Ouverture Paris : l'attentisme domine

Ouverture Paris : l'attentisme domine
sorcière

Boursier.com, publié le vendredi 16 mars 2018 à 09h30

LA TENDANCE

Les volumes devraient être au rendez-vous aujourd'hui sur les marchés boursiers puisque c'est jour de sorcières à Wall Street où arrivent à échéance un certain nombre d'options. Le phénomène qui ne se produit que quatre fois par an, les troisièmes vendredi de mars, juin, septembre et décembre, accouche normalement de volume et volatilité avec des conséquences sur les marchés périphériques comme Paris. Alors que Wall Street est fermé, c'est peu le cas à l'ouverture parisienne où le CAC40 affiche à peine 100 ME échangés dans la première demi-heure de cotations et demeure quasi stable à 5.265 points. Sa progression de 0,65% de la veille ne lui a pas permis d'approcher le niveau symbolique des 5.300 points qui est devenu infranchissable ces dernières séances. Le contexte boursier demeure empreint de prudence après les récentes controverses concernant l'étendue des barrières douanières voulues par Trump et les risques de guerre commerciale avec la Chine qu'elles suscitent. Les nombreuses statistiques américaines de l'après-midi pèseront aussi sur la fin de séance parisienne

WALL STREET

Les marchés américains ont vécu une séance hésitante jeudi, avant de finir en ordre dispersé, toujours préoccupés par les velléités protectionnistes de Donald Trump et par des tensions géopolitiques avec la Russie. La prudence est aussi de mise à l'approche de la réunion de la Réserve fédérale des 20 et 21 mars, qui devrait acter un nouveau relèvement de ses taux directeurs. L'annonce, mercredi soir, de la nomination de Larry Kudlow, économiste et chroniqueur TV, comme nouveau conseiller économique de Donald Trump, a été accueillie sans grande émotion, mais ses premières déclarations ont toutefois profité au dollar, qui s'est apprécié jeudi. A la clôture, le Dow Jones a regagné jeudi 0,47% à 24.873 points, tandis que l'indice large S&P 500 a reculé de 0,08% à 2.747 pts, et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a lâché 0,20% à 7.481 pts.

ECO ET DEVISES

En Europe, l'indice des prix à la consommation de la zone euro en février sera connu à 11h00. Aux Etats-Unis, le programme est chargé avec les mises en chantier de logements et permis de construire (13h30), la production industrielle (14h15), le rapport JOLTS concernant les ouvertures de postes (15h00) et l'indice du sentiment des consommateurs américains selon l'Université du Michigan (15h00).

La parité euro / dollar atteint 1,2311 ce matin. Le baril de Brent se négocie 65,07$ et le WTI 61,15$. L'once d'or se traite 1.317$ (+0,1%).

VALEURS EN HAUSSE

* Société Générale (+0,40% à 44,94 Euros) : la banque s'estimerait bien couverte par les provisions déjà prises dans le dossier Libor, selon la rumeur. Un règlement pourrait intervenir rapidement avec les autorités américaines, après le départ hier du directeur général délégué Didier Valet, pour des raisons pas vraiment limpides mais en tout cas liées à cette affaire.

* Carrefour (+0,10% à 16,92 Euros) : le distributeur a pris le contrôle de la jeune pousse Quitoque, leader des paniers-repas livrés à domicile. En 2017, elle a livré 3 millions de repas en France avec 60 salariés.

* Peugeot (+0,10% à 19,09 Euros) : le groupe NSK a préféré transiger avec PSA dans le procès du constructeur contre huit fabricants de roulement à billes, qu'il accuse de lui avoir fait surpayer leurs prestations au motif qu'ils avaient constitué un cartel entre 2004 et 2011. Le japonais a indiqué cette nuit dans un communiqué qu'un accord avait été trouvé mais sans en donner le montant. L'industriel français a, en échange, accepté d'abandonner les poursuites contre NSK et ses filiales européennes.

* Dassault Aviation (+0,40% à 1511 Euros) : le prochain jet de combat du groupene devrait pas être un drone, mais il pourrait emprunter aux deux mondes. L'après-Rafale se réfléchit à un horizon 2040, a expliqué le PDG du groupe, Eric Trappier, dans un entretien accordé aux 'Echos'. Pour lui, il restera des avions de combat pilotés, mais en lien avec des flottes de drones de combat, pilotés au sol.

* Altice (+5,75% à 8,53 Euros) : la division européenne a dégagé une marge ajustée stable à 39,3% en 2017. La dette reste élevée à 30,9 MdsE, soit un ratio d'endettement de 5,4 fois, que le groupe espère ramener à 5 fois cette année. Le management vise une "amélioration significative" de ses activités en France.

* Rubis (+3,80% à 61,30 Euros) : le groupe a amélioré de 28% son bénéfice net 2017, qui atteint 226 ME. Il se dit confiant dans sa capacité à continuer de générer de la croissance organique.

VALEURS EN BAISSE

* Eiffage (-0,15% à 93,50 Euros) : le groupe a racheté Priora en Suisse, un acteur majeur dans le pays, qui a réalisé environ 340 ME de revenus l'année dernière. Le montant de la transaction n'a pas été communiqué. Par ailleurs, la société a, en groupement, décroché un lot de 365 ME sur la ligne 14 sud du métro de Paris.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
2 commentaires - Ouverture Paris : l'attentisme domine
  • avatar
    Tueur -

    Le dynamisme des bancaires .......

    avatar
    pigeonxxl38 -

    le dynamisme de ta puanteur .........

    avatar
    Tueur -

    le dynamisme du $ .....

    avatar
    pigeonxxl38 -

    ta gueule Tueur ......

  • avatar
    Mdr -

    L' attentisme ! Nous connaissons le fin mot de l'histoire au niveau actuel.Bonne journée....