Ouverture Paris : la hausse se prolonge

Ouverture Paris : la hausse se prolonge©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 05 novembre 2020 à 09h30

LA TENDANCE

Le CAC40 poursuit sa progression ce jeudi en direction des 5.000 pts, en hausse de 1% à 4.970 pts, tandis que Joe Biden se rapproche de la Maison blanche au rythme des derniers dépouillements des votes par correspondance malgré les multiples contestations de Donald Trump... En attendant, le visage du nouveau Congrès US a globalement rassuré les marchés : La Chambre des représentants devrait ainsi rester à majorité démocrate et le Sénat à majorité républicaine. De quoi tempérer certaines réformes démocrates particulièrement redoutées par les marchés comme celles d'encadrer les prix des médicaments, de relever l'impôt sur les sociétés ou de taxer davantage les plus-values et les revenus du capital... Les indices boursiers restent donc bien orientés ce matin, alors qu'en Asie, la bourse de Tokyo progresse de 1,7%, Séoul monte de 2,4% et Hong Kong de 2,6%.

WALL STREET

La Bourse de New York a poursuivi son rebond mercredi soir, propulsée par les valeurs de santé et les technologiques.
A la clôture, l'indice Dow Jones a grimpé de 1,34% à 27.847 points (après un gain de 3,7% lundi et mardi), tandis que l'indice large S&P 500 a bondi de 2,21% à 3.443 pts (+3% lundi et mardi), et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a flambé de 3,85% à 11.590 pts (+2,3% lundi et mardi). Plus tôt, en Europe, l'EuroStoxx 50 a gagné 2% et le CAC 40 a fini en hausse de 2,44%, soutenu par l'espoir d'un vaccin contre le coronavirus.
En 3 séances, Wall Street a repris une grande partie des pertes de la semaine dernière, lorsque le DJIA avait chuté de 6,5%, le S&P 500 de 5,6% et le Nasdaq de 5,5%. Mais dans un environnement malgré tout incertain, les obligations d'Etat sont restées recherchées par des investisseurs soucieux de sécurité et inquiets d'une période prolongée d'instabilité politique, voire sociale, en cas de contestation des résultats de la présidentielle si Donald Trump est donné perdant.

ECO ET DEVISES

Sans attendre les résultats définitifs du scrutin, Donald Trump a accusé ses adversaires de vouloir lui voler sa victoire. Pendant un discours retransmis à télévision, Trump a déclaré que "notre objectif maintenant est d'assurer l'intégrité du scrutin. Nous voulons que la loi soit correctement appliquée, nous allons aller devant la Cour suprême (...) Nous allons gagner et, de ce que j'en pense, nous avons déjà gagné", a-t-il affirmé.
Pendant que le dépouillement se poursuit, la Réserve fédérale américaine a entamé mercredi une réunion de deux jours, dont les marchés n'attendent cependant pas de mesures d'assouplissement supplémentaires face à la crise du Covid-19, en attendant une clarification de la situation politique.

Alors que l'épidémie continue d'infecter plus de 80.000 Américains par jour, le marché de l'emploi donne des premiers signes de ralentissement en octobre. Selon le dernier rapport mensuel du cabinet ADP sur l'emploi dans le secteur privé, 365.000 postes ont été créés le mois dernier alors que le consensus était logé à 650.000. Les chiffres complets de l'emploi en octobre aux Etats-Unis seront publiés vendredi.
Par ailleurs, les indicateurs d'activité dans les services (le principal moteur de la croissance aux Etats-Unis) sont ressortis mitigés en octobre. Ainsi, l'indice PMI final des services s'est établi à 56,9, contre 56 de consensus, mais l'indice ISM des services est ressorti en baisse, à 56,6, contre 57,4 de consensus, et après 57,8 en septembre. Ces indices témoignent encore d'une forte expansion, mais celle-ci semble s'essouffler quelque peu...
L'euro pointe ce matin à 1,1730/$. Le pétrole s'installe de nouveau sur les 40$ le brent. L'or remonte à 1.907$.

