Ouverture Paris : du mieux !

Ouverture Paris : du mieux !
Vue générale du Palais Brongniart, place de la bourse.

Boursier.com, publié le jeudi 24 juin 2021 à 09h30

LA TENDANCE

LA TENDANCE

Le marché parisien ouvre sur une note plus ferme ce jeudi après sa correction de 0,9% hier, alors que le Nasdaq a signé un 2e record d'affilée à Wall Street mercredi soir... Le CAC40 remonte de 0,55% à 6.588 pts. Les investisseurs continuent malgré tout de s'interroger sur le calendrier du futur retrait du soutien monétaire de la Réserve fédérale. Son président, Jerome Powell, s'est montré prudent, jugeant toujours la hausse de l'inflation temporaire et le marché de l'emploi encore convalescent... D'autres voix s'élèvent en revanche pour accélérer le pas face à la menace inflationniste...

WALL STREET

A la clôture hier soir, l'indice Dow Jones a cédé 0,21% à 33.874 points, tandis que l'indice large S&P 500 a reculé de 0,11% à 4.241 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a progressé de 0,13% à 14.271 pts, s'offrant son 2e record d'affilée.
Seuls trois des 11 indices sectoriels du S&P 500 ont fini dans le vert mercredi, les biens de consommation discrétionnaires (+0,6%), les financières (+0,27%) et l'énergie (+0,26%).
Sur le marché des changes, l'indice du dollar a légèrement progressé à 91,84 points face à un panier de 6 devises de référence, tandis que l'euro cédait 0,12% à 1,1923$ en fin de soirée. Sur les marchés obligataires, les taux se sont à nouveau tendus légèrement : le rendement du T-Bond à 30 ans était à 2,10% (+1 points de base) et celui du T-Bond à 10 ans s'affichait à 1,49% (+2 pdb).

ECO ET DEVISES

Les dernières statistiques aux Etats-Unis ont confirmé la vigueur de la reprise économique, grâce à l'assouplissement des restrictions sanitaires qui a permis la réouverture de nombreuses activités... L'indice d'activité flash PMI manufacturier (calculé par IHS Markit) a ainsi grimpé à un plus haut historique à 62,6 (contre 62,1 en mai). L'indice des services a reculé à 64,8 après 70,4 en mai, mais reste très dynamique. L'indice PMI flash composite s'est affiché à 63,9 en juin contre 68,7 en mai, mais signale néanmoins un taux d'expansion proche de ses plus hauts historiques.
Sur le front de la politique monétaire, Jerome Powell s'est donc montré prudent lors de son audition devant une commission de la chambre de représentants sur le thème de la crise du coronavirus. Tout en saluant la vigueur de la reprise économique, qui s'accompagne d'une inflation accrue, le patron de la Fed a souligné que les facteurs d'incertitudes demeurent sur le marché de l'emploi, et empêchent la banque centrale d'agir trop rapidement pour retirer son soutien exceptionnel mis en place en mars 2020 pour lutter contre la crise du coronavirus.
Il a répété qu'il pensait qu'une partie de la hausse des prix observée actuellement était liée à des facteurs passagers, comme l'envolée des prix des voitures et camions d'occasion. Le patron de la Fed a cependant admis que l'inflation pourrait se révéler plus persistante que prévu. Dans ce cas, la Fed est prête à utiliser ses outils pour la contrer, a-t-il assuré.

Le 16 juin, à l'issue de sa dernière réunion, la Fed avait causé un petit électrochoc en signalant aux marchés qu'elle envisageait de retirer graduel de son soutien, indiquant notamment que le débat sur le "tapering" avait commencé. En outre, une majorité de 13 sur 18 membres de la Fed s'attend désormais à ce que le taux des "fed funds", le principal taux directeur de la Fed, soit relevé courant 2023, et non à partir de 2024 comme précédemment estimé. 7 membres estiment même que la première hausse de taux devrait intervenir fin 2022.
Cependant, malgré ce ton un peu moins "colombe", le message reste globalement accommodant, ce qui a permis aux marchés de se reprendre cette semaine après une première réaction négative.

