Ouverture Paris : de retour sur les 5.200 pts

Ouverture Paris : de retour sur les 5.200 pts©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 26 février 2019 à 09h30

LA TENDANCE

L'heure de la pause a sonné en bourse, alors que les marchés financiers sont récemment remontés sur fond d'espoirs du réglement du dossier commercial sino-américain, entretenus par Donald Trump. Le CAC40 redonne 0,5% à 5.203 pts. Le dossier du Brexit s'invite de nouveau à la 'Une', alors que le scénario pourrait pencher en faveur d'un nouveau référendum depuis que les travaillistes, emmenés par J. Corbyn, semblent se rallier à cette possibilité face à la complexité de la situation en Grande-Bretagne... En Asie, l'heure est aussi à la pause avec des replis de 0,5 à 0,7% à Tokyo, Shanghai, Singapour ou Hong Kong...

WALL STREET

L'annonce du report de la hausse des droits de douane qui menaçait la Chine, bien qu'anticipée depuis déjà plusieurs jours, a soutenu les marchés financiers, et en particulier la bourse de Shanghai a repris 5,6% sur ces bonnes nouvelles... Le DJIA a gagné 0,23% à 26.091 pts, le Nasdaq prend 0,36% à 7.554 pts, et le S&P500 s'accorde 0,12% à 2.796 pts. Du côté du pétrole, le baril WTI recule de plus de 3%, à 55,3$. Le président américain Donald Trump a été clair sur le sujet... "Je suis heureux d'annoncer que les États-Unis ont considérablement progressé dans leurs négociations commerciales avec la Chine sur d'importantes questions structurelles, notamment la protection de la propriété intellectuelle, le transfert de technologie, l'agriculture, les services, la monnaie et de nombreux autres problèmes. À la suite de ces discussions très productives, je retarderai l'augmentation des droits de douane qui devait être imposée par les États-Unis au 1er mars prochain. En supposant que les deux parties réalisent des progrès supplémentaires, nous organiserons un Sommet pour le Président Xi et moi-même à Mar-a-Lago, afin de conclure un accord. Un très bon week-end pour les Etats-Unis et la Chine!", a ainsi asséné Trump sur Twitter.

ECO ET DEVISES

En France, les ménages retrouvent un peu le moral en février. L'indicateur qui le synthétise, calculé par l'Insee, gagne 3 points et atteint 95. Il demeure toutefois au-dessous de sa moyenne de longue période (100). Le consensus tablait sur une stabilité de l'indice. Le solde d'opinion des ménages quant à leur situation financière passée augmente de nouveau : il gagne 4 points mais demeure inférieur à sa moyenne de longue période. Le solde d'opinion des ménages quant à leur situation financière future est quasi stable et reste au-dessous de sa moyenne. En février, la proportion de ménages estimant qu'il est opportun de faire des achats importants se stabilise après son rebond 10 points en janvier. Le solde d'opinion correspondant reste donc inférieur à sa moyenne de longue période, précise l'Insee.

A suivre de nombreux indicateurs aux Etats-Unis ce mardi :
- Mises en chantier de logements et permis de construire. (14h30)
- Indice S&P Corelogic Case-Shiller des prix de l'immobilier. (15h00)
- Indice des prix de l'immobilier de la Federal Housing Finance Agency (FHFA). (15h00)
- Indice de confiance des consommateurs du Conference Board. (16h00)
- Indice manufacturier de la Fed de Richmond. (16h00)
- Intervention du président de la Fed Jerome Powell devant le Comité bancaire du Sénat. (16h00 : Témoignage semi-annuel de politique monétaire.)
Sur les devises, l'euro reste proche des 1,1350/$ et le pétrole reflue sous les 65$ le Brent après les "appels au calme" de Trump à l'attention des pays producteurs de brut. L'once d'or campe au-dessus des 1.330$.

