Ouverture Paris : en berne avec le pétrole, le commerce et la Fed

Ouverture Paris : en berne avec le pétrole, le commerce et la Fed©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 23 mai 2019 à 09h30

LA TENDANCE

Le CAC40 recule de 1% ce jeudi à 5.320 pts à 9H30, alors que l'ambiance sur les marchés reste plombée par le bras de fer commercial qui se prolonge entre Américains et Chinois...
La Bourse de New York a fini hier soir en légère baisse, tandis que selon la presse, Donald Trump envisage d'inscrire 5 autres entreprises chinoises sur sa "liste noire", où le géant des télécoms Huawei a déjà été placé la semaine dernière... La publication des "Minutes" de la dernière réunion de la Fed qui était très attendue a confirmé que la banque centrale américaine se montrera bien "patiente" dans la conduite de sa politique monétaire... Notons que le baril de pétrole a reperdu près de 3%, sur la crainte d'une guerre commerciale de grande ampleur qui pèserait sur la croissance et donc, sur la demande de brut, de quoi faire déprimer tout le secteur ce matin en bourse de Paris...

WALL STREET

A la clôture, l'indice Dow Jones a cédé 0,39% à 25.776 points, tandis que l'indice large S&P 500 a lâché 0,28% à 2.856 pts, et que le Nasdaq composite a reculé de 0,45% à 7.750 pts. L'indice SOX de Philadelphie, qui reflète les semi-conducteurs, a chuté de 2,12%, plombé notamment par Qualcomm (-10,8%), condamné par la justice américaine pour avoir abusé de sa position dominante dans les puces pour modems de smartphones...
Les marchés espèrent que la Fed baissera ses taux cette année
Sur le marché des changes, l'indice du dollar (qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises de référence) est stable à 98 points, de même que l'euro à 1,1150$. Du côté des taux, les obligations ont fait office de valeurs-refuge, faisant reculer les taux : le rendement de l'emprunt d'Etat américain de référence, le T-Bond à 10 ans, a cédé 4 points de base à 2,38%.

Dans le compte-rendu de sa réunion des 30 avril et 1er mai, la banque centrale américaine a signalé mercredi soir qu'elle continuera à être "patiente" en matière de politique monétaire "pendant un certain temps", laissant planer le suspense sur une possible baisse des taux, à laquelle les marchés croient dur comme fer.
Le 1er mai dernier, la Fed n'avait pas modifié ses taux directeurs, et les marchés cherchent à sonder la banque centrale américaine sur ses intentions face au ralentissement conjoncturel et aux conséquences la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis. L'outil FedWatch du CME estimait mercredi soir à 68,1% les probabilités que le taux directeur soit en dessous de son niveau actuel de 2,25% à 2,50% en décembre 2019. Il a y 20,5% de chances pour qu'il soit ramené à 1,75%-2% (ce qui impliquerait deux baisses) et 43% de chances pour qu'il soit à 2%-2,25% (une seule baisse).

Le pétrole de son côté a cédé au pessimisme ambiant lié aux tensions commerciales... Le contrat à terme de juillet sur le brut léger américain WTI a chuté de 2,7% à 61,42$ le baril sur le Nymex, tandis que le Brent d'échéance juillet cédait 1,65% à 70,9$ au moment de la clôture du Nymex. Les cours ont aussi été plombés par un bond des réserves américaines de brut la semaine dernière.
Ces derniers jours, le pétrole avait ignoré la montée des tensions commerciales, se focalisant sur les problèmes liés à l'offre (Venezuela, Iran, Libye), d'autant que l'Opep s'est déclaré dimanche peu favorable à mettre fin en juin à son accord de réduction de la production lors de sa réunion de juin.

