Ouverture Paris : Carrefour recherché, Ingenico sanctionné

Ouverture Paris : Carrefour recherché, Ingenico sanctionné©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 23 janvier 2019 à 09h30

LA TENDANCE

Le CAC40 continue de céder du terrain comme il l'a fait lundi puis mardi : il recule de -0,40% à 4.830 points à l'approche de 9h30. Aucune bonne nouvelle à se mettre sous la dent : le shutdown américain et le Brexit britannique sont au point mort et les croissances chinoise et mondiale sont confirmées en décélération. Les investisseurs n'ont aucune raison d'acheter les actifs risqués. Le regain de confiance vu début janvier et encore lors de la séance de vendredi dernier (+1,70%) est mis en 'stand-by'.

Hier, Wall Street a nettement reculé alors que le Financial Times a laissé filtrer que l'administration Trump aurait rejeté une proposition chinoise de tenir cette semaine des discussions préparatoires avant les négociations commerciales. Ce qui n'a pas aidé les indices américains, et le démenti de la Maison blanche est intervenu post clôture...

C'est au niveau des titres que ça bouge : Carrefour a confirmé une bonne fin d'année avec une solide croissance, saluée par le Marché ce matin. A l'inverse, Ingenico et son nouvel avertissement sont lourdement sanctionnés !

WALL STREET

A l'issue d'un week-end de trois jours, Wall Street a renoué mardi avec la baisse... L'appétit du risque, qui a permis un vif rebond de début d'année, semble désormais quelque peu rassasié. Les investisseurs sont rattrapés par les doutes sur la croissance mondiale, notamment en Chine, après une nouvelle révision à la baisse par le FMI des perspectives de croissance mondiale. Le "shutdown" d'une partie de l'administration américaine, qui entre dans son deuxième mois, menace désormais de peser sur l'activité aux Etats-Unis, tandis qu'en Europe, les incertitudes sur le Brexit et le ralentissement de l'économie allemande sont aussi préoccupants.

A la clôture, l'indice Dow Jones a cédé mardi 1,22% à 24.405 points en clôture, tandis que l'indice large S&P 500 a reculé de 1,42% à 2.632 pts, et que l'indice Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a fléchi de 1,91%, à 7.020 pts.

ECO ET DEVISES

Le climat des affaires est stable après s'être nettement dégradé le mois précédent. L'indicateur qui le synthétise, calculé à partir des réponses des chefs d'entreprise des principaux secteurs d'activité marchands, demeure à 102, légèrement au-dessus de sa moyenne de longue période (100).

La parité euro / dollar atteint 1,1368$ ce matin. Le baril de Brent se négocie 61,85$. L'once d'or se traite 1.282$.

VALEURS EN HAUSSE

Carrefour (+4,70% à 17,10 Euros) : évoque une "solide croissance" du chiffre d'affaires au T4 2018 (+1,9% en comparable), confirmant la "puissante dynamique de transformation" engagée en 2018. Le groupe a publié un CA quasiment stable en France à comparable au quatrième trimestre (-0,1% en comparable malgré les 'gilets jaunes'), mais en baisse de 2,2% dans les hypermarchés. Le groupe dit tabler sur un résultat opérationnel d'environ 1,93 milliard d'euros en 2018, en hausse de 4% à taux de changes constants... Le ROC 2018 du groupe est donc attendu à environ 1,93 MdE, donnée estimée non-auditée et hors impact IAS 29, avec un effet changes négatif estimé à 160 ME. Ainsi, le ROC 2018 serait en hausse de près de 85 ME à taux de changes constants par rapport au ROC 2017 publié (dont 36 ME au S1).

Maisons du Monde (+5,70% à 21,98 Euros) : Au quatrième trimestre 2018, le groupe a enregistré une croissance des ventes à périmètre constant de 5,6% par rapport au quatrième trimestre 2017, dont 2% à périmètre comparable, et 9,3% en incluant Modani. Sur la base de ses chiffres préliminaires, Maisons du Monde confirme également son objectif de marge d'EBITDA supérieur à 13% des ventes pour l'ensemble de l'année 2018.

Air France-KLM (+0,50% à 10,74 Euros) : Le directeur général du groupe, Benjamin Smith, a annoncé que le projet d'accord sur les conditions de travail et la rémunération serait soumis dès ce mercredi au vote des pilotes d'Air France. Le texte devrait ensuite être soumis à référendum, a-t-il précisé devant la Commission du développement durable de l'Assemblée nationale.

VALEURS EN BAISSE

Ingenico (-11% à 46,35 Euros) : anticipe un EBITDA pour l'année 2018 de l'ordre de 485 ME contre 510 ME auparavant. Au cours du 4ème trimestre 2018, Ingenico a réalisé un chiffre d'affaires de 727 ME, en croissance de 5% à données publiées, incluant un effet change négatif de 17 ME.

Neopost (-2,15% à 25,36 Euros) : annonce l'acquisition de Parcel Pending, leader sur le marché américain des consignes automatiques. Par ailleurs, le groupe annonce des objectifs nouveaux : se fixant pour objectif une croissance organique annuelle d'environ 5% pour ses ventes entre 2019 et 2022 et de près de 10% pour son résultat opérationnel courant. Il va également adapter sa politique de retour aux actionnaires, se fixant un taux de distribution annuel à un minimum de 20% du résultat net part du groupe, avec un dividende annuel minimum de 0,50 euros par action.

Michelin (-0,55% à 92,50 Euros) : a annoncé mardi l'acquisition de 80% du capital du fabricant indonésien de pneumatiques PT Multistrada Arah Sarana TBK pour 439 millions de dollars (386 millions d'euros environ), une opération qui va permettre au groupe français de se développer sur un marché à fort potentiel et dominé par les acteurs locaux.

ANALYSTES

Credit Suisse repasse de 'surperformance' à 'neutre' sur Thales mais avec un cours cible ramené à 108 euros.

AlphaValue reste à accumuler avec un objectif de cours ajusté en hausse à 114 euros sur Rémy Cointreau.

Morgan Stanley reste à 'surpondérer' sur Saint-Gobain, mais ajuste en baisse à 39,20 euros son cours cible.

MainFirst reprend le suivi à 'surperformance' en ciblant un cours de 107 euros sur le dossier Sodexo.

MainFirst reprend le suivi à 'neutre' sur Elior en ciblant un cours de 12,50 euros.

Oddo reprend le suivi à 'alléger' sur Eramet en ciblant 63 euros.

Oddo est à l'achat sur ArcelorMittal en ciblant un cours de 26 euros.

Jefferies abaisse à 24,30 euros son cours cible sur Axa, tout en restant acheteur.

Barclays reste neutre mais relève son cours cible à 17,50 euros sur Carrefour. Jefferies remonte le sien à 16 euros (conserver).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.