Ouverture Paris : tout le monde descend !

Ouverture Paris : tout le monde descend !©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 02 août 2019 à 09h30

Alors que Wall Street tentait un rebond hier en séance, Donald Trump a coupé court au sursaut en fin de séance en annonçant par surprise qu'il imposerait à compter du 1er septembre prochain des droits de douane additionnels de 10% sur les 300 milliards de dollars d'importations chinoises non encore taxées. Aussitôt les indices US se sont repliés pour terminer en repli de l'ordre de 1%. En Asie ce matin la baisse est de -2,4% à Tokyo, -2,2% à Hong Kong, -1,7% à Taiwan et -1,6% à Shanghai. Les places européennes pointent aussi en net repli, à l'image du CAC40 qui perd 2,4% 5.425 pts...

WALL STREET

Le S&P500 a corrigé finalement de 0,97% à 2.951 pts, le Dow Jones abandonne 1,05% à 26.583 pts, tandis que le Nasdaq recule de 0,79% à 8.111 pts.
Avant ce nouveau pavé dans la mare, les opérateurs tentaient de digérer les derniers commentaires de Jerome Powell, le patron de la Fed, dans la foulée de la baisse des taux d'un quart de point à 2-2,25% hier soir. Ses déclarations ont en effet balayé les espoirs d'amorce d'un éventuel cycle d'assouplissement monétaire, Powell ayant fait état d'un "ajustement monétaire de milieu de cycle".

ECO ET DEVISES

"Les discussions commerciales se poursuivent, et durant ces discussions, les Etats-Unis commenceront, le 1er septembre, à imposer de faibles droits de douanes additionnels de 10% sur les 300 milliards de dollars restants de biens et de produits venant de Chine dans notre pays", a expliqué le président américain sur Twitter. Donald Trump a précisé que cela ne concernait pas les 250 milliards de dollars d'importations chinoises déjà taxées à 25%...
L'annonce survient alors que les négociateurs américains et chinois viennent juste de reprendre leurs discussions cette semaine à Shanghai. Des échanges que le ministère chinois du Commerce avaient jugés "sincères, hautement efficaces, constructifs et profonds". La Maison blanche avait pour sa part évoqué des négociations "constructives".
Le président américain a précisé face aux journalistes que les taxes qui entreront en vigueur le 1er septembre pourraient même être relevées par palier et atteindre 25%. "Je pense que le président Xi veut conclure un accord, mais franchement, il ne va pas assez vite !", a déclaré Trump.
Dans une série de tweets, le président américain a notamment déploré que la Chine, qui "avait accepté d'acheter des produits agricoles américains en grandes quantités", ne l'ait pas fait... "En outre, mon ami le président Xi avait dit qu'il ferait cesser la vente de fentanyl aux Etats-Unis. Cela ne s'est jamais produit et de nombreux Américains continuent de mourir !", a-t-il ajouté en évoquant cet analgésique opioïde à l'origine d'une crise de santé publique aux Etats-Unis.
Une nouvelle session de discussions est programmée le mois prochain à Washington... Trump s'est dit "impatient de poursuivre le dialogue positif avec la Chine sur un accord commercial global" et a ajouté avoir "le sentiment que l'avenir entre les deux pays sera un avenir très brillant".
Les nouveaux droits de douane annoncés par le président américain devraient toucher une série de biens de consommation courante : téléphones, ordinateurs portables, jouets, chaussures, vêtements...
Dès l'annonce du président, les fédérations professionnelles américaines des vendeurs de chaussures et de vêtements ont prévenu que ces taxes auraient un impact sur les prix à la consommation au moment où les foyers américains procèdent à leurs achats de rentrée scolaire. "Le président Trump se sert des familles américaines comme d'un otage dans sa guerre commerciale", a commenté Matt Priest, le président de la Footwear Distributors And Release Association.

A suivre ce vendredi aux Etats-Unis :
- Rapport gouvernemental mensuel sur la situation de l'emploi. (14h30)
- Balance commerciale. (14h30)
- Indice du sentiment des consommateurs américains mesuré par l'Université du Michigan. (16h00)
- Commandes industrielles américaines. (16h00)
En Europe :
- Indice des prix à la production en Europe. (11h00)
- Ventes de détail en Europe. (11h00)
Sur les devises, l'euro remonte un peu à 1,1080/$ après sa chute d'hier. En revanche, le pétrole revient à 61,80$ le Brent et 54,90$ le WTI.

VALEURS EN HAUSSE

Groupe Crit : +2% avec Recylex et Lectra

SQLI : +1% suivi de Air France KLM, NRJ, Wavestone, Axway et Xilam

Neurones (stable) A périmètre identique, la croissance du 2e trimestre a été de 6,4% vs 4,2% au 1er trimestre, soit une progression de 5,3% sur les six premiers mois de l'année. Sur le semestre, les ventes sont de 253,8 ME.
Le résultat opérationnel du semestre s'est établi à 9,1% du chiffre d'affaires à comparer à 8,5% pour le 1er semestre 2018. Au 30 juin 2019, la trésorerie nette des dettes financières s'élève à 182,3 ME vs 148,3 ME un an plus tôt.
Pour l'ensemble de l'année 2019, la SSII confirme ses prévisions avec un chiffre d'affaires de l'ordre de 505 ME et un résultat opérationnel compris entre 9 et 9,5% du chiffre d'affaires.

