Ouverture Paris : +2% !

Ouverture Paris : +2% !
Trader sur le floot du NYSE.

Boursier.com, publié le lundi 06 juillet 2020 à 09h30

LA TENDANCE

La tendance est en nette hausse ce lundi matin à Paris, en progression de 2% à 5.110 pts, alors que les places de la zone Asie-Pacifique ont terminé en nette progression ce matin, les espoirs de vaccin contre le Covid-19 ayant été relancés ce week-end par Donald Trump. Par ailleurs, les signes de redressement économique se multiplient dans le monde malgré la poursuite de la pandémie de coronavirus. La Bourse de Shanghai a bondi ainsi de 5,7%, suivie de Hong Kong en hausse de 4,5%, tandis que Tokyo s'est adjugé 1,8%. Lors de la fête nationale américaine, Donald Trump a tenu à rassurer les foules ce week-end à l'occasion des célébrations du '4 juillet', proclamant haut et fort qu'un vaccin ou un traitement contre le Covid-19 serait "probablement disponible bien avant la fin de l'année" (...) "Nous avons réalisé énormément de progrès... Notre stratégie fonctionne bien", a-t-il déclaré à l'occasion d'un discours célébrant la fête nationale US.

WALL STREET

Rappelons que la Bourse de New York avait terminé en hausse jeudi soir une semaine écourtée par un long week-end de trois jours afin de célébrer l'"Independence Day" aux Etats-Unis... Les marchés ont par ailleurs salué la publication d'un rapport de l'emploi de nouveau encourageant aux Etats-Unis en juin, avec 4,8 millions de créations de postes. A la clôture, l'indice Dow Jones a gagné 0,36% à 25.827 points, tandis que l'indice large S&P 500 a progressé de 0,45% à 3.130 pts et que le Nasdaq Composite, a grimpé de 0,52% à 10.207 pts, signant un deuxième record historique d'affilée.
Sur la semaine entière, les indices américains ont grimpé, de 3,2% pour le Dow Jones, de 4% pour le S&P 500, et de 4,6% pour le Nasdaq, dans l'espoir d'une reprise économique en "V".

Le rapport mensuel sur l'emploi US a donc apporté de bonnes surprises, avec 4,8 millions de créations de postes non-agricoles aux Etats-Unis en juin, bien plus que le consensus de 3 millions. L'économie américaine avait déjà recréé 2,699 millions de postes en avril, un chiffre révisé à la hausse ce jeudi. Cela a permis au taux de chômage de régresser à 11,1% en juin (contre 12,4% de consensus), après 13,3% en mai et un pic de 14,7% en avril. En revanche, le salaire horaire moyen a baissé de 1,3% en juin, en comparaison avec mois précédent.
Donald Trump s'est bien évidemment aussitôt félicité de ces chiffres : Lors d'une brève conférence de presse la Maison-Blanche, le président américain les a qualifiés de "spectaculaires", et a promis "un superbe troisième trimestre", à l'approche de l'élection présidentielle du 3 novembre. "La bonne chose c'est que ces chiffres vont sortir juste avant l'élection, donc les gens pourront les voir", s'est-il encore réjoui...
"Les annonces prouvent que notre économie est en train de se remettre à vrombir, dans certains secteurs nous éteignons les flammes et cela marche très bien", a déclaré le président républicain. Plus prudent, le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, a souligné que "le travail n'est pas terminé" dans le processus de reprise. "Je serai inquiet tant que nous n'avons pas ramené tout le monde sur le marché de l'emploi", a-t-il précisé. Avant la crise sanitaire, le taux de chômage aux Etats-Unis s'affichait à 3,5% en février, au plus bas depuis 50 ans.

"L'économie française repart au moins aussi vite qu'espéré il y a un mois et peut-être même un peu plus vite", a déclaré pour sa part sur LCI le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau. La BdF a estimé le mois dernier que la deuxième économie de la zone euro tournerait 12% en dessous de ses capacités d'ici la fin juin, quand la perte d'activité sur les quinze premiers jours du confinement, fin mars, avait atteint 32% et était encore de 17% fin mai, après la levée du confinement.
La banque centrale doit publier de nouvelles estimations mardi matin... "La reprise se passe au moins aussi bien que nous l'avions prévu et peut-être même un peu mieux", a précisé François Villeroy de Galhau. En prenant en compte les estimations de la perte d'activité sur les mois d'avril, mai et juin, la Banque de France estimait "autour de -15%" la contraction du PIB au 2e trimestre. Sans minimiser la gravité de la crise économique, ce dernier a déclaré que "la situation pourrait de même être un peu meilleure"...
Ce lundi, sur les devises, l'euro revient à 1,1285/$, tandis que le Brent grimpe à 43$ le baril. L'or débute la semaine à 1.776$ l'once.

