Ouverture Paris : peu de mouvements

Ouverture Paris : peu de mouvements
Vue générale du Palais Brongniart, place de la bourse.

Boursier.com, publié le mardi 29 octobre 2019 à 09h30

LA TENDANCE

Le CAC40 qui a clôturé au plus haut de l'année hier hésite en légère baisse de 0,15% à 5.720 pts, dans un marché toujours à l'écoute des comptes trimestriels qui continuent d'être publiés. Parmi les dernières annonces, notons celles d'Orange et d'Unibail... Côté négociations commerciales, le dossier avance bien aux dires des deux parties, américaine et chinoise. Quant au Brexit, la date butoir a une nouvelle fois été repoussée à la fin janvier.

WALL STREET

Wall Street s'affiche dans une forme olympique, au plus haut de son histoire sur le S&P qui gagne 0,56% à 3.040 pts, avec les espoirs commerciaux, l'actualité des entreprises et les nouveaux espoirs de baisse des taux de la Fed mercredi. Le DJIA gagne ainsi 0,5% à 27.091 pts, alors que le Nasdaq s'adjuge même 1,01% à 8.326 pts.

ECO ET DEVISES

Le président américain Donald Trump, toujours très attentif à la santé des marchés, a salué les records de Wall Street.
Par ailleurs, le président envisage un accord commercial sino-américain important avant le sommet du Chili... Rappelons que la Chine et les Etats-Unis doivent reprendre leurs discussions afin de finaliser la 'phase 1' de leur accord commercial avant le sommet du forum économique Asie-Pacifique (Apec) qui se tient dans trois semaines au Chili, et où se retrouveront les 'amis' Trump et Xi Jinping. Le président Trump a déclaré qu'il s'attendait à signer une partie importante de l'accord plus tôt que prévu. Devant la presse à Chicago, le locataire de la Maison blanche a ainsi expliqué qu'il était possible que Washington et Pékin soient en avance pour signer "une partie très importante de l'accord", la fameuse 'phase 1' précédemment décrite...

Rappelons que l'événement économique de la semaine aux Etats-Unis sera constituée par la réunion monétaire de la Fed, qui se tiendra mardi et mercredi. Le communiqué monétaire sera publié mercredi soir à 20 heures, alors que la conférence de presse de Jerome Powell aura lieu à 20h30 le même soir. Selon l'outil FedWatch du CME Group, la probabilité actuelle d'une baisse des taux d'un quart de point mercredi se situe à 95,1% (fourchette ramenée entre 1,50 et 1,75%), contre 4,9% de chances d'un statu quo...
A suivre ce mardi en France, l'enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages en octobre (08h45) et aux Etats-Unis, l'Indice S&P Corelogic Case-Shiller des prix de l'immobilier (14h00), l'Indice de confiance des consommateurs du Conference Board (15h00) ainsi que les promesses de ventes de logements (15h00)
L'euro revient à 1,1080/$, tandis que le baril pointe à 61,35$ le brent. L'once d'or recule à 1.491$.

VALEURS EN HAUSSE

Theradiag: +7%. PredictImmune, société de développement d'outils de pronostic visant à guider les possibilités de traitement des maladies à médiation immunitaire, a conclu un accord commercial avec Theradiag, spécialiste du diagnostic in vitro et des théranostics pour les maladies auto-immunes et le monitoring des biothérapies, en particulier pour les patients souffrant de MICI. Theradiag bénéficiera des droits exclusifs de promotion, de concession de licences et de distribution de PredictSURE IBD à des gastro-entérologues, des laboratoires privés et hospitaliers en France, en Belgique, au Luxembourg, en Suisse et dans les pays du Maghreb, permettant aux patients souffrant de MICI d'avoir accès au premier test de pronostic validé au monde.

Antevenio : +3,7%. La société a annoncé la nomination par le Conseil d'Administration du 28 octobre de Fernando Rodés en tant que Président, et d'Andrea Monge en tant que Directrice Générale, en remplacement de Pablo Pérez Garcia-Villoslada et Fernando Gárate. Fernando Rodés est par ailleurs Président Exécutif, et Andrea Monge COO (Chief Operating Officer), du groupe de communication ISP, actionnaire majoritaire d'Antevenio.
Leur arrivée à la tête d'Antevenio va permettre d'accélérer le déploiement des synergies avec les autres filiales du groupe. Les synergies commerciales, technologiques et organisationnelles aujourd'hui à l'étude feront l'objet d'actions précises qui seront présentées au marché au cours du 1er trimestre 2020.