Plusieurs autres membres de la Fed ont confirmé que le resserrement monétaire n'était pas imminent. Le président de la Fed de New York, John Williams, a déclaré mardi qu'une discussion sur la hausse des taux d'intérêt était "encore très loin dans le futur, tandis que Loretta Mester, la présidente de la Fed de Cleveland, a estimé qu'il fallait attendre septembre avant de parler de réduire les achats d'actifs, afin de mesurer d'ici là quels progrès ont été accomplis sur le marché de l'emploi.

Enfin, les cours du pétrole ont encore progressé, au plus haut depuis plus de deux ans, après l'annonce d'une forte baisse des stocks de brut aux Etats-Unis, leur 5e semaine de recul consécutive. Le baril de WTI a avancé de 0,3% à 73,20$ sur le Nymex pour le contrat à terme d'août, alors que le baril de Brent de la mer du Nord grimpe à 75,50$. Les deux variétés de pétrole ont enchaîné 4 semaines de hausse consécutive, et ont bondi de plus de 50% depuis le début de l'année pour le WTI et de 45% pour le Brent. D'après le Département à l'Energie, les stocks domestiques de pétrole pour la semaine close le 18 juin ont chuté de 7,6 millions de barils à 459,1 mb, contre une baisse de 3,5 mbj attendue par le consensus. Les réserves d'essence ont reculé de 2,9 mb (contre une hausse de 1 mb anticipée par le marché), alors que les stocks de produits distillés ont progressé de 1,8 mbj par rapport à la précédente semaine, contre une augmentation de 1 mb attendue...

A SURVEILLER AUJOURD'HUI

Etats-Unis :
- PIB final américain du premier trimestre. (14h30)
- Inscriptions hebdomadaires au chômage. (14h30)
- Commandes de biens durables. (14h30)
- Balance du commerce de biens. (14h30)
Europe :
- Indice Ifo allemand du climat des affaires. (10h00)
- Bulletin économique de la BCE. (10h00)
- Communiqué monétaire de la Banque d'Angleterre. (13h00)

VALEURS EN HAUSSE

Coface : +5%. Berenberg est à l'achat en ciblant un cours de 12,40 euros.

Interparfums : +4% avec Abivax, Fermentalg

Oeneo (+3%) Le chiffre d'affaires 2020-2021 s'élève à 272,8 ME, en baisse de -5,1% à taux de change constant dans un contexte favorisant la prudence des vignerons, qui ont majoritairement réduit leurs investissements durant cette crise sanitaire, en particulier ceux exposés au segment CHR, durement pénalisés par les mesures de restrictions.
La Division Bouchage a retrouvé un niveau d'activité quasi normatif en fin d'exercice confirmant sa bonne dynamique commerciale. Le recul est un peu supérieur dans la Division Elevage, en raison du décalage conjoncturel des investissements.
Le résultat opérationnel courant ressort à 46 ME, supérieur de 1,7 ME à celui de l'exercice précédent à +3,9%.
Le résultat net qui ressort ainsi à 31,5 ME, en progression de +11,5%. Les capitaux propres s'élèvent à 319,5 ME contre 286,8 ME au 31 mars 2020. La trésorerie générée par l'activité est en forte progression à 68,9 ME, grâce à l'amélioration des résultats et à une réduction significative du BFR de 17,9 ME, en partie liée à l'ajustement du niveau des stocks.
L'endettement net se réduit fortement à 5,1 ME au 31 mars 2021 vs 54,3 ME un an auparavant.
Fort de ses bons résultats, le Conseil d'Administration proposera à la prochaine Assemblée Générale le versement d'un dividende de 0,20 Euro par action.
Oeneo démarre l'exercice 2021-2022 avec des fondamentaux et des parts de marchés renforcés. Il bénéficiera, dès le 1er trimestre, outre d'une base de comparaison favorable, d'un climat d'affaires plus dynamique, les clients disposant désormais d'une meilleure visibilité avec le redémarrage de l'activité des CHR.

Medincell : +2,5% avec Lysogène, BigBen, Safran, McPhy

Bastide remonte de 1,5% avec Genfit, LVMH, Pernod Ricard, Thales, Scheinder, L'oreal, Veolia et Savencia

bioMérieux (+1%) lance une solution logicielle pour aider les laboratoires dans l'identification des variants du virus SARS-CoV-2 à partir de données de séquençage. La mutation virale est un phénomène naturel qui conduit à l'apparition de variants dont les caractéristiques peuvent être différentes. Aujourd'hui, plusieurs variants du SARSCoV-2 circulent dans le monde. Certains d'entre eux font l'objet d'une attention particulière en raison de leur impact sur la pandémie (infectiosité ou gravité accrue de l'infection, risque d'inefficacité du vaccin). La surveillance génomique de la circulation des mutants est donc primordiale pour la santé publique.