A SURVEILLER

Etats-Unis :
- Etude Challenger concernant les destructions de postes annoncées. (13h30)
- Inscriptions hebdomadaires au chômage. (14h30)
- Productivité non-agricole. (14h30)
- Coûts unitaires du travail. (14h30)
- Communiqué de politique monétaire de la Fed. (20h00)
- Conférence de presse de Jerome Powell. (20h30)

VALEURS EN HAUSSE

Mauna Kea : +14% suivi de Inventiva et de Archos

Au cours du 3e trimestre, Neurones (+6%) a retrouvé un rythme de croissance de + 5,5%, similaire à celui du 1er trimestre, soit +5,1%.
En cumul au 30 septembre, le taux de résultat opérationnel s'établit à 9,7% du chiffre d'affaires à comparer à 9,4%, hors plus-value de cession, sur la même période en 2019.
Les effets de la crise sanitaire se sont avérés plus dilués dans le temps que Neurones ne l'avait anticipé et ils affecteront aussi les trimestres à venir.
Pour l'ensemble de l'année 2020, les prévisions sont donc revues une deuxième fois à la hausse et sont désormais un chiffre d'affaires d'au moins 510,1 ME, donc supérieur à celui de l'an dernier et un résultat opérationnel d'environ 9,5%.

Société générale (+5,5%) est de retour dans le vert au troisième trimestre grâce au retour à meilleure fortune du trading actions et une baisse de ses charges, après deux trimestres consécutifs de pertes sur fond de crise sanitaire. Le groupe a dégagé un bénéfice net de 862 ME sur le trimestre, contre des pertes de respectivement 326 Millions et 1.264 Millions d'euros aux premier et deuxième trimestres.
Sur la période écoulée, la banque a vu ses charges reculer de 8,2%, tandis que ses provisions pour risques de crédit ont bondi de 57%.
Du côté des activités de marché, les revenus ont progressé de 4,5%, avec une hausse de plus de 9% sur les taux, crédit et changes. Les revenus du trading actions ont été multipliés par 3,7 par rapport au deuxième trimestre, en hausse de 5,1% par rapport à juin 2019. La rentabilité de la banque de financement et d'investissement s'est aussi améliorée, passant sur un an de 6,9% à 10,3%.
A fin septembre, son ratio de solvabilité financière "common equity tier 1" ressortait à 13,2% contre 12,5% à fin juin.
L'établissement vise désormais pour la fin de l'année un ratio au-dessus de 12%.

Le chiffre d'affaires consolidé de Solutions 30 (+4%) à fin septembre 2020 s'élève à 576,3 ME et progresse de 19,1% (12,7% en organique). Les activités de maintenance, récurrentes par nature représentent 59% de l'activité du groupe. Pour le seul 3ème trimestre, le groupe enregistre un chiffre d'affaires de 212,6 ME, en hausse de 28,6% (+24% en organique). Comme anticipé, le redémarrage rapide en sortie de confinement et l'excellente tenue de l'activité Telecom soutiennent la croissance.
Si l'aggravation récente de la situation sanitaire en Europe et les mesures de reconfinement prises dans plusieurs états européens incitent à la plus grande vigilance, le groupe "reste confiant dans sa capacité à signer un nouvel exercice de croissance rentable à deux chiffres en 2020".

Le chiffre d'affaires de Legrand (+4%) s'est inscrit à 4.493,9 ME, en recul de 8,1% par rapport au 30 septembre 2019. Au cours des 9 premiers mois de 2020, l'évolution organique des ventes est de -10%, en baisse dans les pays matures (-9,5%) comme dans les nouvelles économies (-11,4%). L'accroissement de périmètre provenant des acquisitions est de +3,7%. Sur la base des acquisitions réalisées en 2019 et en 2020, et de leurs dates probables de consolidation, cet effet devrait être de l'ordre de +3,5% en 2020.
L'effet de change est négatif à -1,5% au 30 septembre 2020. En appliquant au dernier trimestre 2020 les taux de change moyens d'octobre 2020, l'impact théorique sur le chiffre d'affaires des variations de change devrait être autour de -2,5% sur l'ensemble de 2020.
Le résultat net part du Groupe recule de -131,7 ME (-21%) par rapport au 30 septembre 2019, provenant principalement :
- du retrait du résultat opérationnel (-161 ME) ;
- de l'évolution défavorable (-16 ME) des frais financiers et du résultat de change ; et
- de la diminution du montant de l'impôt sur les sociétés en valeur absolue (-45 ME), liée à la baisse du résultat avant impôt, tandis que le taux d'impôt sur les sociétés, à 29%, augmente légèrement.

