Ouverture Paris : le CAC40 poursuit sur sa lancée et s'affrachit des 5.500 points

Ouverture Paris : le CAC40 poursuit sur sa lancée et s'affrachit des 5.500 points©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 20 juin 2019 à 09h30

LA TENDANCE

Comme le laissaient prévoir les indicateurs de préséance, le CAC40 s'affranchit des 5.500 points au-dessus desquels il s'était positionné lors de ces dernières séances. L'indice parisien progresse de 0,65% à 5.555 points peu avant 9h30. Un mouvement dans la foulée de ses homologues américains qui ont bénéficié hier de la souplesse du discours de Jerome Powell.

Le changement de ton du patron de la Fed est notable et, pour de nombreux observateurs, il doit se matérialiser par une baisse de taux dès le mois de juillet. Les baisses de taux pourraient atteindre jusqu'à 50 points de base d'ici la fin de l'année. De quoi rassurer les Marchés sur la réactivité de la Fed et sa capacité à répondre à tout fléchissement de la croissance, notamment liée au conflit avec la Chine.

Au total, la séquence ouverte cette semaine s'avère très favorable aux Marchés actions qui, ont été aidés, tour à tour, par les annonces de Draghi, Trump et donc Powell... Ils auront rivalisé pour prononcer les mots que voulaient entendre les investisseurs!

WALL STREET

La Bourse de New York a terminé en légère hausse mercredi après les annonces de la Fed, qui ont globalement satisfait les investisseurs, en ouvrant la voie à des baisses de taux face à une conjoncture économique marquée par la hausse des incertitudes. La Fed a maintenu ses taux directeurs pour l'heure à 2,25-2,50% mais a promis de "surveiller de près" la conjoncture et d'agir "de façon appropriée" si nécessaire. Mardi en Europe, Mario Draghi a lui aussi fait savoir que la BCE était prête à prendre de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire dans les prochains mois...

En léger recul avant la Fed, les indices boursiers se sont ensuite orientés en légère hausse. A la clôture, le Dow Jones a gagné 0,15% à 26.504 pts (après +1,35% mardi), tandis que le S&P 500 a avancé de 0,30% à 2.926 pts (après +0,97%), et que le Nasdaq Composite a avancé de 0,42% à 7.987 pts (+1,39% mardi).

ECO ET DEVISES

Etats-Unis :
- Inscriptions hebdomadaires au chômage. (14h30)
- Indice manufacturier de la Fed de Philadelphie. (14h30)
- Balance des comptes courants. (14h30)
- Indice des indicateurs avancés. (16h00)

Europe :
- Bulletin économique de la BCE. (10h00)
- Ventes britanniques de détail. (10h30)
- Décision monétaire de la Banque d'Angleterre. (13h00)

L'once d'or est à 1.344$. De son côté, la parité euro / dollar atteint 1,1275$ ce matin. Le baril de Brent se négocie 62,83$.

VALEURS EN HAUSSE

Renault (+1,50% à 55,38 Euros) : Bruno Le Maire aurait demandé à J.D. Senard de sacrifier le patron de Renault, Thierry Bolloré pour apaiser les relations avec Nissan...

Lafargeholcim (+1,75% à 44,61 Euros) annonce le résultat de son offre de rachat portant sur l'obligation 7,125%/2036. A l'issue de la période de l'offre, fixée au mercredi 19 juin, le groupe va récupérer 76.912.000$, conformément aux procédures de livraison garantie décrites dans l'offre d'achat, subordonnées au respect des obligations de livraison des porteurs aux termes de ces procédures. La date de règlement de l'offre devrait être le 24 juin.

Kering (+1,75% à 517,20 Euros) : Le flux acheteur sur le groupe de luxe est à relier à plusieurs notes favorables d'analystes. Citi estime tout d'abord que la récente sous-performance de l'action offre un point d'entrée intéressant, alors que le choix d'investissement est toujours "convaincant" en dépit des préoccupations sur la croissance de sa marque la plus populaire, Gucci.

VALEURS EN BAISSE

Safran (-0,10% à 131,60 Euros) : Aircraft Engines et GE, a annoncé des commandes totales et engagements pour plus de 1.150 moteurs LEAP, accompagnés d'accords de services de long terme, pour une valeur approximative totale de 50,2 milliards de dollars aux prix catalogue !

EDF (-1,10% à 11,92 Euros) prend connaissance de la décision de l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) dans son courrier daté du 19 juin relatif aux écarts affectant les soudures des tuyauteries vapeur principales en exclusion de rupture de l'EPR de Flamanville. EDF analyse actuellement les conséquences de cette décision sur le planning et le coût de l'EPR de Flamanville, et fera, dans les prochaines semaines, un point précis sur la suite du projet. EDF avait confirmé mardi soir que la reprise de certaines soudures du réacteur nucléaire EPR de la centrale de Flamanville pourrait se traduire par un retard dans la mise en service.

ANALYSTES

Liberum reste à l'achat sur Sanofi en visant un cours de 90 euros ajusté en hausse.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.