Nicox (+0,5%) annonce que les résultats de l'étude clinique de phase 2 Dolomites sur le NCX 470 chez des patients atteints de glaucome à angle ouvert ou d'hypertension oculaire seront présentés par le D. David Wirta, Medical Director à la Eye Research Foundation au World Glaucoma E-Congress 2021, qui se tiendra du 30 juin au 3 juillet. Le Dr. Wirta est l'un des investigateurs cliniques de l'étude Dolomites.
La présentation du Dr Wirta sera disponible à partir du 30 juin 2021 sur le site internet du World Glaucoma E-Congress via un lien dédié aux E-posters.
Principal candidat médicament en développement clinique de Nicox, le NCX 470 est un nouvel analogue de prostaglandine donneur d'oxyde nitrique (NO) à un stade avancé de développement clinique pour la réduction de la pression intraoculaire chez les patients atteints de glaucome à angle ouvert ou d'hypertension oculaire.

Carrefour (+0,3%) réfléchit à l'avenir de certaines de ses filiales à l'étranger... Quelques heures après que 'Challenges' eut révélé que le distributeur allait vendre ses filiales à Taïwan et en Pologne, une porte-parole du groupe a indiqué à 'Reuters' que la société avait bien entamé une réflexion sur une possible consolidation, alliance ou cession d'activités à l'étranger, tout en assurant qu'aucune décision n'avait été prise pour le moment.
"Dans le cadre de son futur plan stratégique, l'enseigne a initié une réflexion sur la taille critique de ses filiales internationales et d'éventuels mouvements de consolidation, d'alliance ou de cession. Ce travail de réflexion stratégique vient de commencer et Carrefour dément toute décision de vente d'actifs".
Le plus important détaillant alimentaire d'Europe a entamé en janvier 2018 un plan de réorganisation sur cinq ans destiné à réduire ses coûts et à se tourner davantage vers les ventes en ligne afin de regagner du terrain face à des rivaux en pleine expansion.

Le Conseil d'administration d'Europcar Mobility Group (stable) confirme avoir reçu récemment "une marque d'intérêt" concernant une éventuelle opération sur le capital de la société.
Après avoir attentivement étudié cette proposition, le Conseil d'administration, qui ne livre pas le nom de son interlocuteur, a considéré que le prix proposé de 0,44 euro par action "ne reflète pas la pleine valeur et le potentiel de création de valeur du Groupe".
Des discussions pourraient se tenir. Cependant, Europcar Mobility Group n'a pas l'intention de les commenter, sauf obligation légale.

VALEURS EN BAISSE

SES Imagotag : -8% suivi de Vallourec qui reperd 3% avec Air France KLM (-2,5%)

Believe : -2% avec Metabolic Explorer et TF1

Iliad : -1% suivi de TechnipFMC et de CGG

Hydrogène de France, pionnier dans le développement d'infrastructures permettant la production d'électricité continue ou à la demande à partir d'hydrogène issu d'énergies renouvelables (éolien ou solaire), annonce le vif succès de son introduction en Bourse sur le marché réglementé d'Euronext à Paris (code ISIN : FR0014003VY4 - mnémonique : HDF).
L'Offre a bénéficié du soutien d'investisseurs institutionnels français et internationaux de premier rang, illustrant ainsi leur confiance dans le modèle et les perspectives de développement de Hydrogène de France. L'offre a été également largement plébiscitée par les actionnaires individuels souhaitant s'associer à l'ambition mondiale de Hydrogène de France et ainsi participer à la nécessaire transition énergétique portée par la société.
Caractéristiques :
-Prix de l'action fixé à 31,05 euros, en haut de la fourchette indicative
-Demande globale de 196,4 ME, soit une sursouscription de 1,7 fois (161,1 ME dans le cadre du Placement Global et 35,3 ME dans le cadre de l'Offre au Public)

Vos réactions doivent respecter nos CGU.