Ouverture Paris : en net repli

Ouverture Paris : en net repli
Traders devant leurs écrans sur le floor du New York Stock Exchange américain.

Boursier.com, publié le lundi 26 octobre 2020 à 09h30

LA TENDANCE

La pression remonte sur les marchés financiers, alors que les inquiétudes sanitaires reprennent le dessus avec l'arrivée d'une nouvelle vague de covid-19 outre-Atlantique, tandis que les annonces de reconfinements en Europe se succèdent... Le CAC40 rechute ce lundi de 1,10% à 4.855 pts et reperd toute son avance de vendredi. Les marchés restent par ailleurs toujours dans l'attente d'un compromis politique sur le nouveau plan de soutien à l'économie américaine...

WALL STREET

A la clôture vendredi, l'indice Dow Jones avait limité ses pertes pour terminer à -0,10% à 28.335 points, tandis que l'indice large S&P 500 a même progressé de 0,35% à 3.465 pts, et que le Nasdaq Composite s'est avancé de 0,37% à 11.548 pts.
Sur l'ensemble de la semaine écoulée, les trois indices se sont affichés malgré tout en baisse, mettant fin à 3 semaines de hausse consécutive pour le DJIA et le S&P 500, et à une série de 4 semaines positives pour le Nasdaq... Sur les 5 dernières séances, le DJIA a relâché 0,9%, le S&P 500 a perdu 0,5% et le Nasdaq a reculé de 1%, les investisseurs craignant un nouveau décalage dans le cadre de l'adoption d'un nouveau plan de relance US face au coronavirus, devenu un enjeu électoral majeur à l'approche de l'élection américaine du 3 novembre.

ECO ET DEVISES

Même en cas d'accord budgétaire dans les prochains jours, il semble d'ailleurs quasiment impossible désormais, compte-tenu du calendrier électoral, qu'un texte puisse être rédigé et voté avant la tenue du scrutin. En outre, au Sénat (à majorité républicaine), les Républicains rechignent toujours à voter un vaste "package" de soutien à l'économie qui creuserait le déficit, l'orthodoxie budgétaire étant un sujet sensible dans l'électorat de droite.
Les Démocrates ont proposé un plan de 2.200 milliards de dollars, et l'administration Trump semble approcher désormais de ce montant, avec une dernière proposition à 1.900 Mds$, faite mercredi.
Dans la zone euro, l'activité globale est repartie à la baisse en octobre, faisant craindre une rechute du PIB au 4e trimestre : face à la recrudescence des cas de Covid-19, l'indice PMI dans le secteur des services a chuté, éclipsant le renforcement de la croissance dans l'industrie manufacturière.
L'indice flash PMI composite de la zone euro est ainsi ressorti à 49,4 le mois dernier, après 50,4 en septembre, retombant en zone de contraction, sous la barre des 50. Si le PMI flash manufacturier a agréablement surpris, ressortant même au plus haut de 26 mois à 54,4 (consensus FactSet 53,1), celui des services s'est en revanche contracté à 46,2 (consensus 47). Au Royaume-Uni, l'indice PMI s'est établi à 53,3 pour le secteur manufacturier et 52,3 pour les services, ce qui ressort quelque peu décevant par rapport aux attentes.

Les cours du pétrole ont rechuté du même coup, dans la crainte d'une demande mondiale plombée, alors que l'Europe fait face à la résurgence du coronavirus, et que les Etats-Unis suivent le même chemin... Le contrat de décembre sur le baril de brut léger américain (WTI) a perdu 1,9% à 39,85$ sur le Nymex vendredi, retombant sous les 40$ pour la 1e fois en trois semaines... Le contrat sur le Brent ouvre à 41$ ce matin. Sur la semaine écoulée, le WTI a abandonné 3,1% et le Brent a fléchi de 2,7%.
L'or est à 1.893$ l'once. La semaine dernière, le métal jaune a marqué le pas (-0,1%), mais gagne encore environ 25% depuis le début de l'année, profitant des incertitudes économiques liées à la crise sanitaire et des vastes plans de relance monétaire et budgétaire, qui font anticiper un retour de l'inflation à moyen terme.
Sur le marché des changes, l'euro campe à 1,1840/$. Sur le marché obligataire américain, le rendement de l'obligation d'Etat (T-Bond) à 10 ans a cédé 2 points de base, à 0,84%.