INDICATEURS A SUIVRE

Etats-Unis :
- PMI final des services. (15h45)
- Indice ISM des services américains. (16h00)
Europe :
- Indice Sentix de confiance des investisseurs. (10h30)
- Ventes de détail en Europe. (11h00)

VALEURS EN HAUSSE

GenSight Biologics (+10%) annonce que l'efficacité et la sécurité de LUMEVOQ ont été maintenues chez des patients atteints de Neuropathie Optique Héréditaire de Leber (NOHL) 3 ans après une injection unique de cette thérapie génique. Ce résultat a été observé dans l'étude de suivi à long terme CLIN06, proposée aux participants des études pivots de Phase III RESCUE et REVERSE.
Ces nouvelles données viennent renforcer le dossier de demande d'autorisation de mise sur le marché de LUMEVOQ en Europe, dont le dépôt est prévu en septembre 2020.

Showroomprivé : +10% avec Neoen (+8%) et EDF (+7%)

Chargeurs : +6% suivi de Actia, Elior

Compagnie des Alpes (+6%) Le Département de la Vienne a lancé, fin 2019, un appel à candidatures pour l'exploitation du site actuel du Futuroscope, ainsi que la création et l'exploitation d'une nouvelle zone d'activité adjacente. Le Conseil Départemental de la Vienne vient de retenir le projet porté par les équipes de la Société Anonyme du Parc du Futuroscope (SAPF), société contrôlée par la Compagnie des Alpes et actuel exploitant du site du Futuroscope, pour la mise en place d'un nouveau bail de 30 ans.
En portant ce projet transformant du site actuel et son extension dans le cadre de ce nouveau bail, l'ambition des différents partenaires est de conforter le Futuroscope comme une destination de court séjour d'exception, en France et en Europe. Le projet présenté par la SAPF, mandataire d'un groupement aux côtés de la SEM Patrimoniale de la Vienne et de la Caisse des Dépôts, via la Banque des Territoires, se décompose en deux volets...
D'une part, l'offre portée par le site actuel du Futuroscope va être renforcée et densifiée, via un plan d'investissement de 200 millions d'euros sur les 10 prochaines années. Ce plan porté par la SAPF prévoit notamment le déploiement de 3 attractions majeures d'ici à 2025, mais également la rénovation des aménagements extérieurs, des espaces verts, de nouvelles animations, et des expériences de restauration originales et diversifiées.
D'autre part, à proximité immédiate du site historique, un projet dit 'Futuroscope 2' intègre 2 hôtels thématisés et un parc aquatique. Ils viendront compléter l'expérience proposée par le Futuroscope à ses clients.
Des investissements d'un montant total de 104 ME seront portés par une nouvelle société, Futur Resort, détenue par la SEM Patrimoniale de la Vienne et par la Banque des Territoires. La SAPF assurera la maîtrise d'ouvrage déléguée de cette nouvelle zone puis l'exploitation grâce à la signature d'un bail, également de 30 ans (échéance 2050), avec la société Futur Resort.
Le site du Futuroscope est aujourd'hui exploité par la Société Anonyme du Parc du Futuroscope (SAPF). Cette dernière est détenue à 45,55% par la Compagnie des Alpes ; 38,73% par la SEM Patrimoniale de la Vienne (détenue elle-même par à 79,73% par le Département de la Vienne et à 14,93% par la Banque des Territoires) ; 14,27% par la Banque des Territoires.
Dans le cadre de la transformation du Futuroscope, la SEM Patrimoniale de la Vienne a exprimé son souhait de céder sa participation de 20% dans la SAPF. En conséquence, la Compagnie des Alpes et la Banque des Territoires reprendront chacune une participation supplémentaire de 10% dans la Société Anonyme du Parc du Futuroscope.
A l'issue de l'opération, la SAPF sera détenue à 55,55% par la Compagnie des Alpes ; 18,73% par la SEM Patrimoniale de la Vienne ; 24,27% par la Banque des Territoires et 1,45% par elle-même.
"Nous sommes particulièrement heureux que ce projet puisse aujourd'hui se concrétiser. Nous partageons, avec le Département de la Vienne et la Caisse des Dépôts, via la Banque des Territoires, la même vision pour l'avenir du Futuroscope et avons l'ambition de maintenir et consolider la place du Futuroscope parmi les parcs les plus attractifs en France. En dépit de la crise majeure que nous traversons, la Compagnie des Alpes entend poursuivre dans la durée une stratégie volontariste d'investissement afin de développer l'attractivité de ses sites au bénéfice de ses clients et de l'ensemble des parties prenantes des territoires où elle est implantée", commente Dominique Marcel, Président-directeur général de la Compagnie des Alpes.
La signature définitive devrait intervenir fin septembre. Le nouveau bail débuterait en janvier 2021.