Soitec : +4% avec DBV, Linedata

STM : +3% avec Neoen, Manitou, Rexel, Somfy, Trigano, Akwel, Valneva

Alstom : +2% en compagnie de Worldline, Sopra, Spie et Edenred

LVMH : +2% avec Peugeot, Savencia, Chargeurs, Dior, Ubisoft

Veolia monte de 2,2% ce jeudi à 17,70 euros, alors que le groupe a publié des résultats en hausse au titre du troisième trimestre, aidés par un rebond d'activité et par ses efforts d'économies. Le groupe vise donc toujours au quatrième trimestre une performance opérationnelle "équivalente" à celle du quatrième trimestre 2019, malgré les reconfinements décidés en France et en Europe. Veolia a enregistré au troisième trimestre un résultat net courant part du groupe de 142 ME (+6,8% en données courantes, +10,6% à données constantes), un Ebitda de 893 ME (+2,5% à périmètre et change constants) et un chiffre d'affaires de 6,3 MdsE (stable à périmètre et change constants).
Sur les 9 premiers mois de l'année, à périmètre et change constants, le résultat net courant part du groupe se replie toutefois de 59%, l'Ebitda de 11% et les ventes de 3,8%.
Veolia a confirmé son objectif d'économies annuelles supérieures à 500 millions d'euros en intégrant son plan spécifique au coronavirus, bien qu'il soit en avance sur ses prévisions à fin septembre (395 millions).
"Le deuxième confinement est très différent du premier", a expliqué Antoine Frérot, en évoquant une amélioration continue du contexte global hors d'Europe avec notamment une situation "quasi normale" en Asie depuis le début de l'été et un rebond en Amérique latine. En Europe, les activités de construction et de maintenances municipales ou industrielles ne sont cette fois pas interrompues contrairement au printemps, a-t-il également souligné... "Le seul impact que nous aurons au quatrième trimestre, ce sont les commerces fermés et donc un peu moins de déchets dans ce secteur, mais pour le reste tout est ouvert !" (...) "Il n'y a pas de raison pour que les performances de Veolia au quatrième trimestre ne soient pas "meilleures" que celle de fin 2019", a conclu Antoine Frérot.
Evoquant le projet de prise de contrôle de Suez, le PDG du groupe Veolia a répété qu'il encourageait les autres actionnaires de sa cible à faire pression sur la direction pour qu'elle se penche sur le projet de Veolia et si besoin à demander la convocation d'une assemblée générale...

ArcelorMittal (+1,6%) a dévoilé des résultats trimestriels supérieurs aux attentes du marché grâce à une reprise de la demande après la chute observée au deuxième trimestre. Le numéro un mondial de l'acier a ainsi dégagé sur les trois mois clos fin septembre un Ebitda de 901 millions de dollars, en repli de 15%, pour des revenus de 13,27 Mds$. Le consensus tablait respectivement sur 832,4 M$ et 12,8 Mds$. Le profit opérationnel s'établit à 718 M$ contre 297 M$ un an plus tôt mais le résultat net est toujours négatif à 262 M$ (539 M$ un an auparavant). La dette nette a été réduite de 900 M$ à 7 Mds$.
L'entreprise souligne que son activité minière s'est bien mieux comportée qu'au trimestre précédent avec des prix du minerai de fer plus élevés et une production accrue. Elle s'attend maintenant à ce que les livraisons de minerai de fer vendu au prix du marché soient à peu près les mêmes qu'en 2019. Elle tablait précédemment sur un repli de 5%. ArcelorMittal a commencé à redémarrer une partie de sa capacité inutilisée, bien que la demande soit restée inférieure à la normale, une deuxième vague de COVID-19 ajoutant à l'incertitude.

Eiffage (+1%) a réalisé, au 3e trimestre 2020, un chiffre d'affaires consolidé de 4,6 milliards d'euros, en légère baisse de -2,3% par rapport au 3e trimestre 2019 (-3,1% dans les Travaux et +1,3% dans les Concessions).
Le chiffre d'affaires consolidé du Groupe au 30 septembre atteint ainsi 11,5 MdsE, en baisse de -13,1% à structure réelle et de -13,7% pcc. Dans les Travaux, l'activité baisse de -13,2% (-13,4% pcc) et s'établit à 9,5 MdsE. Dans les Concessions, l'activité s'établit à 1,978 MdE, en baisse de -12,1% (-15,1% pcc).

