Ouverture Paris : Engie recherché, Decaux dévisse!

Ouverture Paris : Engie recherché, Decaux dévisse!
bourse

Boursier.com, publié le jeudi 08 mars 2018 à 09h30

LA TENDANCE

C'est jour de BCE sur les marchés. Si aucune décision majeure n'est attendue de la part de Mario Draghi aujourd'hui, les investisseurs vont être à l'écoute de ses propos concernant les récentes décisions de Donald Trump sur les barrières douanières. Cela peut-il porter à conséquence pour la politique monétaire de la BCE? Les marchés, qui ont trébuché la semaine dernière suite aux annonces du Président américain, ont plutôt bien résisté, par la suite, à la démission du principal conseiller économique de la Maison blanche Gary Cohn. Côté valeurs, après ses résultats, le titre Casino recule. Ça dévisse pour JC Decaux. En revanche, les comptes d'Engie sont clairement bien accueillis.

WALL STREET

La Bourse de New York a passé l'essentiel de la séance de mercredi dans le rouge vif avant de regagner une grande partie du terrain en fin de séance, après des signes d'assouplissement des taxes Trump sur l'acier. La démission, la nuit précédente, de Gary Cohn, conseiller économique de la Maison Blanche et opposant à ces taxes, avait pourtant lancé un signal très négatif aux marchés financiers. Mais en fin de journée, la Maison blanche a évoqué de possibles exemptions, au cas par cas, notamment pour le Canada et le Mexique. En outre, dans son Livre Beige, la Fed a relevé une accélération "modérée" des salaires et des prix aux Etats-Unis, ce qui ne semble pas préfigurer un durcissement monétaire plus brutal que prévu outre-Atlantique. A la clôture, le Dow Jones a cédé mercredi 0,33% à 24.801 points après avoir chuté de jusqu'à 1,4% en séance, tandis que l'indice large S&P 500 a fini stable (-0,05%) à 2.726 pts, et que le Nasdaq composite a avancé de 0,33% à 7.396 pts.

ECO ET DEVISES

Les nouvelles commandes à l'industrie, corrigées des variations saisonnières et des effets calendaires, ont rechuté de 3,9% en janvier en Allemagne, annonce l'Office fédéral de la statistique. Les commandes avaient progressé de 3% le mois précédent, (contre +3,8% en estimation provisoire). Le consensus tablait sur une baisse limitée à 1,9%. En janvier, les commandes domestiques ont diminué de 2,8% et les commandes à l'étranger ont reculé de 4,6%.

A suivre donc, la décision de la BCE sur ses taux directeurs (13h45) et la conférence de présentation de la décision (14h30). Aux Etats-Unis, place à l'étude Challenger concernant les destructions de postes (13h30) et aux inscriptions hebdomadaires au chômage (14h30).

La parité euro / dollar atteint 1,2407 ce matin. Le baril de Brent se négocie 64,45$ et le WTI 61,29$. L'once d'or se traite 1.327$ (+0,01%).

VALEURS EN HAUSSE

* Engie (+3,85% à 13,13 Euros) : l'énergéticien a réalisé des résultats en ligne avec ses objectifs, avec toutefois un bénéfice net dans le haut de la fourchette annoncée et un désendettement un peu plus prononcé que prévu. Le groupe estime qu'il a bien conduit sa mue et promet de continuer à faire progresser ses résultats.

* Sanofi (+0,10% à 64,16 Euros) : l'allemand Evotec a démarré des négociations exclusives en vue du transfert de l'unité de recherche sur les maladies infectieuses du Français. Selon le communiqué diffusé ce matin, une centaine de chercheurs rejoindraient l'entreprise de Hambourg. Sanofi versera 60 ME mais conservera des options de développement de certains produits.

* TF1 (+1% à 11,37 Euros) : une partie des abonnés de Canal+, filiale de Vivendi, devrait retrouver ce jeudi les programmes des chaînes de TF1, qui avaient été coupées dans la nuit du 1er au 2 mars dernier. Aucun accord commercial n'a été trouvé mais le CSA a rappelé que les programmes des chaînes gratuites devaient être gratuits pour les clients servis par satellite. Le signal ne sera en revanche pas rétabli pour les box internet.

VALEURS EN BAISSE

* Renault (-1,40% à 93,16 Euros) : le titre a flambé hier en clôture, sur des rumeurs de rachat des parts de l'Etat par Nissan. Les protagonistes ont démenti, mais l'Agence Reuters a révélé l'existence d'un projet de rapprochement plus poussé des deux sociétés, qui ont des participations croisées. La spéculation devrait durer.

* Airbus (-0,20% à 95,51 Euros) : l'avionneur a vendu plus d'appareils qu'il n'en a livré en février, un mois qui est rarement flamboyant pour le carnet de commandes. L'industriel a reçu des commandes pour 40 appareils, 20 A380 et 20 A320neo. Dans le même temps, 38 avions ont été livrés à 25 clients, dont le premier A350-1000 de l'histoire. Le bilan 2018 fait état de 43 commandes nettes mais 60 commandes brutes, la faute à 17 annulations.

* Casino (-1,75% à 43,52 Euros) : le distributeur a publié ce matin des résultats 2017 en hausse, notamment une marge opérationnelle qui remonte à 3,3%. Comme prévu, la dette a fortement progressé. Le groupe a parmi ses priorités 2018 un allègement de son bilan.

* JCDecaux (-6,90% à 28,78 Euros) : le groupe a publié des résultats plutôt solides en 2017, hormis au niveau du bénéfice net, grevé par les exceptionnels. Le marché risque en revanche d'être déçu par la projections d'une croissance organique limitée à 2% au 1er trimestre 2018. Une dynamique plus faible que prévu à cause de la décision de la justice administrative sur le contrat parisien et du décalage de l'ouverture du terminal 2 à Canton Baiyun.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU