Ouverture Paris : le CAC40 se rapproche des 5.700 pts

Ouverture Paris : le CAC40 se rapproche des 5.700 pts©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 08 février 2021 à 09h30

LA TENDANCE

LA TENDANCE

Le CAC40 reste bien orienté pour commencer la semaine ce lundi matin, en hausse de 0,55% à 5.690 pts, alors que la bourse de Tokyo a bondi de 2,1% et que les indices américains ont terminé au sommet vendredi soir... Malgré une déception sur les créations d'emplois en janvier aux Etats-Unis, les indices US ont donc terminé la semaine passée en beauté. Les espoirs sur le front sanitaire (recul des cas de Covid aux Etats-Unis, vaccination accélérée) et la perspective d'une adoption rapide du plan de soutien de Joe Biden ont soutenu la cote... Les résultats d'entreprises continuent d'être en moyenne supérieurs aux attentes des analystes.

WALL STREET

A la clôture, l'indice Dow Jones a gagné 0,3% à 31.148 points, frôlant son record de 31.188 pts du 25 janvier, alors que l'indice large S&P 500 a avancé de 0,39% à 3.886 pts, un nouveau record. Le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques et biotechs, a grimpé de 0,57% à 13.856 pts, là aussi un nouveau plus haut historique.
Les trois indices ont affiché des gains de 3,8% (Dow Jones) 4,6% (S&P 500) et 6% (Nasdaq) sur les 5 dernières séances.

ECO ET DEVISES

Les investisseurs ont accueilli sans émoi les chiffres de l'emploi décevants en janvier aux Etats-Unis, en estimant qu'ils sont de nature à inciter le Congrès américain à adopter le plus vite possible le nouveau plan de soutien à l'économie de 1.900 milliards de dollars proposé par Joe Biden.
Les créations de postes non-agricoles sont ainsi ressorties à seulement 49.000 en janvier, alors que le consensus était remonté à près de 100.000 selon FactSet, suite aux derniers ajustements d'économistes. Les créations de postes dans le privé sont ressorties à seulement 6.000, alors qu'elles étaient anticipées à 97.500... Les créations d'emplois manufacturiers étaient attendues à 30.000, mais l'industrie manufacturière a en fait détruit 10.000 postes...
En outre, les chiffres de décembre ont été révisés à la baisse avec 227.000 destructions d'emplois contre 140.000 destruction initialement annoncées... En janvier, le salaire horaire moyen n'a progressé que de 0,2% sur un mois, contre un consensus de place de 0,3%. La hausse ressort à 5,4% sur un an. Le taux de chômage est néanmoins ressorti en forte baisse, à 6,3%. Le consensus s'attendait à une stabilité par rapport à décembre , soit 6,7%.

Les marchés ont salué la perspective d'une adoption rapide du plan de soutien de Joe Biden à l'économie américaine. Le Sénat a ainsi adopté vendredi par 51 voix contre 50 un texte de procédure budgétaire permettant de faire approuver en urgence ("fast tracking") le plan Biden avec une majorité simple de 51 voix. Il s'agit d'une bonne nouvelle, car sans cette procédure, c'est une majorité des deux tiers qui serait requise, alors que les Démocrates disposent au mieux de 51 voix sur 100 au Sénat.
Le président américain Joe Bien a indiqué qu'il préfèrerait que son plan obtienne un soutien bipartisan, mais il s'est dit prêt à le faire passer avec le seul soutien des Démocrates. Dans une intervention depuis la Maison Blanche, il a affirmé qu'il voulait "agir vite", car "il est clair que notre économie est toujours en difficulté". "Beaucoup de gens perdent espoir et attendent l'aide du gouvernement, c'est ce que nous allons faire, et nous allons le faire maintenant", a-t-il poursuivi.
Alors que les Républicains proposent un plan réduit de 618 Mds$, Joe Biden a réaffirmé sa volonté de maintenir son plan de 1.900 Mds$. "Je ne vais pas diminuer le montant du chèque destiné aux Américains. Ce sera 1 400$, point", a notamment lancé le président Joe Biden, au sujet du volet d'aide directe prévu par son plan. Il a estimé qu'il est plus important d'investir massivement dans l'économie que de se préoccuper du déficit budgétaire. "Si l'on ne débloque pas une aide suffisante, sortir de la crise sera plus long", a prévenu le président, avant de critiquer l'orthodoxie budgétaire défendue par le parti républicain."Dire aux Américains qu'on ne disposer pas de l'argent pour les aider est tout simplement faux", a-t-il assené.

