Ouverture Paris : la BCE à la rescousse ?

Ouverture Paris : la BCE à la rescousse ?©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 07 mars 2019 à 09h30

LA TENDANCE

Faute d'avoir pu franchir le cap des 5.300 pts, le CAC40 hésite encore ce jeudi matin, en baisse de 0,35% à 5.270 pts, dans l'attente de la réunion de la BCE, tandis que Wall Street a terminé sa course en territoire négatif mercredi soir.
L'événement du jour sera donc la réunion de la Banque centrale européenne, avec un nouveau tour de LTRO qui semble se dessiner... Alors que les bruits de couloir à ce sujet se multiplient depuis plusieurs semaines, certaines sources de marché croient savoir que les responsables de la Banque centrale européenne sont prêts à abaisser suffisamment leurs prévisions économiques pour justifier une nouvelle série de prêts à long terme à destination des banques.

WALL STREET

Le Dow Jones a perdu 0,52% à 25.673 pts, le Nasdaq recule de 0,93% à 7.505 pts, et le S&P500 a cédé 0,65% à 2.771 pts. Le Livre Beige de la Fed a montré que l'activité économique avait continué globalement de progresser fin janvier et février, sur un rythme allant de "léger à modéré", alors que plusieurs secteurs ont été négativement impactés par le "shutdown" sur la période. Du côté des sociétés, Abercrombie & Fitch s'est envolée après ses comptes. Le titre General Electric a quant à lui rechuté, plombé par les derniers commentaires du CEO du groupe...

ECO ET DEVISES

La Banque centrale européenne va revoir en forte baisse ses prévisions de croissance et pourrait prendre de nouvelles mesures de soutien sous la forme de nouveaux prêts à bas taux afin d'éviter que le ralentissement en cours ne débouche sur une récession. Les tensions commerciales et l'incertitude autour du Brexit ont affecté l'économie de la zone euro et détérioré le climat des affaires, au risque que la crainte de récession ne se réalise et que les difficultés de l'Allemagne et de l'Italie s'étendent au reste de l'Europe...
Rappelons que la BCE vient de mettre fin à sa politique d'assouplissement quantitatif en décembre dernier, via des rachats massifs d'actifs et a annoncé une hausse de taux dans le courant de l'année... Mais les banques centrales dans le monde font globalement marche arrière, notamment la Réserve fédérale américaine qui a déjà annoncé qu'elle marquait une pause dans ses hausses de taux.
La décision de la BCE est attendue à 12h45 GMT jeudi et la conférence de presse de Mario Draghi débute à 13h30 GMT.
La BCE va publier en parallèle ses projections économiques trimestrielles ce jeudi. La croissance devrait être ramenée à 1,3% pour cette année, contre 1,8% il y a un an, selon les prévisions des économistes. L'inflation devrait rester en retrait par rapport à l'objectif de la BCE, proche mais inférieur à 2%, pour l'année à venir...

A suivre à l'agenda du jour :
Etats-Unis :
- Etude Challenger concernant les destructions de postes annoncées. (13h30)
- Inscriptions hebdomadaires au chômage. (14h30)
- Productivité et coûts. (14h30)
- Crédit à la consommation. (21h00)
Europe :
- Ventes de détail en Italie. (10h00)
- Chiffres trimestriels finaux de l'emploi en Europe. (11h00)
- PIB trimestriel révisé en Europe. (11h00)
- Principal taux de refinancement de la BCE. (13h45)
- Conférence de presse de la BCE. (14h30)

Le pétrole pointe sur les 66$ ce matin, tandis que l'euro cote 1,13/$. L'or revient à 1.286$.

VALEURS EN HAUSSE

1000mercis : +8%. Le chiffre d'affaires consolidé du Groupe 1000mercis - Numberly au 31 décembre 2018 s'établit à 68,1 millions d'euros, en progression de +16% par rapport au 31 décembre 2017. Le Groupe confirme l'accélération observée depuis la fin d'année 2017 générant 9,3 ME de croissance du chiffre d'affaires en 2018. Le déploiement à l'international, les investissements technologiques et les recrutements réalisés pour porter l'accélération du Groupe continuent d'impacter le résultat d'exploitation, attendu autour de 6 ME.

