Ouverture Paris : le CAC40 trop haut trop vite?

Ouverture Paris : le CAC40 trop haut trop vite?©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 08 avril 2020 à 09h30

LA TENDANCE

Le CAC40 part nettement dans le rouge ce matin, cédant 1,50% à 4.370 points. Des prises de bénéfices alors que l'indice parisien était revenu, hier, non loin de son "pic" de rebond post chute, au-dessus des 4.500 points. Niveau qui matérialise plus de 20% de rebond depuis les plus bas au-dessus de 3.600 points. Mais plusieurs éléments motivent les vendeurs ce matin comme l'absence d'accord lors de l'Eurogroupe.

La réunion tant attendue des ministres des Finances des États membres de la zone euro a en effet accouché d'une souris. Les ministres discutaient depuis hier à la possibilité d'une réponse coordonnée à la crise du coronavirus. Ayant duré 16h, les discussions n'ont finalement pas abouti apprend-on ce matin. Elles reprendront jeudi. Mais dans l'immédiat, les marchés ne pourront pas se mettre sous la dent une action coordonnée de l'Europe...

D'autant que les données macroéconomiques s'annoncent catastrophiques : l'économie française n'avait pas connu pareille situation depuis la Seconde Guerre mondiale ! Selon les estimations de la Banque de France, le PIB s'est contracté de 6% au premier trimestre ! Une telle chute de l'activité d'un trimestre à l'autre ne serait comparable qu'au repli de 5,3% enregistré autour des grèves de mai 1968.

Sur le front sanitaire, on dénombre plus de 82.000 morts liés au coronavirus à travers le monde, pour plus de 1,4 million de cas détectés. En Chine, depuis minuit, les habitants de Wuhan, foyer de l'épidémie, sont enfin entièrement déconfinés! Pour autant, en Chine continentale, les nouveaux cas de contamination ont quasiment doublé en 1 journée!

Côté entreprises, les annonces d'abandons d'objectifs annuels et de coupes de dividendes continuent et notamment parmi les valeurs moyennes!

WALL STREET

La Bourse de New York a fini en léger recul mardi, son rebond initial de plus de 3% s'évaporant en fin de séance. Les dernières statistiques quotidiennes ont en effet semé le doute sur un possible ralentissement de la propagation du coronavirus Covid-19, le nombre de décès repartant à la hausse dans plusieurs pays et à New York. Le pétrole a replongé de 9,4% pour le baril de brut léger WTI, les marchés doutant de la capacité des pays producteurs à s'accorder sur une forte baisse de la production mondiale.

A la clôture, l'indice Dow Jones a cédé 0,12% à 22.653 points, tandis que l'indice large S&P 500 a lâché 0,16% à 2.659 pts et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technologiques, a reculé de 0,33% à 7.887 pts. Les indices américains avaient rebondi lundi de plus de 7% et mardi en début de séance, ils avaient repris 20% par rapport à leurs plus bas niveaux du 23 mars dernier.

ECO ET DEVISES

Selon les estimations de la Banque de France, le PIB s'est contracté de 6% au premier trimestre ! Dans l'industrie, les plus fortes baisses d'activité ont été enregistrées dans les secteurs de l'automobile et de la construction mécanique, tandis que les hôtels et restaurants ont été les plus touchés dans les services. Dans l'ensemble, la BdF estime que la perte d'activité en une semaine de confinement est d'environ 32%. L'enquête montre également que les usines fonctionnent à seulement 56% de leur capacité, un niveau record, contre 78% en février.

Etats-Unis :
- Rapport hebdomadaire du Département à l'énergie sur les stocks pétroliers domestiques. (16h30)
- Minutes du FOMC (Fed). (20h00)

L'once de métal jaune s'échange à 1.646$. De son côté, la parité euro / dollar atteint 1,0846$ ce matin. Le baril de Brent se négocie 32,50$.

VALEURS EN HAUSSE

CGG (+2% à 1,11 Euro) : les objectifs financiers 2020 communiqués le 6 mars, qui étaient basés sur un prix du baril de brent de 55-65$, ainsi que les ambitions financières 2021 communiqués lors du Capital Market Day du 7 novembre 2018 et qui étaient fondées sur un prix du baril de brent de 60-70$, ne sont plus pertinents. La société suit actuellement de près la situation économique ainsi que l'activité de ses clients en vue d'évaluer l'impact sur son chiffre d'affaires et sur sa rentabilité 2020 et ainsi actualiser ses objectifs financiers pour les années 2020 et 2021, qui ne sont également plus pertinents.

