Ouverture Paris : le CAC40 hésite, les américains ont rendez-vous avec la dinde

Ouverture Paris : le CAC40 hésite, les américains ont rendez-vous avec la dinde©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 23 novembre 2017 à 09h30

LA TENDANCE

Nouveau début de séance hésitant à Paris avec un CAC40 qui cède à 0,09% à 5.347 points après 30 minutes d'échanges. La journée s'annonce relativement calme en l'absence de Wall Street, Thanksgiving oblige. D'autant plus que la place américaine ouvrira seulement pour une demi-séance demain. Une avalanche d'indicateurs de conjoncture est toutefois au programme ce matin en Europe avec, entre autres, la confirmation de la croissance allemande à 0,8% au troisième trimestre et des indices de confiance et indices PMI flash très solides pour la France en novembre.

Du coté des entreprises, l'aciériste allemand ThyssenKrupp a manqué le consensus, tandis que l'énergéticien britannique Centrica a averti sur ses objectifs annuels. Porté par de nouvelles rumeurs de cessions, Altice rebondit tandis qu'Innate Pharma est incotable après l'échec d'un de ses produits.

ECO ET DEVISES

En Europe, le PIB allemand du troisième trimestre a été confirmé à +0,8% et les indices flash PMI de novembre pour la France ont nettement dépassé les attentes. Les indices de confiance français se sont également améliorés ce mois-ci. A suivre également ce matin, les indices PMI flash pour l'Allemagne (9h30) et la zone euro (10h00). Les minutes de la dernière réunion de la BCE seront publiées à 13h30.

La parité euro / dollar atteint 1,1836 ce matin. Le baril de Brent se négocie 63,17$ et le WTI 57,89$. L'once d'or se traite 1.289$ (-0,16%).

VALEURS EN HAUSSE

* Altice (5,9% à 8 euros). Pour tenter de rassurer des marchés sceptiques, le groupe pourrait céder, outre les pylônes de SFR et Portugal Telecom, ses filiales en République Dominicaine et en Suisse, aux dernières rumeurs. En parallèle, des actionnaires ont prévu d'attaquer la société devant la justice française pour diffusion d'informations fausses et trompeuses. Ils sont pilotés par l'avocat Frédéric-Karel Canoy, un vétéran des combats de ce type. ABN Amro a par ailleurs démarré le suivi d'Altice à l'achat en visant 16 euros.

* Virbac (+4,4% à 110,2 euros). La société a reporté de 3 ans le rachat des minoritaires de Centrovet. Ce report permet au groupe de limiter l'impact sur sa dette, tout en confirmant son intérêt stratégique pour l'aquaculture et pour la société Centrovet.

* Genfit (+2,5% à 23,1 euros). La biotech peut continuer son essai de phase III RESOLVE IT après le feu vert de son comité de surveillance et de suivi indépendant. L'essai teste le candidat elafibranor dans la NASH. Le laboratoire a déjà inclus 800 patients dans son étude.

VALEURS EN BAISSE

* SoLocal (-3% à 0,89 euro). Kepler Cheuvreux a jeté l'éponge sur le dossier ce matin, en réduisant sa recommandation de neutre à alléger, pour un objectif de 0,80 euro, contre 1,05 euro précédemment. Désormais, les opinions des six analystes qui suivent encore le dossier sont parfaitement partagées : 2 positives, 2 neutres et 2 négatives.

* Rémy Cointreau (-2,3% à 108,15 euros). Le groupe a fait progresser ses marges lors du premier semestre de son exercice 2017-2018. La marge brute notamment, grâce à la montée en gamme des spiritueux et malgré les investissements dans la publicité et le réseau de distribution. L'objectif de hausse du résultat opérationnel courant est confirmé. Les résultats sont honnêtes, mais il y avait un risque de faiblesse du titre compte tenu du niveau de valorisation élevé, écrivait ce matin Edward Mundy, chez Jefferies, qui recommande de conserver les positions même si son objectif de cours de 100 euros est plus bas que les niveaux actuels.

* LDC (-0,85% à 111,1 euros), dans le sillage de la publication de résultats semestriels légèrement inférieurs aux attentes. L'élément principal retenu par les investisseurs est le retrait de la marge opérationnelle courante du pôle volaille France, revenue à 5,8% (-30 points de base) à la suite d'efforts marketing pour soutenir la consommation et la conquête de parts de marché.

* BNP Paribas (-0,5% à 62,7 euros). La banque a confirmé son objectif de ratio CET1 Bâle 3 à 12% en 2020. Le FSB a réduit de 50 points l'exigence de matelas de sécurité supplémentaire exigé en tant qu'établissement systémique, en le ramenant de 2 à 1,5%. Cela augmente d'autant la marge de manoeuvre du groupe par rapport aux seuils réglementaires.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.