JC Decaux +5%. Le groupe a annoncé un Chiffre d'affaires ajusté en hausse de +3,6% à 3.618,5 millions d'euros, la croissance organique du chiffre d'affaires ajusté est de +5,2%. La Marge opérationnelle ajustée ressort à 655,1 millions d'euros, en hausse de +0,2%. Le Résultat d'exploitation ajusté, avant charges de dépréciation, s'inscrit à 339,8 millions d'euros, en baisse de -5,1%. Le Résultat net part du Groupe, avant charges de dépréciation, est de 217,7 millions d'euros, en hausse de +6,6%. Le Résultat net part du Groupe ressort à 219,9 millions d'euros, en hausse de +13,5%.
Le Cash-flow disponible ajusté est de 150,4 millions d'euros, en hausse de +5,2%. La dette nette au 31 décembre 2018 était de 1.200 millions d'euros, en hausse comparée à 384,4 millions d'euros au 31 décembre 2017, en raison du financement de l'acquisition d'APN Outdoor.
"Compte tenu de notre flexibilité financière, nous recommandons le paiement d'un dividende de 0,58 euro par action, en hausse de +3,6% par rapport à 2017, à l'occasion de l'Assemblée Générale qui se tiendra le 16 mai 2019" commente la direction du groupe. "En ce qui concerne le premier trimestre 2019, nous anticipons une croissance de notre chiffre d'affaires organique ajusté au-dessus de +5%, reflétant une très bonne dynamique commerciale en Chine et en Amérique du Nord" commente le groupe.

DBV : +3% avec Thermador (+2%) et NRJ

Infotel : +2%. Le groupe de services informatiques Infotel a dégagé un résultat opérationnel courant 2018 de 22,7 millions d'euros contre 23,4 ME un an auparavant, soit une marge opérationnelle courante de 9,8% contre 11,2% en 2017.
Infotel précise que cette rentabilité intègre un niveau de charges en légère augmentation à 81,9% du chiffre d'affaires contre 79,5% en 2017, lié au contexte de recrutement très concurrentiel. Les coûts de formation liés à l'intégration des nouveaux collaborateurs sont toutefois en baisse significative au second semestre 2018. Le taux d'intercontrat est très faible à 1,8% pour l'année pleine.
Le bénéfice net 2018 s'établit à 15,1 ME contre 15,8 ME un an plus tôt. La trésorerie nette en fin d'exercice s'élevait à 72,8 ME. Il sera proposé le versement d'un dividende de 1,60 euro par action au titre de l'exercice 2018, en augmentation de 40%. Cette proposition témoigne de la confiance du management dans les perspectives de l'exercice en cours.
Infotel confirme en effet un objectif de croissance du chiffre d'affaires toujours supérieure à celle du marché et le maintien d'un excellent niveau de rentabilité opérationnelle. Le groupe se fixe un objectif de plus de 500 embauches brutes sur l'année en cours.

Atari : +1% suivi de L'Oreal, Archos, Vilmorin et Sequana

LafargeHolcim : +1%. Le groupe a annoncé au T4 2018 des revenus en hausse de 5,1% et sur 2018 une avancée de 5,1% (LFL) à 27,47 milliards, avec un EBITDA récurrent en légère hausse à 6 Mds CHF et un bénéfice net de 1,57 milliard de francs suisses. A périmètre comparable et taux de change constants, la croissance de l'Ebitda s'inscrit à 3,6%.
La direction évoque une accélération de la dynamique du groupe au cours de la seconde partie d'année. De quoi qualifier 2018 d'exercice réussi dans le cadre du plan 'Strategy 2022 - 'Building for Growth' et anticiper une nouvelle accélération de la dynamique de croissance et des profits en 2019.

Somfy : +1%. Le chiffre d'affaires 2018 du Groupe Somfy est ressorti à 1,126 milliard d'euros, en hausse de +3,4% après le retraitement consécutif au changement de méthode de consolidation de Dooya et de +5,2% à données comparables. Cette performance fait suite à une forte progression sur le précédent exercice.
Le chiffre d'affaires de Dooya, société à présent mise en équivalence, est ressorti, à 178 millions d'euros, en hausse de +9,4% en termes réels et de 12% à données comparables.
Le résultat opérationnel courant s'est établi à 177,8 ME sur l'exercice, en augmentation de +1,8%.

Seb : +0,5% avec Atos, Orange, Colas, Iliad, Remy Cointreau et Vivendi

Futuren : stable. Le groupe a annoncé un CA total consolidé en 2018 de 67,493 ME, en hausse de 4%. L'activité "Vente d'électricité" a enregistré un chiffre d'affaires de 58,1 millions d'euros en 2018, en croissance de +5% par rapport à la base comparable de 2017 retraitée. L'activité a en particulier bénéficié de conditions de vent plus favorables en France en 2018 qu'en 2017, ainsi que des mises en service du parc éolien de Courant-Nachamps (21 MW en Charente-Maritime) en mai 2018 et du parc éolien de Demange (19,8 MW dans la Meuse) en août 2018. Au contraire, l'activité a été pénalisée par des conditions de vent moins favorables en Allemagne en 2018 qu'en 2017.
Pour renforcer cette activité, Futuren poursuit la réalisation de son portefeuille de projets éoliens, notamment en France. En particulier, Futuren réalise actuellement la construction de 4 parcs éoliens pour une capacité cumulée de 71 MW, dont les mises en service s'échelonneront sur l'année 2019. Le Groupe a également obtenu toutes les autorisations nécessaires pour la réalisation prochaine d'un autre projet éolien situé en Charente-Maritime.