Les cours du pétrole restent aussi très fermes, soutenus par les espoirs de reprise et les déclarations de l'Opep+ s'engageant à poursuivre ses efforts pour maîtriser sa production. Le groupe de pays producteurs entend maintenir l'offre de pétrole inférieure à la demande cette année, afin de poursuivre le dégonflement des stocks mondiaux et soutenir les cours. Le Brent pointe à 59,40$. Les cours du pétrole ont désormais regagné environ plus de 17% depuis le début de l'année.
Sur le marché des changes, l'euro remonte à 1,2040$.

VALEURS EN HAUSSE

Lectra (+15%) a annoncé son projet d'acquérir la totalité du capital et des droits de vote de la société américaine Gerber Technology. Acteur majeur de l'industrie 4.0 dans les secteurs de la mode, de l'automobile et de l'ameublement, Lectra conçoit des solutions d'intelligence industrielle - logiciels, équipements, données et services - qui aident les marques, les fabricants et les détaillants à créer, produire et commercialiser leurs produits. L'acquisition, si elle était réalisée, conforterait Lectra dans sa position de marché et lui permettrait de continuer à étoffer ses offres reposant sur les technologies de l'industrie 4.0, et ceci afin de permettre à ses clients d'accroître considérablement la productivité et la rentabilité de leurs opérations.

Delfingen (+11%). Au 4ème trimestre, le chiffre d'affaires du groupe est ressorti en hausse de 57,5%, avec une croissance organique de la division automobile de 19% et une surperformance du marché automobile de 17 points.

Geci : +9% avec Ose Immuno

Showroomprivé : +5% suivi de Metabolic Explorer et Lysogène

Verimatrix : +3,5% avec P&V, SoiTec, Mersen et Valneva

Beneteau : +2,5% avec Gensight, DBV

Balyo : +2% avec Poxel et Fermentalg

EO2 (+2%) a réalisé un premier semestre 2020-2021 très solide en poursuivant sa croissance rentable, malgré le contexte de crise sanitaire Covid-19. Le groupe continue d'évoluer dans un environnement porteur, favorable au développement des installations de matériel de chauffage à granulés bois, plus écologiques et plus compétitives.
Le premier semestre est également marqué par le renforcement de l'offre "services énergétiques" avec l'acquisition de la société SVM spécialisée dans l'installation, l'entretien et la maintenance de chaudières individuelles gaz. Cette opération entre parfaitement dans la stratégie du Groupe qui vise à accroître le volume des activités récurrentes et à se diversifier dans les services énergétiques, afin d'abaisser sa dépendance à la mono-activité de la granulation bois.
Le chiffre d'affaires consolidé ressort en hausse de +10% au 1er semestre 2020-2021 à 11,3 ME.
Les activités de granulation bois, toujours portées par d'excellents fondamentaux et faiblement impactées par la crise sanitaire, restent dynamiques avec un chiffre d'affaires de 8,8 ME. Les services énergétiques ont été plus impactées par la crise en raison des restrictions de déplacement pendant la crise sanitaire. Malgré cela cette activité réalise un chiffre d'affaires de 2,5 ME.
L'excédent brut d'exploitation (EBE) consolidé semestriel du Groupe progresse ainsi de +36% par rapport au 1er semestre 2019-2020, passant de 1 ME en Août 2019 à plus de 1,4 ME en Août 2020. Le Groupe est parvenu notamment à maintenir à court terme ses prix de marché ainsi que ses niveaux de marges malgré la pression exercée à la baisse sur les prix en France par de nombreux producteurs étrangers
Après comptabilisation des dotations aux amortissements et aux provisions (1,1 ME), le Résultat d'Exploitation ressort positif et quasi-stable à 0,5 ME en Août 2020.
Après prise en compte du résultat financier de (0,2) ME, d'un résultat exceptionnel positif de 0,2 ME et de l'impôt pour (0,02) ME, le résultat net part du Groupe s'élève à 0,5 ME.
La capacité d'autofinancement du Groupe progresse à 1,5 ME (contre 1,2 ME). La variation de BFR est très faible à (0,01) ME au 31 Août 2020 contre 0,6 ME au 31 août 2019.
Au 31 août 2021, les flux de trésorerie opérationnels restent élevés à 1,5 ME (contre 1,7 ME au 31 août 2019) et permettent d'autofinancer les investissements (1,4 ME dont 1,1 ME liés au paiement de l'acquisition de SVM).
L'endettement net continue de décroitre et reste faible à 1,5 ME pour des capitaux propres de 19,1 ME. La trésorerie brute disponible s'est renforcée à 14,4 ME au 31 août 2020 contre 11,9 ME au 31 août 2019. Le Groupe dispose d'une large marge de manoeuvre financière pour poursuivre ses investissements et saisir d'éventuelles opportunités de croissance externe.