2CRSi : +3%. Le groupe annonce ce jour avoir pris une participation de 2 millions d'euros dans la société Blade, spécialiste du Cloud Computing et membre du Next40.
Cette prise de participation a été réalisée dans le cadre de l'augmentation de capital menée par Blade afin de financer son développement rapide. A l'occasion de cette opération clôturée le 28 octobre 2019, 33,5 ME ont été levés auprès d'actionnaires historiques et de nouveaux investisseurs. L'investissement de 2CRSi a été réalisé par conversion de créances.
Principal client de 2CRSi en 2018, Blade a développé un service de jeu en ligne haut de gamme, Shadow, qui compte déjà 70.000 abonnés à travers le monde. La prise de participation de 2CRSi constitue ainsi un nouveau jalon dans le partenariat privilégié entre les deux entreprises et illustre la confiance de 2CRSi dans les perspectives de Blade et dans son nouveau management.

Interparfums : +2%. Sur les 9 premiers mois de l'année 2019, le chiffre d'affaires atteint 367,6 millions d'euros, en hausse de +9% à devises courantes et de +6% à devises constantes.
"Dans un environnement économique et géopolitique complexe, nous avons réalisé un très bon 3e trimestre, dans la lignée des deux premiers, avec un chiffre d'affaires parfaitement conforme aux attentes. Ceci est dû, en partie, au succès de la ligne Montblanc Explorer, qui continue de réaliser des scores élevés sur bon nombre de marchés mais également aux bonnes performances des parfums Jimmy Choo et Coach qui poursuivent leur croissance dans une année sans lancement majeur. Ces succès confortent notre objectif de 480 ME pour l'ensemble de l'année", commente Philippe Benacin, Président-Directeur Général d'Interparfums.

Burelle : +1,5%. Au 30 septembre 2019, Burelle a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 6,359 milliards d'euros, en croissance de 2,7%. Sur l'ensemble de l'année 2019, Burelle SA renforcera sa structure financière grâce au cash-flow libre dégagé par la Compagnie Plastic Omnium, d'une part, et aux revenus récurrents générés par ses pôles immobilier (Sofiparc) et de capital investissement (Burelle Participations), d'autre part...

EOS : +2% avec Mediawan, Transgene, Ingenico, Bastide

Innate : +1% avec Renault, Atari, SES, Nicox, Esso et Xilam

AwoX : +0,5%. A fin septembre, à l'issue des neuf premiers mois de son exercice 2019, AwoX a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 20,9 ME en progression de +163% par rapport à la même période de l'exercice précédent, conforme aux attentes de la société.
Le Groupe Chacon a contribué pour 14,8 ME au chiffre d'affaires 9 mois. A l'issue du 3ème trimestre de son exercice 2019, AwoX confirme l'amélioration progressive de sa marge d'EBITDA, avec une progression escomptée de la rentabilité au 2nd semestre 2019 par rapport au 1er semestre, sous l'effet de ces synergies.

LVMH : stable. Tiffany a bondi de 31% à Wall Street lundi soir et a indiqué que son conseil d'administration examinait attentivement la proposition de rachat de LVMH. L'offre non contraignante serait chiffrée à 120$ par titre en cash, ce qui ferait ressortir une valorisation de 14,5 milliards de dollars. Le groupe conseille dans l'immédiat à ses actionnaires de ne prendre aucune décision concernant cette proposition supposée, dans l'attente de l'avis du 'board'...

Unibail WFD : stable. Le chiffre d'affaires pour les 9 premiers mois de 2019 s'élève à 2.729,7 ME, en hausse de +26,1%, principalement en raison de l'acquisition de Westfield Corporation ("WFD"), contrebalancée par les cessions réalisées en 2018 et 2019. La croissance du chiffre d'affaires des activités immobilières et autres de 9,3% s'explique par l'effet de la transaction WFD, partiellement compensé par la France (grâce à une indemnité unique reçue au premier semestre 2018) et en Allemagne. Les revenus de la promotion immobilière et de la gestion de projets ont augmenté en raison de neuf mois de revenus en 2019, contre quatre en 2018.
Le revenu locatif brut (GRI) de la division Centres commerciaux s'est établi à 2.038,8 Millions d'euros pour les trois premiers trimestres de 2019, en hausse de +27,5%. La croissance de la GRI en Europe centrale, en Autriche et en Allemagne a été solide, avec respectivement +3,7%, +3,6% et +3,1%. La France est restée résistante avec une croissance de +2,3% de la GRI. Les cessions de centres commerciaux non stratégiques en Espagne en 2018 et dans les pays nordiques en 2019 ont eu une incidence sur la croissance de la GRI dans ces régions.
Le GRI de la division Office s'élève à 92,1 ME, en baisse de -25,7% par rapport aux 9 premiers mois de 2018 du fait de nombreuses cessions. Les revenus locatifs des bureaux en France ont diminué de 40,1%, en raison des cessions de Capital 8 et de la Tour Ariane en 2018 et de la Tour Majunga en 2019. La hausse dans les autres pays est principalement due à l'inclusion des États-Unis.
Le GRI de la division Convention & Exhibition augmente de 2,8% à 149,4 ME.
Le groupe anticipe pour 2019 un bpa ajusté récurrent dans le haut de la fourchette allant de 12,10 À 12,30 euros.