ECO ET DEVISES

Sur le front commercial, le 'New York Times' a donc révélé que la Maison Blanche envisageait d'ajouter à la liste noire, qui exclut Huawei du marché américain, le nom de 5 autres entreprises chinoises, spécialisées dans la vidéo-surveillance. La Chine est le leader mondial de ce secteur avec des groupes comme Hangzhou Hikvision Digital Technology et Zhejiang Dahua Technology, dont les cours de Bourse ont plongé respectivement de 5,5% et de 5,9% mercredi à la Bourse de Shenzhen après ces informations.
L'administration Trump soupçonnerait les réseaux de vidéo-surveillance, notamment ceux équipés de la reconnaissance faciale, d'être utilisés à des fins d'espionnage. Les Etats-Unis réprouvent aussi le rôle de ces groupes technologiques dans la répression que mène le régime chinois contre la minorité musulmane ouïghoure du Xinjiang, selon le 'NYT'...
Après l'échec des dernières négociations commerciales entre Pékin et Washington, le 10 mai, les Etats-Unis ont relevé immédiatement de 10% à 25% les taxes d'importations sur 200 milliards de dollars de produits chinois, tandis que la Chine a prévu de taxer au 1er juin 60 Mds$ de biens américains importés. Washington menace aussi désormais de taxer la totalité des biens chinois importés (soit environ 540 Mds$).

Dans le même temps, l'administration Trump a entamé une bataille contre la technologie chinoise, en bannissant Huawei des marchés américains et en lui interdisant d'acheter des composants américains, sauf autorisation expresse des autorités américaines. Si la liste noire s'allonge à d'autres entreprises chinoises, les marchés craignent que Washington ne déclenche une véritable "guerre froide technologique" avec Pékin, qui pourrait avoir des effets dévastateurs sur le secteur dans les deux pays, et au-delà.
Les analystes s'interrogent notamment sur de possibles représailles chinoises contre Apple, dont les smartphones seraient vulnérables à un boycott (voire une interdiction) en Chine... Dans une note publiée mercredi, Goldman Sachs estime ainsi qu'une interdiction de vente des iPhones en Chine (un marché dominé par Huawei, et où Apple est 5ème) entraînerait une baisse d'environ... 29% du bénéfice par action d'Apple. Le titre de la firme à la pomme a reculé de 2% à Wall Street ce mercredi...
On suivra aux Etats-Unis :
- Les Inscriptions hebdomadaires au chômage. (14h30)
- L'Indice flash PMI composite américain. (15h45)
- Les Ventes de logements neufs. (16h00)
- L'Indice manufacturier de la Fed de Kansas City. (17h00)

Les Minutes de la dernière réunion monétaire de la BCE seront publiées à 13h30...

VALEURS EN HAUSSE

Eutelsat : +1,5%. A contre-courant, Eutelsat rebondit à 16,5 euros. L'opérateur satellites bénéficie du soutien de HSBC qui a relevé sa recommandation de 'conserver' à 'acheter tout en portant son objectif de cours de 18,5 à 19,50 euros.

Transgene : +1% avec Abivax, MFC, AST et Xilam

Voltalia stable. Le groupe a annoncé être entré en négociations exclusives avec les actionnaires d'Helexia en vue de son acquisition. En 10 ans, Helexia est devenu un acteur de référence des grandes toitures solaires et de la maîtrise de l'énergie, grâce au talent de ses 60 collaborateurs et à la reconnaissance de ses clients du secteur de l'industrie et des services.
Avec plus de 222 projets photovoltaïques sur toiture gérés dans 4 pays (France, Belgique, Italie et Portugal) et une puissance installée de 51,4 MW à laquelle s'ajoutent 7,5 MW en construction, Helexia dispose d'un grand savoir-faire et d'un excellent track record.

Innate Pharma stable après l'annonce d'une publication dans Cell Reports décrivant deux nouveaux anticorps monoclonaux, IPH5201 et IPH5301, qui ciblent respectivement CD39 et CD73, pour inhiber la voie adénosine et favoriser l'activation du système immunitaire contre le cancer. La publication, intitulée "Blocking antibodies targeting the CD39/CD73 immunosuppressive pathway unleash immune responses in combination cancer therapies" est parue dans le numéro en ligne de Cell Reports du 21 mai 2019.

Gecina stable. Le groupe a placé avec succès le 22 mai un emprunt obligataire d'un montant de 500 millions d'euros d'une maturité de 15 ans (échéance en mai 2034) offrant un coupon de 1,625%.
Parallèlement, Gecina a lancé une offre de rachat sur trois de ses souches obligataires existantes d'une maturité moyenne résiduelle de 4 ans et portant un coupon moyen de 2,15%. Cette offre clôturera le 3 juin.
Ces opérations permettent d'allonger encore la maturité moyenne de la dette du Groupe, dans des conditions financières favorables, et de poursuivre la construction d'un échéancier de crédit optimal. Cet emprunt obligataire a été sursouscrit jusqu'à plus de 5 fois par une base d'investisseurs paneuropéens de premier plan, témoignant ainsi de la confiance du marché dans la qualité de crédit Gecina.