VALEURS EN BAISSE

Elis -6%. Le groupe a dévoilé des résultats 2018 de très bonne facture avec un chiffre d'affaires record, des marges d'EBITDA en amélioration dans toutes les zones géographiques et une forte hausse du résultat net courant. Le prestataire multiservice a ainsi enregistré l'an dernier un Ebitda de 985,6 ME (+47,1%) pour des revenus de 3,13 MdsE (+42,8%, dont +2,6% de croissance organique et +2,4% de croissance organique pro forma). La marge d'Ebitda ressort ainsi à 31,5%, en hausse de 90 pb. Le résultat net courant bondit de 40,4% à 224,3 ME.
Lors de l'Assemblée Générale des actionnaires qui se tiendra le 23 mai, le Conseil de Surveillance recommandera une distribution de 0,37 euro par action au titre de l'exercice 2018, stable par rapport à l'exercice précédent.
Le groupe vise cette année une croissance organique d'environ +3%, une marge d'EBITDA entre 31,2% et 31,6% du chiffre d'affaires (hors impact IFRS 16), dans un contexte d'inflation des coûts de main d'oeuvre et d'énergie et des investissements équivalents à 20% du chiffre d'affaires.

K&B : -4% suivi de Valeo (-2,5%), Neopost et FNAC DARTY

AccorHotels : -2% suivi de Faurecia, Nexans, AKKA, Genfit, Sopra et Amundi

Manitou : -2%. Pour l'exercice 2018, Manitou a dégagé un chiffre d'affaires de 1,884 milliard d'euros, en croissance de +18% par rapport à 2017. La hausse de chiffre d'affaires est de 19% en comparable.
La Division Manutention et Nacelles réalise un chiffre d'affaires de 1,294 MdE en 2018 (1,095 MdE en 2017), soit une croissance de +18% (+20% à taux de change, norme comptable et périmètre constants). La Division Matériel Compacte a réalisé un chiffre d'affaires de 314 millions d'euros en 2018, soit une croissance de +28%. Avec un chiffre d'affaires de 276 ME, la Division Services et Solutions enregistre une progression de +10 % de son chiffre d'affaires (+8% à taux de change, normes comptables et périmètre constants).
Le résultat opérationnel courant est de 129 ME, soit 6,9% du chiffre d'affaires reporté. Il était de 95 ME en 2017. Le ROC s'établit à 7,3% du chiffre d'affaires en comparable (à taux de change, périmètre évolution de norme constants).
L'Ebitda est de 162 ME (9% du chiffre d'affaires) contre 124 ME (8% du chiffre d'affaires) en 2017.
Le résultat net part du groupe est de 84 ME (60 ME en 2017). Il progresse de +40%.
Le conseil d'administration a décidé de proposer à l'Assemblée générale du 13 juin, le versement d'un dividende de 0,78 euro par action.
Manitou anticipe une progression de son chiffre d'affaires de l'ordre de 10%, et une amélioration du résultat opérationnel courant de l'ordre de 40 points de base, soit aux environs de 7,3% du chiffre d'affaires.

Peugeot : -1% avec Renault

Inside Secure : -0,5%. Pour 2018, le chiffre d'affaires d'Inside Secure s'établit à 42,1 millions de dollars (+8% vs. 2017). L'Ebitda recule de 8,8 M$ en 2017 à 6,6 M$ eb 2018 (15,6% du chiffre d'affaires). Le résultat opérationnel ajusté s'établit à 5,6 M$.
La société a généré un résultat net consolidé (IFRS) de 3,4 M$, comparé à une perte de -1,1 M$ en 2017. Ce chiffre résulte d'un résultat opérationnel de 1,2 M$, d'un résultat financier de 3,2 M$ et d'une charge d'impôt de 1 M$.
Au 31 décembre 2018, le montant de trésorerie disponible consolidée s'élevait à 47,4 M$ (45,9 M$ au 31 décembre 2017). Les activités opérationnelles ont généré 2,8 M$ de trésorerie en 2018 (4,5 M$ hors paiement des honoraires et autres charges liées au projet d'acquisition de Verimatrix).
L'acquisition de Verimatrix, finalisée le 28 février, permet à la société d'atteindre une dimension nouvelle avec un chiffre d'affaires ajusté de 124,2 M$ et un Ebitda à 22,2 M$ pour 2018.
Pour 2019, la priorité est donnée à l'intégration de Verimatrix et à la réalisation des premières synergies de coûts.
Les objectifs pour 2021 sont confirmés c'est-à-dire un chiffre d'affaires de 150 M$ et un marge d'Ebitda de 25%.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.