Ouverture Paris : Abivax s'envole, le CAC40 encore dans le rouge

Ouverture Paris : Abivax s'envole, le CAC40 encore dans le rouge©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 15 décembre 2017 à 09h30

LA TENDANCE

Le marché parisien va-t-il enchaîner une troisième séance consécutive de repli? On en prend le chemin ce matin puisque le CAC40 perd encore 0,23% à 5.345 points après 30 minutes d'échanges. Les décisions des trois banques centrales occidentales intervenues cette semaine, Fed, Banque d'Angleterre et Banque centrale européenne, n'ont pas réservé de surprises et les investisseurs semblent décidés à prendre quelques profits à l'approche de la fin d'année. Il faut dire que le millésime s'avère pour le moment bon, voire très bon, pour la plupart des grandes places financières.

La séance du jour s'annonce calme du point de vue de l'actualité mais elle pourrait être nerveuse puisqu'il s'agit d'une "journée des quatre sorcières", au cours de laquelle arrivent à expiration les options et les contrats à terme sur indices et actions. Il en résulte d'importants volumes d'échanges additionnels.

ECO ET DEVISES

En Europe, la balance commerciale d'octobre en zone euro (11h00) est attendue. Aux Etats-Unis, l'indice manufacturier Empire State de la Fed de New York (14h30) précèdera la production industrielle mensuelle (15h15) et l'indice des anticipations d'inflation de la Fed d'Atlanta (16h00).

La parité euro / dollar atteint 1,1782 ce matin. Le baril de Brent se négocie 63,35$ et le WTI 57,19$. L'once d'or se traite 1.254$ (+0,1%).

VALEURS EN HAUSSE

* Abivax (+35% à 11 euros). Le laboratoire annonce que les résultats initiaux de la première cohorte de patients traités par ABX464-005 en phase IIa montrent une réduction statistiquement significative du réservoir viral du VIH dans le sang chez les participants et confirment la réduction du réservoir de VIH.

* GTT (+1,4% à 48,9euros) a signé un contrat-cadre de prestations de services sur 5 ans avec Chevron Transport Corporation, en vertu duquel GTT va assister le groupe américain pour la maintenance et l'exploitation de 10 méthaniers équipés des technologies Mark III et NO96.

* EDF (+0,8% à 10,55 euros). Le groupe sera bien en mesure de délivrer un Ebitda compris entre 13,4 et 14 milliards d'euros en 2017. En revanche, et "suite aux différents aléas de production des dernières semaines", l'énergéticien ne parviendra pas à tenir l'objectif de production nucléaire de 383 à 387 TWh. Le bilan sera au final légèrement inférieur à cette fourchette déjà plusieurs fois réduite cette année, puisqu'EDF avait à l'origine mis le curseur à 390 à 400 TWh de production nucléaire (et entre 13,7 et 14,3 MdsE d'Ebitda). Plusieurs avertissements ont émaillé l'année.

* LafargeHolcim (+0,3% à 45,3 euros). Le conseil d'administration de LafargeHolcim va modifier en profondeur son organisation, en vue de la rendre "plus agile" et "davantage tournée vers les marchés", explique-t-il dans un communiqué. Dans le nouveau schéma, "les pays auront la responsabilité de leurs résultats, tout en mettant un accent plus important sur le développement et l'exécution de stratégies de marché gagnantes".

VALEURS EN BAISSE

* Innelec Multimédia (-6% à 5,85 euros). Les investisseurs "vendent la nouvelle". Le distributeur de jeux vidéo et d'accessoires a publié hier après bourse des comptes du premier semestre 2017-208 encourageants. Pour un chiffre d'affaires de 38,5 ME, en croissance de 7,5%, Innelec a enregistré un résultat net légèrement positif, à 0,2 ME, après prise en compte de la cession partielle des titres Focus Home Interactive. En revanche, le résultat opérationnel courant s'établit à -1,07 ME contre 3,22 ME un an plus tôt, mais quasiment à l'équilibre (-0,3 ME) hors charges non récurrentes.

* Nexans (-1,5% à 47,8 euros) aligne une troisième séance de forte baisse à l'ouverture. Après Barclays hier, c'est au tour de HSBC de dégrader le titre du spécialiste du câble d''acheter' à 'conserver' tout en réduisant de 59 à 51 euros son objectif de cours.

* Carrefour (-0,7% à 17,4 euros). Les syndicats ont une approche différente de la période des fêtes. La CGT veut appeler à la grève à Noël mais FGTA-FO préfère ne pas jeter d'huile sur le feu avant la fin de l'année. Mais tous deux sont d'accord sur un point : Alexandre Bompard, PDG depuis l'été, n'a pas intérêt à refuser le dialogue en vue de l'annonce de son plan stratégique le 23 janvier.

 
0 commentaire - Ouverture Paris : Abivax s'envole, le CAC40 encore dans le rouge
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]