VALEURS EN HAUSSE

Ramsay : +6% suivi de Showroomprivé (+5%) et de Innate (+4%)

Actia : +3% avec BioMerieux et Tikehau

Thermador : +2% avec Nicox, Eurofins

Vicat : +1,5% suivi de Séché, Bonduelle, Atari

Genfit : inchangé avec Savencia, Iliad

Les résultats du 3ème trimestre 2020 d'Europcar Mobility (stable) ont subi, comme anticipé, l'impact des restrictions de voyage pesant sur les segments de location Loisirs et Corporate. Le chiffre d'affaires s'établit à 537 millions d'euros au 3ème trimestre 2020, en baisse de 50% par rapport au troisième trimestre 2019 sur une base proforma. L'intensification des mesures d'adaptation des coûts pour faire face à la conjoncture actuelle a été de ~736 millions d'euros pour les 9 premiers mois 2020, dont ~363 millions d'euros au 3ème trimestre 2020.
Le groupe publie ainsi un Corporate EBITDA Ajusté qui ressort positif (IFRS 16) au 3ème trimestre 2020 à hauteur de 54 millions d'euros par rapport à +247 millions d'euros au 3ème trimestre 2019.
La gestion de la trésorerie et de la liquidité a limité la consommation de trésorerie à 71 millions d'euros au 3ème trimestre 2020, après une consommation de 184 millions d'euros au 2ème trimestre 2020. La Dette nette corporate s'inscrit à 1.322 millions d'euros au 30 septembre 2020.
"Compte-tenu de la deuxième vague de Covid-19 et des incertitudes qui en découlent, nous estimons qu'il n'est plus possible de fixer d'objectifs financiers pour l'exercice 2020" précise la direction.
L'adaptation des coûts pour l'exercice 2020 sera supérieure à ce qui était initialement planifié et le groupe anticipe désormais des économies de près de 1 milliard d'euros, dépassant l'objectif initial de 850 millions d'euros, soit une réduction de la base de coûts d'environ 30% par rapport au scénario envisagé avant la pandémie de Covid-19.

VALEURS EN BAISSE

Voluntis : -6% avec Navya suivi de 2CRSI

Klepierre : -4% avec AKKA, CGG, ADP, Elis (-3%)

Airbus (-2,5%) avec FNAC Darty, Scor, Rexel,

Thales : -2% suivi du groupe Accor, Natixis, Total

Gecina (-1,6%) a levé vendredi avec succès 400 ME au travers de l'abondement des deux souches obligataires suivantes :
-Abondement de 200 ME sur la souche obligataire arrivant à maturité en juin 2027 (maturité résiduelle de 6,7 ans), à un taux de 0,08%.
-Abondement de 200 ME sur la souche obligataire arrivant à maturité en mai 2034 (maturité résiduelle de 13,6 ans), à un taux de 0,86%.
La levée de 400 ME avec une maturité moyenne de 10,1 années et un taux moyen pondéré de 0,47%, permet d'allonger la maturité moyenne de la dette du groupe à 7,3 années dans des conditions favorables, en renforçant la solidité et la flexibilité du bilan. Pour une maturité supérieure à 5 ans, il s'agit de l'émission obligataire avec le taux le plus faible de Gecina.

Michelin (-1%) a signé avec un groupe de 19 banques une nouvelle ligne de crédit revolving multidevises de 2,5 milliards d'euros. Ce crédit remplace la ligne existante de 1,5 MdE signée le 12 juillet 2011 par la Compagnie Financière Michelin, et amendée le 20 juillet 2012 et le 10 décembre 2014.
Il s'agit d'une ligne de sécurité qui, conjointement au programme de billets de trésorerie Euro, a été augmentée pour tenir compte de la croissance du Groupe.
Le crédit est signé pour une durée de 3 ans et comporte 2 options d'extension de 1 an chacune, soumises à l'accord de chaque prêteur.

TF1 : -1% avec Xilam

Sopra Steria (-0,5%) a fait le point sur la cyberattaque dont a été victime le groupe le 20 octobre au soir. "Le virus a été identifié : il s'agit d'une nouvelle version du ransomware Ryuk jusque-là inconnue des éditeurs d'antivirus et des agences de sécurité", souligne la société de services informatiques.
Les équipes d'investigation de Sopra Steria ont immédiatement fourni toutes les informations nécessaires aux autorités compétentes. La signature de cette nouvelle version du virus a donc pu être rapidement communiquée à tous les éditeurs d'antivirus pour mise à jour de leurs antivirus. Il a par ailleurs été établi que la cyberattaque avait été lancée quelques jours seulement avant sa détection.
Les mesures de sécurité immédiatement mises en oeuvre ont ainsi permis de contenir la propagation du virus à une partie limitée des installations du Groupe et de préserver ses clients et ses partenaires.
A ce jour, et après des recherches approfondies, Sopra Steria n'a pas constaté de fuite de données ou de dommages causés aux systèmes d'information de ses clients.

Le chiffre d'affaires du troisième trimestre 2020 de Nanobiotix (stable) s'élève à 14,7 KE et atteint 51,6 KE à fin septembre. Ces revenus proviennent principalement de la refacturation de matériels et services relatifs aux activités prévues dans le cadre du partenariat avec la Société PharmaEngine.
Au 30 septembre 2020, la position de trésorerie et placements financiers de Nanobiotix s'élevait à 42,4 ME. La société considère disposer de suffisamment de trésorerie pour assurer sa continuité d'exploitation pendant plus de 12 mois.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.