Lectra : +5% avec Spie, Inventiva, Lisi

BNP Paribas : +4% avec ALD, SES, Lagardere

GTT (+4%) a reçu fin juin une commande de la part du chantier naval russe Zvezda Shipbuilding Complex pour la conception des cuves de cinq méthaniers brise-glace de type ARC7 pour le compte d'un armateur russe.
Il s'agit de la première commande après que GTT ait signé un contrat de licence et d'assistance technique avec le chantier permettant à Zvezda d'utiliser les technologies à membranes développées par GTT.
Ces navires de type ARC7 pourront naviguer dans des eaux couvertes de glace. Ils contribueront aux projets arctiques du producteur de GNL russe Novatek.

Ubisoft : +3% suivi de Société Générale, Eramet, Renault, Scor, Cegedim, Innate, Essilor

TechnipFMC : +3% suivi de LafargeHolcim, Accor, ADP, Crédit Agricole et Saint-Gobain

Air France (+2,7%) et HOP! ont présenté à leurs représentants du personnel leurs orientations stratégiques et les perspectives d'adaptation des effectifs consécutives à la crise du COVID-19 qui frappe durement le groupe. Pendant trois mois, l'activité et le chiffre d'affaires d'Air France ont chuté de 95%, et au plus fort de la crise, la compagnie a perdu 15 millions d'euros par jour. La reprise s'annonce très lente en raison des nombreuses incertitudes qui persistent sur la situation sanitaire, la levée des restrictions de voyage et l'évolution de la demande commerciale. Ainsi, même sur la base d'hypothèses de reprise ambitieuses, Air France prévoit que le niveau d'activité de 2019 ne reviendra pas avant 2024.
Le soutien de l'Etat français, sous la forme de prêts garantis à hauteur de 7 milliards d'euros, permet au groupe de traverser cette crise à court terme et s'accompagne d'engagements forts pour assurer sa pérennité : Air France doit accélérer sa transformation pour retrouver sa compétitivité, et renforcer son leadership en matière de transition durable.
Dans le contexte d'une baisse d'activité aussi durable, le groupe Air France doit agir avec lucidité et responsabilité. Sa transformation repose principalement sur le changement de modèle de son activité domestique, la réorganisation de ses fonctions support et la poursuite de la réduction de ses coûts externes et internes.
Pour Air France, les projections des besoins d'effectifs font apparaître une baisse de 6.560 emplois à l'horizon fin 2022 sur un total actuel de 41.000. Les nombreux départs naturels prévus sur la période (plus de 3.500) permettront de compenser plus de la moitié de cette réduction d'emplois grâce à une pyramide des âges favorable.
Pour HOP!, le redimensionnement de l'activité et la restructuration de la compagnie, liée notamment à la simplification de la flotte, entraînent à l'horizon des trois ans une réduction de 1.020 emplois sur un effectif actuel de 2.420. En prenant en compte les départs naturels estimés, le sureffectif reste d'environ 820 à fin 2022.
Air France et HOP! travaillent avec les organisations syndicales pour mettre en place des dispositifs de départs privilégiant les mesures de volontariat, d'aménagement de fin de carrière et de mobilité professionnelle et géographique. La solidarité au sein du groupe Air France sera également mise en oeuvre avec des propositions d'offres d'emploi internes à tous les salariés dont le poste serait supprimé et qui n'auraient pas souhaité s'inscrire dans le plan de départs.
Air France et HOP! mèneront l'ensemble de ces processus dans le respect du dialogue et avec responsabilité et transparence sur les enjeux de reconstruction du groupe Air France.
Ce plan de reconstruction sera présenté fin juillet, avec celui du groupe Air France-KLM.

Technicolor (+2,6%) et la SELARL FHB, prise en les personnes de Maîtres Hélène Bourbouloux et Gael Couturier, en qualité d'administrateurs judiciaires nommés par le Tribunal de Commerce de Paris par jugement du 22 juin 2020, annoncent que lors de la réunion qui s'est tenue le 5 juillet 2020 sur convocation de l'Administrateur Judicaire, le comité des établissements de crédit et assimilés (CECA) dans le cadre de la procédure de sauvegarde financière accélérée de la Société, a approuvé le projet de plan de sauvegarde à une majorité de 100% des votes exprimés.
La Société se réjouit de la réussite de ce nouveau jalon, la prochaine étape-clé étant l'Assemblée générale du 20 juillet 2020, qui se tiendra à huis clos, hors présence physique des actionnaires, compte tenu de la situation sanitaire. Une forte participation, nécessaire pour atteindre le niveau de quorum minimum, et un vote positif des actionnaires en faveur de toutes les résolutions, sont de la plus haute importance pour l'avenir de la Société, car cela facilitera la mise en oeuvre du plan de sauvegarde, ouvrant un nouveau chapitre au développement de l'entreprise.

Sanofi (stable). La Grande-Bretagne pourrait signer un accord de 500 M£ (624 ME) avec Sanofi et GlaxoSmithKline pour la livraison de 60 millions de doses de vaccin contre le COVID-19 sur lequel les deux laboratoires travaillent en collaboration, selon le journal anglais 'Sunday Times' qui précise que Londres envisagerait d'acheter le vaccin si ce dernier venait à montrer des résultats probants lors des essais cliniques qui doivent débuter en septembre prochain.
Un porte-parole du ministère de l'Economie britannique a fait savoir que des discussions étaient en cours avec différentes entreprises, mais n'a pas précisé si Sanofi ou GSK en faisaient partie...

Energisme lance son introduction en bourse sur Euronext Growth Paris via une offre à prix ferme d'un montant d'environ 8 ME (4,65 euros par Action Offerte). 6,86 ME sont déjà sécurisés sous la forme d'engagements de souscription, dont 1,44 ME par compensation de créances obligataires.
La période de souscription se déroule du du 6 juillet au 16 juillet 2020 inclus pour l'Offre au public et pour le Placement Global. Le début des négociations sur le marché sur Euronext Growth est fixé le 22 juillet 2020. (Code ISIN : FR0013399359/ Mnémonique : ALNRG).

VALEURS EN BAISSE

Solocal : -28%. Le groupe a dévoilé son plan de restructuration. Le besoin de Trésorerie de Solocal s'élève à 120 ME à partir du mois d'août. "Il est donc évident que si l'Assemblée Générale du 24 juillet n'adopte pas le plan, nous n'aurons pas d'autre choix que d'entrer en redressement judiciaire" commente la direction dans les colonnes de Boursier.com.

Avenir Telecom (-22%) annonce la mise en place d'un nouveau financement obligataire par émission réservée d'OCA avec BSA attachés afin de soutenir l'accélération de son plan de développement.

Synergie : -4% avec Transgene et Crit

SQLI : -3% avec Manitou et Esi Group

Verallia : -2% suivi de Mauna Kea, Alten.

Aubay : -2% avec Stef et Beneteau

Mersen : -1,5% suivi de Virbac, AST

Le 1er juillet, en fin d'après-midi, alors que le site d'Egide USA (-1%) à Cambridge, Maryland, USA, était fermé pour cause de week-end prolongé pour la fête nationale du 4 juillet, un incendie s'est déclaré dans la zone de traitement de surface. Il a été rapidement éteint et il n'y a pas eu de blessé. La priorité a immédiatement été donnée à l'inventaire des produits chimiques potentiellement dangereux associés aux lignes de traitement de surface touchées par l'incendie.
Une entreprise de décontamination a été contactée et se trouve sur place. En collaboration avec l'équipe de traitement des déchets d'Egide USA, et les pompiers, une évaluation de l'usine est en cours.
Pour l'instant, bien qu'Egide ne connaisse pas l'étendue des dégâts, il semble qu'ils soient limités à la ligne de traitement de surface Or.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.