéfice net dépasse les attentes, tiré en particulier par une division santé dynamique. Un dividende de 1,26 euro sera proposé.

* Veolia (+0,8% à 19,7 euros) a publié ce matin des résultats légèrement supérieurs aux attentes tout en confirmant ses objectifs 2018 et 2019. Le groupe étale ses progrès et sa confiance, en opposition au rival Suez qui avait lancé un sévère avertissement il y a peu.

* Bouygues (+2,2% à 44 euros) est à créditer d'une solide génération de trésorerie en 2017, largement supérieure aux attentes. Les résultats s'améliorent et devraient continuer à le faire en 2018. Souvent scruté de près par les analystes, Bouygues Telecom a légèrement dépassé ses objectifs d'Ebitda, malgré leur relèvement fin 2017.

VALEURS EN BAISSE

* Vinci (-1,80% à 81,40 euros) va réaliser des aménagements routiers en Nouvelle-Zélande, dans le cadre d'un contrat d'alliance de 415 ME. La part de la filiale du groupe n'a pas été communiquée.

* Air France KLM (-2,7% à 9,82 euros) : jour de grève importante chez le transporteur, pour des questions salariales. Air France prévoit d'assurer 75% de son programme de vols compte tenu d'un taux de grévistes estimé à 28%.

* Vallourec chute de 11% à 4,4 euros : l'Ebitda 2017 était symboliquement positif de 2 ME, tandis que le résultat d'exploitation était en perte de -483 ME. La perte nette ressort à -537 ME. Pour 2018, la société prévient que l'environnement de marché actuel subit une volatilité inhabituellement importante et défavorable des prix de certains consommables et des taux de change.

* Technicolor plonge de 22% à 2,27 euros. Les revenus ont chuté de -6,8% l'année dernière, creusant la perte nette du groupe à -173 ME. En 2018, l'Ebitda ajusté des activités continuées devrait être stable (371 ME en 2017). Le flux de trésorerie disponible touchera un point bas cette année.

* Ingenico dévisse de 17% à 76,3 euros. Le leader mondial des solutions de paiement intégrées a pourtant dévoilé de solides résultats annuels avec un EBITDA de 526 ME contre 476 ME en 2016 (soit une marge d'EBITDA de 21%), pour un chiffre d'affaires de 2,51 MdsE, en croissance de 9% en données publiées. Mais les prévisions 2018 apparaissent clairement décevantes dans la mesure où le groupe anticipe un EBITDA compris entre 545 et 570 ME, soit bien en-deçà des attentes des analystes (623 ME). Contrairement à ses habitudes, le management n'a également pas fourni de guidance de chiffre d'affaires...

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU