Ouverture Paris : le CAC40 sans ressort

Ouverture Paris : le CAC40 sans ressort©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 27 juin 2018 à 09h30

LA TENDANCE

Le CAC40 ne parvient pas à se hisser au niveau des 5.300 points ce matin, malgré une hausse (+0,10%) dans les premiers échanges. Mais trop timide pour regagner ce seuil symbolique. Le CAC40 passe même dans le rouge sous les 5.280 points peu avant 9h30. Pas de rebond, mais les investisseurs marquent cependant une pause dans le mouvement de baisse qui a affecté les bourses européennes la semaine dernière ainsi que lundi. La défiance demeure plus que présente dans un contexte de guerre commerciale toujours très vif. Le CAC40 a connu neuf baisses lors des onze dernières séances et il s'affiche désormais en recul depuis le 1er janvier (-0,59%), alors qu'au plus haut annuel, en mai, il progressait de plus de +6%. Preuve des inquiétudes persistantes, la valeur refuge par excellence, le "10 ans" américain voit son taux tomber à 2,87%, alors qu'il dépassait les 3,10% il y a encore quelques jours. La tentative de rebond à Paris est aussi mise à mal par l'Euro, dont la baisse a été un facteur de soutien, et qui reprend le chemin de la hausse ce matin à 1,1670$.

Sur le front de la guerre commerciale entre les deux plus grandes puissances économiques de la planète, la Chambre des Représentants des Etats-Unis a adopté hier un projet de loi durcissant les règles gouvernant les investissements étrangers, matérialisant ainsi les menaces brandies par l'administration Trump. Le conflit commercial avec la Chine est patent. Le texte adopté par les députés américains autorise le CFIUS (le Comité des investissements étrangers) à étendre ses prérogatives aux participations minoritaires dans les entreprises américaines.

WALL STREET

Les indices boursiers américains se sont légèrement redressés, mardi, au lendemain d'une forte baisse liée à de nouvelles menaces de Donald Trump, qui entend limiter les investissements chinois dans la technologie américaine. Les analystes financiers ont commencé à évaluer les effets négatifs de la guerre commerciale sur les bénéfices des entreprises américaines. Le titre de General Electric s'est distingué en flambant de 7,7%, après des annonces de cessions d'actifs par le géant industriel. Le pétrole a bondi de plus de 3% sur des craintes de réduction de l'offre iranienne.

A la clôture, l'indice Dow Jones a repris mardi 0,12% à 24.283 points, après une chute de 1,3% lundi. L'indice large S&P 500 a regagné 0,22% à 2.723 pts (après -1,37%) et le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a rebondi de 0,39% à 7.561 pts, après un plongeon de 2,1% lundi soir.

ECO ET DEVISES

Etats-Unis :
- Commandes de biens durables. (14h30)
- Balance du commerce international de biens. (14h30)
- Promesses de ventes de logements. (16h00)
- Rapport hebdomadaire sur les stocks pétroliers domestiques américains. (16h30).

La parité euro / dollar atteint 1,1658$ ce matin. Le baril de Brent se négocie 76,55$. L'once d'or se traite 1.260$.

VALEURS EN HAUSSE

Nextedia (+1,95% à 0,94 Euro) a été retenue par Bpifrance dans le cadre de leur projet de mise en conformité RGPD. La mission consiste à accompagner Bpifrance dans différents travaux de mise en conformité RGPD notamment sur la cartographie des données personnelles. L'apport technologique de la solution Tale Of Data via son module RGPD a été l'un des principaux facteurs différenciants permettant à Nextedia d'être choisi par Bpifrance.

Prologue (+5,40% à 0,625 Euro) : Georges Seban a indiqué en AG, que pour remercier les actionnaires de leur soutien et, afin de leur permettre de profiter à plein du potentiel de valorisation de l'action Prologue, le groupe devrait procéder à une attribution gratuite de BSA à tous les actionnaires.

VALEURS EN BAISSE

Elior (-7% à 11,94 Euros) : le titre continue de décrocher. Depuis lundi, la valeur a fondu de plus de 20%! La présentation d'un nouveau plan stratégique est loin d'avoir convaincue le marché, alors que le groupe a lancé trois avertissements sur ses résultats depuis novembre dernier... Suite à cette annonce, le Crédit Suisse a dégradé le dossier de 'surperformer' à 'neutre' tout en réduisant sa cible de 18,4 à 13,9 euros.

AccorHotels(-0,40% à 41,74 Euros) chercherait bien à reprendre la participation de 14,3% détenue par l'Etat français dans Air France KLM. Malgré les récents propos de Sébastien Bazin, qui avait minimisé l'intérêt du groupe hôtelier pour une entrée au capital du transporteur tout en faisant part de son souhait d'approfondir les relations entre les deux groupes, l'entreprise qu'il dirige aurait approché plusieurs partenaires potentiels.

Danone (-0,10% à 62,98 Euros) a perdu plus de la moitié de sa part de marché dans le lait frais au Maroc, où le groupe fait face à un boycott lancé le 20 avril dans le cadre d'une campagne contre la vie chère. Le PDG du groupe, Emmanuel Faber, était en déplacement mardi à Casablanca, où il a fait le point sur cette crise, et a assuré que Danone restera au Maroc, même si sa filiale locale Centrale Danone a été durement frappée par ce boycott.

EDF (-0,10% à 11,82 Euros) et Veolia ont signé un partenariat visant à développer conjointement des solutions de télé-opération pour démanteler les réacteurs Uranium Naturel Graphite Gaz (UNGG) et pour traiter les déchets radioactifs par vitrification, en France et à l'international.

Vinci (-0,50% à 82,16 Euros) : Le ministère des Transports a annoncé mardi que le contrat de concession signé avec le groupe de BTP en 2010 pour l'aéroport de Nantes-Atlantique serait résilié après l'abandon du projet de Notre-Dame-des-Landes.

Axa (-0,35% à 20,96 Euros) et ING ont conclu un partenariat exclusif de bancassurance, long-terme et multi-pays, visant à fournir des produits d'assurance et des services associés grâce à une plateforme d'assurance numérique centralisée. Dans le cadre de ce partenariat, ING apportera son expérience de leader dans le domaine des services bancaires en ligne et Axa son expertise dans le développement de produits et services d'assurance modulaires et innovants.

Delfingen Industry (-2,30% à 33,90 Euros) anticipe, au 1er semestre 2018, une baisse de son taux de résultat opérationnel de l'ordre de 2,5 pts. Grâce à l'amélioration du résultat financier et du taux effectif d'impôt, le résultat net du 1er semestre devrait être en ligne avec celui de 2017.

Locindus (-0,40% à 24,90 Euros) : Le Crédit Foncier déposera une offre publique de retrait visant les actions Locindus. Le prix de cette offre publique serait de 25 euros par action, soit un prix extériorisant une prime de 3% par rapport à l'actif net comptable estimé par action de Locindus au 31 décembre 2018, une prime de 6% par rapport à l'actif net comptable par action de Locindus au 31 décembre 2017 et une prime de 12% par rapport à la moyenne pondérée du cours de bourse de Locindus sur 1 mois.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU