Ouverture Paris : après Trump-Kim, place à la Fed

Ouverture Paris : après Trump-Kim, place à la Fed
bourse

Boursier.com, publié le mardi 12 juin 2018 à 09h30

LA TENDANCE

Le marché tente de poursuivre sa progression quelques heures après la rencontre entre Donald Trump et Kim Jong-un qui semble être un succès. Après un entretien en tête-à-tête d'une quarantaine de minutes dans un hôtel de luxe de Singapour, le président américain et le dirigeant nord-coréen ont signé un document commun, Donald Trump assurant que le processus de dénucléarisation de la péninsule coréenne allait débuter très rapidement tandis que Kim Jong-un parlait d'une "nouvelle ère". De quoi mettre du baume au coeur des investisseurs après le fiasco du G7 ce week-end.

Si la guerre commerciale entre les Etats-Unis et ses partenaires occidentaux reste en toile de fonds, les opérateurs ont désormais rendez-vous avec les trois grandes Banques centrales. La Fed lancera les hostilités avec la réunion de son comité de politique monétaire mardi et mercredi. Les marchés ont déjà largement anticipé une nouvelle hausse du taux des "fed funds". Ils attendent maintenant de savoir si la Réserve fédérale procédera à trois ou quatre hausses de taux en 2018 alors que l'inflation tend à accélérer et que le marché du travail tourne à plein régime. Il faudra patienter jusqu'à jeudi pour éventuellement voir Mario Draghi donner quelques éléments sur la fin du programme de rachat d'actifs de la BCE.

Sur le front des valeurs, la distribution est à l'honneur. Carrefour grimpe après l'annonce d'un partenariat avec Google tandis que Casino s'envole après l'annonce de nouvelles cessions d'actifs. Quant au CAC40, il grignote 0,07% à 5.477 points après 30 minutes d'échanges.

ECO ET DEVISES

Le taux de chômage au Royaume-Uni et l'indice ZEW allemand de juin sont les deux principaux indicateurs de la matinée en Europe. Aux Etats-Unis, l'indice des prix à la consommation du mois de mai et la balance budgétaire sont au programme.

VALEURS EN HAUSSE

* Casino s'envole de plus de 8% à 35,7 euros après avoir fait part de sa volonté de céder pour 1,5 milliard d'euros d'actifs non stratégiques. Le distributeur a indiqué, sans donner de détails, qu'il s'agissait d'actifs "notamment immobiliers". Les analystes semblent partagés suite à ces annonces. Pour Bernstein (à 'performance de marché' sur la valeur), elles montrent que Jean-Charles Naouri prend au sérieux les préoccupations des investisseurs et s'efforce de réduire la dette du groupe. "Casino a de nombreux actifs, du commerce de détail aux services en passant par l'immobilier, il y a beaucoup d'options dans son activité. Je ne vois pas pourquoi il devrait y avoir des craintes d'une crise de la dette", a indiqué à Bloomberg, Bruno Monteyne. Goldman Sachs (à 'vendre' sur le dossier) s'attendait pour sa part à une hausse limitée du titre à l'ouverture, le manque de clarté sur le type d'actifs à vendre et le fait que les cessions puissent inclure la participation dans Mercialys étant susceptibles de freiner tout rallye du titre.

* Rallye (+5,3% à 10,6 euros) dans le sillage de Casino.

* SMCP (Sandro, Maje, Claude Pierlot) démarre la séance sur un gain de 3% à 25,25 euros, soit un nouveau plafond historique pour le spécialiste de la création et de la commercialisation de vêtements de luxe et d'accessoires depuis son IPO d'octobre 2017. L'idylle du groupe avec les analystes se poursuit avec à la clé un nouveau soutien ce mardi : Goldman Sachs a démarré le suivi à l'achat en visant 30 euros. Avec ce nouveau venu, ce sont déjà 7 brokers qui suivent SMCP, dont 4 à "achat" et 3 à "renforcer". L'objectif du consensus se situe à 26,07 euros.

* Carrefour (+2,7% à 15,4 euros) après son partenariat avec Google. Dans l'univers du commerce en ligne, la commande vocale, via un assistant numérique, est une niche promise à un essor important, selon les cabinets d'études. Comme d'autres distributeurs, Carrefour s'est lancé lundi sur ce créneau, en annonçant un accord avec le géant américain de l'internet, Google (Alphabet). Le PDG de Carrefour Alexandre Bompard a qualifié cet accord de "stratégique", expliquant que début 2019, tous les produits du distributeur français pourront être commandés avec l'Assistant Google. Cet assistant intelligent est présent sur les smartphones, montres ou téléviseurs connectés.

VALEURS EN BAISSE

* Kerlink (-18,8% à 14,3 euros), pénalisé par un avertissement sur ses ventes du deuxième trimestre 2018. Avant bourse, le spécialiste des réseaux et solutions dédiés à l'Internet des Objets a indiqué dans un communiqué qu'après un premier trimestre 2018 en ligne avec les attentes du Groupe (croissance de 19% à période comparable), l'activité du second trimestre afficherait un ralentissement, en particulier sur le segment des opérateurs publics (opérateurs de télécommunication). Malgré une visibilité plus réduite à court terme sur le marché des opérateurs publics, Kerlink réaffirme sa confiance à moyen terme, avec plus de 55 projets majeurs en cours, portés par des opérateurs de réseaux publics et privés. Il n'en faut cependant pas plus à Midcap Partners Louis Capital Markets pour dégrader son opinion sur Kerlink d'"achat" à "neutre", en révisant sa valorisation théorique de 25 à 17 euros suite à la dégradation de la visibilité à court terme. En

* Safe Orthopaedics (-3,7% à 0,487 euro). Le groupe lance une augmentation de capital de 8,4 ME avec maintien du droit préférentiel de souscription. Le montant de l'opération pourra être portée à 9,6 ME en cas d'exercice intégral de la clause d'extension.

* Hermes (-0,3% à 532,2 euros). Berenberg a dégradé le dossier de 'conserver' à 'vendre' en visant un cours de 479 euros.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.