VALEURS EN BAISSE

Europcar : -2% suivi de Arkema (-1%) avec EDF et Chargeurs

Recylex : -2%. La société indique que les études et essais techniques actuellement menés par Weser-Metall GmbH (WMG), ainsi que la mise à jour des hypothèses et prévisions financières du sous-groupe allemand pour la période 2020 à 2024 en découlant, ne pourront pas être finalisés dans les prochaines semaines. En effet, ces études et essais techniques visant à valoriser les métaux contenus dans un panel plus large de matières, notamment les déchets électroniques, en complément et non en substitution des matières riches en plomb habituellement traitées, nécessiteront plus de temps que prévu initialement.
Recylex rappelle que le résultat de ces études ainsi que la mise à jour de ces hypothèses et prévisions financières qui en découlera, seront décisifs pour le Groupe. C'est uniquement au vu de ces éléments que les partenaires financiers accepteront de reprendre les discussions pour déterminer s'ils maintiennent ou non les financements dont bénéficie le sous-groupe allemand.
Par ailleurs, WMG réalisera un arrêt de maintenance de 8 jours en novembre. Cet arrêt était initialement prévu à la fin du second trimestre 2019.
Compte tenu de l'allongement au-delà du 30 novembre 2019 du calendrier nécessaire aux discussions avec les partenaires financiers, le sous-groupe allemand a initié des discussions avec Glencore International AG en vue d'obtenir un nouveau financement complémentaire destiné à couvrir ses besoins de trésorerie identifiés pour la période du 1er décembre 2019 au 31 janvier 2020 (estimés à ce jour à 19,2 ME).
A défaut d'obtention de ce financement complémentaire et de ces reports, la situation financière du sous-groupe allemand serait compromise. Compte tenu de ce risque, Recylex S.A. va examiner toute option alternative qui permettrait de préserver l'activité des différentes entités du Groupe.
Recylex tiendra le marché informé de la réaction et de la position des partenaires financiers du sous-groupe allemand à ces égards.
"La situation de trésorerie du sous-groupe allemand reste à ce jour très tendue. En effet, l'activité du périmètre allemand est actuellement fortement consommatrice de trésorerie.", indique le management de Recylex qui ajoute encore : "En dépit du non respect du calendrier initialement prévu, les financements court terme octroyés par Glencore International AG en février 2019 puis en juillet 2019 sont maintenus jusqu'à leur terme actuel, soit le 30 novembre 2019".
Ainsi, sur les 9 premiers mois de l'année 2019, le sous-groupe allemand a consommé 39,2 ME de trésorerie, dont environ 11 ME pour des investissements visant à améliorer la performance de l'outil industriel, principalement à destination de la fonderie de Nordenham. Ces besoins ont été financés par tirages sur les deux financements à court terme octroyés par Glencore International AG.
Au 18 octobre 2019, l'endettement net du sous-groupe allemand s'élevait à 138,6 ME.
A cette même date, l'endettement net de la société mère Recylex S.A. s'élevait à 43,9 ME et l'endettement net consolidé du Groupe s'élevait à 162,5 ME.
Compte tenu des risques de liquidité importants pesant sur le Groupe, Recylex SA n'est pas en mesure d'arrêter ses comptes annuels et consolidés 2018, ni d'arrêter ses comptes semestriels 2019 selon le principe de continuité d'exploitation, tant qu'un accord global sur le financement du sous-groupe allemand ne sera pas conclu...