Recylex : En vue d'assurer un accès égal du public à l'information, Recylex S.A. a demandé la suspension de cotation de l'action Recylex dans l'attente de la diffusion d'un communiqué.
Les modalités de reprise de cotation de l'action Recylex seront précisées dans le prochain communiqué de la société.

VALEURS EN BAISSE

Derichebourg : -9%. Dans un contexte difficile marqué par un recul des volumes traités, le groupe Derichebourg est parvenu à limiter les dégâts au premier semestre 2018-2019. Le chiffre d'affaires du semestre s'élève à 1,38 milliards d'euros, en baisse de 5,7%. La progression de celui de l'activité Multiservices ne compense pas la baisse de l'activité Services à l'Environnement.
L'EBITDA courant s'élève à 93,4 ME, en diminution de 7% par rapport à l'an passé. Il représente 6,8% du chiffre d'affaires, ratio voisin de celui de l'an passé (6,9%). Le résultat opérationnel s'élève à 48,1 ME, proche de celui de l'an dernier (49,8 ME). La résistance de la rentabilité s'explique par le travail de fond réalisé sur le dimensionnement de l'outil industriel, à l'attention soutenue portée aux marges unitaires et au niveau des stocks.
Le résultat net de l'ensemble consolidé s'élève à 31,6 ME, en retrait de 16,3% par rapport au premier semestre de l'an passé.

Biophytis : -8%. Le groupe a déposé un document d'enregistrement auprès de la US Securities and Exchange Commission (SEC) dans le cadre de son projet d'introduction en Bourse aux Etats-Unis, et d'une offre au public d'American Depositary Shares (ADS) représentatives d'actions ordinaires aux Etats-Unis (Offre aux Etats-Unis) et en dehors des Etats-Unis (ensemble, l'Offre ADS), et une offre de ses actions ordinaires principalement à des investisseurs qualifiés hors des Etats-Unis (y compris en Europe) (Offre d'Action Ordinaire et Offre ADS formant l'Offre Globale).
Tous les titres vendus dans le cadre de l'Offre Globale seront émis par Biophytis.
Le nombre de titres proposés, incluant le ratio entre actions ordinaires et ADS, et la fourchette de prix de l'Offre Globale n'ont pas encore été déterminés.
Biophytis a procédé à une demande d'admission de ses ADS sur le Nasdaq Capital Market sous le symbole 'BPTS'. Les actions ordinaires de Biophytis dont l'émission est envisagée dans le cadre de l'Offre Globale seront cotées sur Euronext Growth Paris sous le même symbole 'ALBPS' que les actions existantes de la société.
La cotation de la société de biotechnologie spécialisée dans le développement de nouveaux traitements pour les maladies liées à l'âge, reprendra le 23 mai à l'ouverture des marchés.

Cegedim : -3% avec Faurecia et Valeo

CGG : -3% suivi de Vallourec (-3%), TechnipFMC et Total (-2%)

Nexans : -2% avec Seb, Kering, Casino, STM, Ingenico, Michelin et Trigano

Lanson : -1%. En date du 21 mai 2019, le Groupe Lanson-BCC a été informé de la prorogation de la promesse d'achat signée en date du 18 juillet 2013 par les blocs familiaux PAILLARD, BOIZEL et BAIJOT, et CM-CIC Investissement, jusqu'en date du 30 juin 2022.
Cet accord a fait l'objet d'un avenant... La signature de cet avenant, un an avant l'échéance initiale prévue, témoigne de la confiance et du soutien de CM-CIC Investissement dans le plan de transformation dans lequel s'inscrit le Groupe Lanson-BCC.

Iliad : -1%. Pour sa première incursion sur ce marché, Iliad a émis ce jour avec succès un Schuldscheindarlehen (placement privé de droit allemand auprès d'investisseurs institutionnels) d'un montant total de 500 millions d'euros, comprenant trois tranches en euros, avec des maturités de 4, 7 et 8 ans, à taux fixes et variables.
Cette opération a rencontré un vif succès en étant sursouscrite, ce qui a permis au Groupe d'augmenter le volume final émis, par rapport à une annonce initiale de 300 millions d'euros. La forte demande des investisseurs pour cette opération confirme la solidité du modèle de développement d'Iliad en France et en Italie ainsi que de la qualité de sa structure financière.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.