VALEURS EN HAUSSE

GenSight Biologics +9%. La société a réalisé une augmentation de capital de 8 millions d'euros entièrement souscrite par Sofinnova Crossover I SLP (Sofinnova). "A quelques semaines des résultats à 72 semaines de RESCUE, nous sommes très heureux de la confiance que nous témoigne Sofinnova, et de les accueillir parmi nos actionnaires de référence. Nous restons convaincus du potentiel de GS010, et cette levée de fonds sans décote nous permet d'aborder les dernières étapes cliniques et réglementaires dans les meilleures conditions", commente Bernard Gilly, Co-fondateur et Directeur Général de GenSight Biologics. Le produit brut de l'opération s'élève à 8 millions d'euros. L'opération vise à poursuivre les dernières étapes du développement clinique de GS010, et à déposer une demande d'autorisation de mise sur le marché en Europe. Elle permettrait d'accroître la visibilité financière de la Société et de la porter du 3e trimestre 2019 au second trimestre 2020.

Mauna Kea : +7%. La société a reçu une nouvelle autorisation 510(k) de la Food and Drug Administration (FDA) américaine pour l'utilisation de la minisonde confocale AQ-Flex 19 à travers des aiguilles transbronchiques avec les bronchoscopes et accessoires bronchoscopiques existants. Il s'agit de la 16ème autorisation 510(k) reçue de la part de la FDA pour la plateforme Cellvizio. Les dispositifs de navigation actuels offrent un accès aux nodules périphériques, avancés et minimalement invasifs, mais ont des moyens limités de visualisation directe en dehors des voies respiratoires. Le Cellvizio, avec la minisonde confocale AQ-Flex 19, peut désormais être utilisé à travers le canal opérateur des dispositifs de navigation existants pour fournir une visualisation directe 'à travers l'aiguille' à l'intérieur des lésions périphériques, présente le groupe.

Ekinops : +5% après l'annonce de sa collaboration avec le spécialiste international de la transformation informatique des entreprises, Dell EMC OEM Solutions (groupe Dell Technologies). La combinaison de la plateforme VEP (Virtual Edge Platform) de Dell EMC et de la plateforme OVP (Open Virtualization Platform) d'Ekinops, sous la marque OneAccess, offrira aux entreprises une solution entièrement intégrée leur permettant de simplifier considérablement leurs déploiements de connectivité en intégrant la gestion de fonctions de réseau virtuel (Virtual Network Functions).

Credit Agricole : +3% avec Claranova, Nicox, Manutan, Amoeba

Esso : +2% suivi de Derichebourg

Bourse Direct : stable. Les produits d'exploitation bancaire de Bourse Direct s'élèvent à 33,4 millions d'euros contre 35,2 millions d`euros en 2017, en baisse de 5,2% dans un contexte de marché marqué par une contraction des volumes d'échanges sur les places boursières et des taux d'intérêt très bas. Cette baisse s'explique principalement par la baisse des courtages et commissions dans le cadre d'une baisse du volume des ordres exécutés de 9,2% sur l'année, et une baisse des produits de trésorerie.
La Société a enregistré des charges d'exploitation bancaire à 4,5 millions d'euros contre 4,7 millions d'euros en 2017. Ces charges sont notamment constituées de commissions de marché dans le cadre de l'exécution des ordres de bourse.
Le produit net bancaire enregistre une baisse de 5,3% et s'établit à 28,9 millions d'euros contre 30,5 millions en 2017. Les charges d'exploitation atteignent 25,9 millions d'euros contre 26,5 millions d'euros en 2017. Ces charges comprennent essentiellement à des charges de personnel à hauteur de 9,3 millions d`euros, stables par rapport à 2017 et comprennent des charges non récurrentes en 2018, liées notamment à des litiges salariés.
Le résultat d'exploitation s'inscrit ainsi à +3 millions d'euros en 2018, contre 4 millions d'euros en 2017 en baisse. Ce résultat inclut des éléments de charges non récurrents constatés en 2018 pour un montant global de 0,9 million d'euros provenant principalement de litiges salariés, mais également de moins-values sur des placements financiers. Hors éléments non récurrents, le résultat d'exploitation s`inscrit en baisse de 4,2% à 3,8 millions d'euros.
Le résultat net s'inscrit à 2,3 millions d'euros contre 3,1 millions d'euros en 2017 après enregistrement d'une charge d'impôt d'un montant de 0,6 million d'euros.

Aperam : stable. La Banque européenne d'investissement (BEI) et Aperam annoncent la signature d'un contrat de financement pour un montant de 100 millions d'Euros. L'objet de ce contrat couvre le financement de projets en cours sur la ligne de laminage à froid, de recuit et de décapage à l'usine de Genk (Belgique) ainsi que des programmes de modernisation en cours dans les zones de cohésion du Nord-Pas-de-Calais (France) - usine d'Isbergues - et du Hainaut (Belgique) - usine de Châtelet.