Orange : -1,5%. Au 3ème trimestre 2019, le chiffre d'affaires du Groupe Orange est ressorti en hausse de +0,8% sur un an à base comparable et en progression continue sur 2019. Cette hausse est tirée par la croissance toujours très forte de l'Afrique et du Moyen-Orient à +7,6%, et par la solide performance de l'Europe en hausse de +1,4% soutenue par la convergence, et d'Entreprises qui affiche un 4ème trimestre de croissance consécutive à +1,8%.
L'ensemble fait plus que compenser une légère érosion en France à -0,4% (qui resterait en croissance à +0,2% sans l'effet des offres de lecture numérique), et la baisse accentuée en Espagne à -2,5% sous l'effet du glissement du marché vers les segments milieu et bas de marché.
L'EBITDAaL Groupe progresse de +0,2% à base comparable sur le trimestre, et de +0,6% sur 9 mois.
Retraité de l'effet des offres de lecture numérique, la croissance de l'EBITDAaL sur 9 mois aurait été de +1,7%. Sur les activités télécoms, la marge d'EBITDAaL s'améliore de +0,1 point sur 9 mois.
Les eCAPEX sont en croissance de +4% à base comparable sur les 9 premiers mois de l'année, du fait de l'accélération du déploiement du FTTH en France avec désormais 14,6 millions de lignes raccordables en progression de +34% sur un an. Conformément aux objectifs, le niveau d'eCapex pour l'année 2019 sera en légère décroissance par rapport au niveau de 2018, en excluant les effets du contrat de partage de réseau en Espagne.
Orange confirme ses objectifs pour 2019 (hors effets du contrat de partage de réseau avec Vodafone en Espagne signé en avril) :
L'EBITDAaL 2019 connaîtra une hausse, à base comparable, plus modérée qu'en 2018.
Les eCAPEX 2019 seront en légère baisse par rapport à ceux de 2018 à base comparable.
Le Cash-Flow Opérationnel (EBITDAaL - eCAPEX) 2019 sera en croissance par rapport à 2018 à base comparable.
L'objectif d'un ratio dette nette / EBITDAaL des activités télécoms est maintenu autour de 2x à moyen terme...

Genfit : -1% avec ALD, Bigben, CGG, Vilmorin

Dassault Systèmes : -1%. Le groupe a annoncé la finalisation de l'acquisition de Medidata Solutions Inc, dont l'expertise clinique et les solutions cloud permettent le développement et la commercialisation de thérapies plus intelligentes.
Cette acquisition permet à Dassault Systèmes de se positionner à la pointe de la transformation numérique des sciences de la vie à l'ère de la médecine personnalisée et de l'expérience centrée sur le patient, avec une offre complète qui reflète une connaissance approfondie du secteur de la santé, de son écosystème et de ses besoins.

Imerys : -1%. Le groupe a vu son chiffre d'affaires reculer de 6,3% au troisième trimestre 2019 à 1,154 milliard d'euros. Malgré un effet mix-prix positif de 1,7%, le résultat opérationnel courant a reculé de 20% à 113 millions d'euros.

Lumibird : -1%. Le chiffre d'affaires consolidé de Lumibird pour les 9 premiers mois 2019 s'établit à 76,5 ME, soit une progression de 16,8% et de 15,5% à taux de change constant par rapport à la même période en 2018.
Il traduit la bonne dynamique des activités du Groupe avec pour le 3e trimestre, une croissance forte en Lidar et Medical, une baisse en Industriel et Scientifique et un recul ponctuel en Défense/Spatial lié au calendrier de production sur les grands contrats.
Les perspectives de développement confortent Lumibird dans l'atteinte de ses objectifs stratégiques 2021 avec un chiffre d'affaires à 150 ME hors croissance externe et d'une marge d'EBITDA de plus de 20%.

Saint-Gobain : -0,5% avec TF1, Carrefour, Pernod-Ricard, Valeo, Vicat

Plant Advanced Technologies : stable. Les comptes semestriels montrent une stabilité des indicateurs. Le chiffre d'affaires semestriel de 285 KE reste non significatif mais la bonne maîtrise des coûts a permis de limiter les charges d'exploitation et d'afficher un Excédent Brut d'Exploitation de -787 KE, comparable à celui du premier semestre 2018. Le résultat d'exploitation reste également en perte d'environ 1 million d'euros et le résultat net négatif de 469 kE.
La situation financière reste saine avec un endettement net de 3,66 ME pour 7,89 ME de capitaux propres, portant le ratio d'endettement net sur fonds propres à 47%.

Tivoly : stable. Le groupe a publié un chiffre d'affaires sur 9 mois de 63,2 ME, en croissance de +3,1% et +1,8% à taux de change constant. A l'image de la première partie de l'année, ces chiffres confirment la solidité du modèle du Groupe dans un environnement économique mondial complexe, source d'opportunités de développement organique.
La progression, à périmètre constant, est dûe exclusivement à de la croissance organique.
Ce bon niveau d'activité, permet au Groupe de confirmer sa feuille de route guidée par l'innovation et l'international.

JCDecaux : stable. Le groupe fait évoluer son organisation à la suite de la décision de Jean-Sébastien Decaux de se consacrer, à compter du 1er janvier 2020, aux activités philanthropiques de la famille Decaux.
En conséquence, Jean-Sébastien Decaux quittera ses fonctions opérationnelles et le Directoire de JCDecaux SA le 31 décembre 2019. Il continuera, néanmoins, à être engagé auprès de JCDecaux SA, d'une part, en tant qu'actionnaire ainsi qu'au sein de la gouvernance de JCDecaux Holding, d'autre part, en tant que membre du Conseil de Surveillance, sa candidature devant être proposée en vue de l'Assemblée Générale du 14 mai 2020.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.