VALEURS EN BAISSE

Genomic Vision : -5% suivi de CGG (-3%), Voluntis (-2%)

Le Chiffre d'affaires d'Arkema (-2%) s'est inscrit à 1,9 MdE au T3 (2,2 MdsE au T3 2019), en baisse de 9% à périmètre et change constants, mais en ligne avec la guidance d'environ -10% exprimée fin juillet. L'Effet volume est de -4,4%. Le groupe souligne le rebond des marchés de la construction et des peintures décoratives. Les marchés industriels restent dans l'ensemble en retrait sensible malgré la croissance de certaines niches à fort contenu technologique comme les batteries
L'EBITDA trimestriel ressort à 307 ME et la marge d'EBITDA à 16,1% avec une baisse modérée de l'EBITDA des Matériaux de Spécialités, soutenu par la progression de Bostik et par la résilience des marges des Matériaux Avancés et des Coating Solutions.
Le Résultat net courant est de 109 ME (166 ME au T3 2019), soit 1,42 euro par action. Le Flux de trésorerie libre s'est élevé à 285 ME, reflétant la gestion stricte du besoin en fonds de roulement et la modération des investissements industriels. La dette nette ressort en baisse de 265 ME par rapport à fin juin 2020, s'établissant à 1.869 ME en incluant les obligations hybrides (2.470 ME à fin septembre 2019).
La direction rappelle pour finir le large succès de l'émission du premier emprunt obligataire "vert" du groupe, d'un montant de 300 ME, dédié au financement du projet de croissance dans les polyamides bio-sourcés à Singapour.

Aures : -1% avec TechnipFMC, Sanofi, Elior

Nexans (-0,5%)) a publié un chiffre d'affaires au troisième trimestre de 1.407 millions d'euros à cours des métaux constants, en croissance organique de +5,6% par rapport au deuxième trimestre 2020 et de -9,8% par rapport au troisième trimestre 2019.
Le Chiffre d'affaires de l'activité Câbles est de 1.249 millions d'euros à cours des métaux constants au troisième trimestre 2020, en croissance organique de +9,1% par rapport au deuxième trimestre 2020 et de -8,4% comparativement au troisième trimestre 2019. Le carnet de commandes ajusté est solide à hauteur de 1,5 milliard d'euros dans l'activité Haute Tension sous-marine avec une visibilité supérieure à 18 mois.

Total : -0,5% avec CNP

Lagardère (-0,5%) a vu son chiffre d'affaires fondre de 38,3% au troisième trimestre à 1,188 milliard d'euros. Après une légère reprise de l'activité esquissée à la fin du deuxième trimestre et jusqu'à la mi-août, le Travel Retail fait face aux effets de la " deuxième vague " de Covid-19, affichant un chiffre d'affaires en chute libre de 66,1%. Lagardère Publishing continue en revanche à bien résister avec une hausse du chiffre d'affaires de 6,0%, portée par la bonne performance de la France qui bénéficie de la progression des divisions Littérature générale et Illustré, ainsi que par la forte croissance de l'activité aux États-Unis et au Royaume-Uni, nourrie par les succès d'un nombre important de best-sellers et par la dynamique favorable des formats numériques.
Compte tenu de l'incertitude du contexte économique lié à la pandémie et notamment de la difficulté à estimer les conditions de reprise du trafic aérien, le Groupe confirme l'annulation de la guidance de Résop communiquée le 27 février et suspendue de manière indéterminée le 25 mars. La Société entend poursuivre le dialogue actionnarial engagé fin août 2020 avec pour objectif commun que le Groupe résiste au mieux à cette crise inédite et en ressorte renforcé.

Claranova (stable) a réalisé au premier trimestre de son exercice 2020-2021 un chiffre d'affaires de 90 ME, en hausse de 29% marquant un nouveau trimestre de forte croissance dans un contexte économique et sanitaire toujours complexe.
Hors effet périmètre lié à l'acquisition des activités Personal Creations et CafePress, intégrées respectivement en août 2019 et septembre 2020, le chiffre d'affaires progresse de 19%. La croissance du premier trimestre 2020-2021 inclus un effet change négatif de 4% consécutif à l'appréciation de l'euro face aux devises nord-américaines auxquelles le groupe est exposé]. À taux de change et périmètre constants, la croissance organique atteint 23%.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.