Tarkett (+1,75% à 9,38 Euros) : la situation actuelle va affecter son EBITDA ajusté du 1er semestre et de l'année 2020, Tarkett n'est plus en mesure de confirmer son objectif de ratio de levier pour la fin de l'année (Endettement net sur EBITDA ajusté avant IFRS 16 compris entre 1,5x et 2,5x). Compte tenu des circonstances exceptionnelles, le Groupe a par ailleurs initié des discussions avec ses banques pour réviser les conditions de la clause restrictive financière (levier de 3,5x à fin juin et de 3,0x à fin décembre).

Chargeurs (+8% à 14,38 Euros) : "Etant parmi les seuls groupes mondiaux capables de produire et faire produire en masse, de façon fiable et avec des contrôles renforcés, des produits devenus critiques, Chargeurs bénéficie dès à présent de la confiance de grands donneurs d'ordre publics et privés dans le monde entier", explique le Groupe qui avance, à ce jour, un carnet de commandes indicatif à moins d'un an pour Lainière Santé déjà supérieur à 150 ME.

VALEURS EN BAISSE

Eurazeo (-2% à 43,64 Euros) le Directoire en accord avec le Conseil de surveillance a décidé de modifier la résolution d'affectation du résultat et ainsi de ne pas allouer le dividende initialement prévu.

CNP Assurances (-4,80% à 8,86 Euros) : le Conseil d'administration a pris la décision de retirer l'objectif de croissance du résultat net part du Groupe pour 2020 communiqué le 20 février 2020, qui ne pourra pas être tenu.

Ipsos (-3,55% à 19,04 Euros) renonce à son tour à toute estimation d'activité pour 2020... et réduit son dividende 2019. Pendant les 10 premières semaines de 2020, Ipsos explique avoir réalisé son meilleur départ d'année depuis 2011. Le carnet de commandes était supérieur de plus de 5% et les perspectives de gains de nouveaux contrats se situaient à un niveau particulièrement élevé. Seuls la Chine et quelques autres marchés asiatiques étaient à l'arrêt. La situation s'est brutalement retournée à la mi-mars

ILS ONT PUBLIÉ LEURS CHIFFRE D'AFFAIRES/RÉSULTATS...

Bio-UV Group, Fleury Michon, The Blockchain Group .

LES DERNIÈRES "RECOS" D'ANALYSTES...

Goldman Sachs reste à l'achat sur Vivendi avec un cours cible ajusté à 30,50 euros.

Citigroup repasse de 'neutre' à 'achat' sur Eutelsat en ciblant un cours de 12,50 euros.

AlphaValue repasse d'acheter à 'accumuler' sur Accor avec un cours cible ajusté de 40,90 à 28,80 euros.

MainFirst repasse d'achat à conserver sur Air Liquide en ciblant un cours de 127 euros.

Jefferies est toujours à l'achat sur Ubisoft avec un cours cible ajusté de 85 à 89 euros.

HSBC repasse à l'achat sur Danone en ciblant un cours de 70 euros. Morgan Stanley passe de 'surpondérer' à 'pondération en ligne' avec un cours cible de 58 euros.

Morgan Stanley repasse de 'pondération en ligne' à 'souspondérer' sur L'Oréal.

JP Morgan est neutre sur Saint-Gobain.

INFOS MARCHES

Biosynex annonce l'arrêt de son programme de rachat d'actions.

Ymagis : suspension de cotation.

EN BREF

Somfy temporise pour éventuellement revoir le montant du dividende.

AB Science : impact limité de la crise.

Microwave Vision : gain d'un très gros contrat.

Biosynex : les commandes se multiplient pour le test de sérologie Covid-19.

Axway remet en cause ses objectifs 2020 et supprime son dividende.

Planet Media : discussions en cours avec plusieurs banques pour l'obtention d'un emprunt garanti par la BPI.

Alten ne distribuera pas de dividende.

Voltalia annonce une série de nouveaux contrats.

Cybergun : succès du plan de désendettement financier.

Bio-UV Group : aucun ralentissement de son activité.

Altamir : le portefeuille devrait bien résister.

Boiron : Christian Boiron quitte le Conseil d'Administration.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.