Natixis : +1,5% suivi de Amundi, Capgemini, Schneider, BNP Paribas, Imerys, Atari, STM et LafargeHolcim

VALEURS EN BAISSE

Erytech : -8% avec Gaines Voltz (-7%)

TechnipFMC : -4% avec EXEL (-3%)

Accor : -2% suivi de SES, Elior et Guillemot

Mercialys : -1,5% avec SQLI, Safran, Covivio

Adeunis (-1,5%). Le conseil d'administration s'est réuni, le 5 février, pour faire un point sur les avancées de la société au cours des derniers mois et ses perspectives de développement... Exécutant sa feuille de route présentée en novembre 2019, Adeunis s'est recentré avec succès sur l'IIoT en 2020. La nouvelle direction a mis en oeuvre un ensemble d'actions d'envergure aboutissant à un repositionnement stratégique sur des solutions IIoT à forte valeur ajoutée.
De plus, une réorganisation industrielle globale de la société a été menée. Grâce à la transition d'un modèle basé sur la croissance vers un modèle privilégiant la rentabilité des activités, Adeunis a fortement amélioré ses fondamentaux opérationnels, avec notamment un marge brute normative qui atteint 56,9% au 1er semestre 2020-2021 (45,8% sur l'exercice 2019/2020), permettant une solide amélioration (+0,4 ME) de l'EBE normatif au 30 septembre 2020. La situation financière est également en très nette amélioration avec une trésorerie nette de plus de 1,3 ME.
Les perspectives d'Adeunis pour la fin de l'exercice clos en mars 2021 et les prochaines années demeurent positives malgré un contexte macro-économique incertain. La société a ainsi renouvelé son ambition d'atteindre un EBE normatif à l'équilibre au cours du second semestre 2020-2021, synthétisant l'ensemble du travail accompli depuis plus de 1 an sur la capacité d'Adeunis à créer de la valeur.
Fort de ses résultats semestriels en amélioration, de perspectives favorables notamment autour de la 5G, de l'IA et du Edge computing, dans l'intérêt de ses collaborateurs, de ses clients et de ses actionnaires, le Conseil d'Administration a entériné sa volonté de poursuivre le développement de l'entreprise sur ses bases organiques ambitieuses.
Il a ainsi été décidé de mettre fin au mandat donné à une banque d'affaires pour un éventuel processus de rapprochement.
La stratégie de l'entreprise demeure d'atteindre une taille critique sur le marché à fort potentiel du Smart Building. Dorénavant, les partenariats industriels et rapprochements commerciaux seront privilégiés. Toutefois, la société ne s'interdira pas d'étudier les éventuelles opportunités de rapprochement, dès lors qu'elles seront jugées créatrices de valeur pour les actionnaires.

Suez (-0,5%) a pris connaissance du dernier communiqué de Veolia (-0,5%) annonçant son intention de déposer une offre publique à 18 euros, sans l'accord du conseil d'administration de Suez, contrairement à ses engagements d'amicalité.
Suez a indiqué que le Tribunal de commerce de Nanterre avait interdit à Veolia de déposer son offre publique hostile.
"Veolia est dans l'impossibilité juridique de déposer une offre publique en raison des engagements qu'ils ont pris. Tout dépôt d'offre serait illégal. Il serait de surcroît inacceptable au plan éthique.
L'annonce de Veolia constitue une nouvelle irrégularité majeure et un mépris à l'égard de l'Etat qui s'efforce de promouvoir une solution amicale, meilleure pour les actionnaires, les salariés et l'ensemble des parties prenantes de Suez.
Avec cette tentative, Veolia trompe la justice dont la décision rendue le 3 février, relative à l'information-consultation des salariés de Suez, reposait sur son engagement d'amicalité.
Suez fera valoir tous ses droits pour s'opposer à cette démarche hostile de Veolia et à un dépôt d'offre publique illégal".

TF1 : -0,5% avec Carrefour, Vinci, Renault, Casino, Airbus, Air France KLM.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.