Sanofi (stable) et Regeneron Pharmaceuticals Inc. sont en profond désaccord avec certains aspects du verdict rendu par un jury du Tribunal du District du Delaware confirmant la validité de 3 des 5 brevets américains d'Amgen relatifs aux anticorps ciblant PCSK9 (proprotéine convertase subtilisine/kexine de type 9).
Le jury a convenu avec Sanofi et Regeneron de 2 des 5 réclamations alléguées, concluant qu'elles étaient invalides en raison de l'absence de description écrite. Ce verdict n'a pas d'impact sur l'accès au Praluent (alirocumab) pour les médecins et les patients des États-Unis. 
"Nous sommes très déçus par le verdict rendu", a déclaré Karen Linehan, Vice-Président Exécutif et General Counsel de Sanofi. "Nous avons toujours considéré que les revendications de brevet avancées par Amgen sont invalides et nous continuons de croire que les faits et la loi applicable soutiennent notre position".
Sanofi et Regeneron ont l'intention de déposer dans les prochains mois des requêtes en annulation du verdict (post-trial motions) auprès du Tribunal du District afin de renverser le verdict du jury et d'obtenir aussi la tenue d'un nouveau procès. De plus, si nécessaire, les entreprises prévoient de faire appel devant la Cour d'appel américaine du circuit fédéral. Dans l'intervalle, un procès en dommages et intérêts débutera le 25 février 2019. Le 8 février 2019, le Tribunal de District a rejeté les allégations de contrefaçon délibérée (willful infringement) d'Amgen.  
"Nous allons continuer de défendre nos positions avec vigueur contre les revendications de brevet trop vastes d'Amgen", a indiqué Joseph J. LaRosa, Vice-Président Exécutif, General Counsel et Secrétaire de Regeneron. "Nous réfléchissons à nos prochaines étapes dans ce cas important et continuons de croire au profil clinique différentié de Praluent".

VALEURS EN BAISSE

Peugeot : -3,5%. Le groupe PSA a annoncé un résultat opérationnel courant en hausse de 43% à 5,68 MdsE, soit un niveau record. La marge opérationnelle courante s'inscrit à +1,3 pt, soit 7,7% avec une marge de la division automobile de 7,6%. PSA a annoncé globalement des résultats portés par l'apport de ses nouveaux modèles et par Opel. Le constructeur a ainsi réalisé un chiffre d'affaires de 74,027 milliards d'euros, en hausse de 18,9%, et un bénéfice net part du groupe en hausse de 47%, à 2,827 milliards d'euros.
Le consensus de place anticipait un résultat opérationnel à 5,59 MdsE.
Abordant la deuxième phase de son plan stratégique "Push to pass", PSA s'est fixé pour objectif à moyen terme une marge opérationnelle courante pour la division automobile supérieure à 4,5% pour la période 2019-2021, une prévision qui inclut les nouvelles marques Opel et Vauxhall. De quoi réhausser l'objectif du groupe, le management soulignant que 4,5% constitue désormais un plancher dans le pire des scénarios macroéconomiques, dont celui d'un Brexit sans accord..

Thales : -2%. Le groupe a annoncé le dépassement de ses objectifs 2018 avec des prises de commandes de 16 MdsE, en hausse de 7% (+9% en variation organique), un chiffre d'affaires de 15,86 MdsE, en hausse de 4,1% (+5,3% en variation organique), un EBIT de 1.685 ME, en progression de 23% (+25% en variation organique). Le Résultat net ajusté part du groupe ressort à 1.178 ME, en hausse de 40% et le résultat net consolidé part du groupe à 982 ME, en progression de 44%.
Le Free cash-flow opérationnel s'inscrit à 811 ME, soit 69% du résultat net ajusté. Le Dividende est proposé à 2,08 euros, en hausse de 19%
La finalisation de l'acquisition de Gemalto est attendue en mars 2019. Les objectifs 2019 passent par une croissance organique du chiffre d'affaires de 3 à 4% et un EBIT compris entre 1.780 et 1.800 ME.

Eramet : -2% avec Geci, Europcar et SG

Iliad : -1% suivi de Akka, CGG, Alstom, Getlink et Suez

Vos réactions doivent respecter nos CGU.