Abivax (-2%) annonce qu'un premier patient a été traité dans le cadre du programme ABX464-301, une étude clinique de Phase 2a avec ABX464 dans le traitement de patients souffrant de polyarthrite rhumatoïde modérée à sévère. L'essai clinique a été approuvé dans les quatre pays européens suivants : France, Pologne, République tchèque et Hongrie. ABX464 est un candidat médicament sous forme de comprimé oral adent avec un mécanisme d'action innovant et qui a déjà démontré des résultats positifs dans la rectocolite hémorragique, une autre maladie inflammatoire chronique ayant un profil biologique étroitement similaire à la polyarthrite rhumatoïde.

VALEURS EN BAISSE

Crédit Agricole (-5%) a publié ce vendredi un recul de près de 15% de son bénéfice net au deuxième trimestre lié notamment à une remontée du coût du risque dans sa banque de financement et d'investissement (BFI).
La banque, filiale cotée du groupe Crédit agricole, indique que son bénéfice net a atteint 1.222 Millions d'euros sur le trimestre écoulé contre 1.436 ME un an plus tôt, marqué par des reprises nettes en coût du risque en BFI.
Pour couvrir les risques de crédit, sa banque de financement et d'investissement a enregistré au deuxième trimestre pour 67 millions d'euros de dotations nettes de provisions alors qu'elle était en situation de reprises nettes de provisions à hauteur 46 millions l'an dernier à la même période.
Le Bénéfice par action sous-jacent au T2 est de 0,40 euro, en repli de 14,1% T2/T2, et de 0,63 ero au S1 (-9,8% S1/S1). Le groupe souligne des coûts maîtrisés tout en finançant les projets de développement : Coex sous-jacent hors FRU4 de 58,6%, avec un effet ciseaux globalement favorable sur les métiers. Le coût du risque reste toujours bas. Le Ratio CET1 ressort en hausse au T2 à 11,6%, rendant possible un premier démantèlement du Switch en 2020.

Aures Technologies (-5%). Le groupe a enregistré un ralentissement de la baisse de l'activité au second trimestre sur le périmètre historique (-18,6% contre -27% au T1 2019).
Cette tendance est plus notable en France et au Royaume Uni où les incertitudes demeurent quant à l'évolution du Brexit. Les Etats Unis (entité historique) et l'Allemagne restent en recul. L'Australie continue son développement.
En ce qui concerne RTG, le second trimestre affiche une tendance haussière de l'activité. Après 30,81 millions d'euros de chiffre d'affaires au 2e trimestre, le Groupe termine le 1er semestre 2019 à un niveau de chiffre d'affaires de 57,28 ME en hausse de +9,3% en incluant RTG, qui fait partie du périmètre depuis le 16 octobre 2018.
Dans l'environnement international perturbé, le Groupe considère 2019 comme une année de transition mais ambitionne toujours une croissance pour l'exercice en cours...

Eramet : -5% avec Transgene, Faurecia

Prologue (-4%) Au cours du 2e trimestre 2019, Prologue a poursuivi son développement, avec un niveau soutenu de croissance interne. Le chiffre d'affaires a ainsi enregistré une croissance organique de +5,4% à 21,67 millions d'euros. Sur le 2e trimestre 2019, les activités de Cloud et Services Managés ont été les plus dynamiques, avec une progression sur la période +14,9%. L'activité de Formation dans les domaines de l'IT, du Digital et du Management a maintenu un niveau élevé de croissance interne avec une hausse de +8,3%. Les ventes d'infrastructures s'inscrivent en croissance de +3,1% (+10,2% sur l'ensemble du 1er semestre 2019). Comme les trimestres précédents, seule l'activité Logiciels est en recul de -9,1%. Sur l'ensemble du 1er semestre 2019, la croissance interne du Groupe atteint +6,8% pour un niveau total de facturation de 42,44 ME. Le Groupe disposait au 30 juin 2019 d'une trésorerie significative de 9,7 ME.
Prologue anticipe au cours des prochains trimestres une nouvelle progression de ses ventes.

STM : -4% avec Saint-Gobain, Arkema, Vallourec, SoiTec

Natixis (-3%) Sur le premier semestre, le PNB sous-jacent est ressorti en hausse ou stable sur un an pour la majorité des métiers avec, notamment, une forte progression des revenus des Paiements, de l'Assurance, de la Gestion d'actifs et de fortune, et de l'Investment banking/M&A.
L'évolution des revenus du 1S19 est à mettre en perspective d'un 1S18 historiquement haut, en particulier le 1T18 pour Global markets et le 2T18 pour Global finance.
Le résultat net part du groupe ajusté de l'impact IFRIC21 et hors éléments exceptionnels s'élève à 650 ME au 1S19. En intégrant les éléments exceptionnels et l'impact IFRIC21, le résultat net part du groupe publié au 1S19 s'établit en nette hausse à 1.110 ME vs 767 ME, soit +45%. Au 30 juin 2019, l'actif net comptable par action ressort à 5,24 Euros. L'actif net tangible par action s'établit à 3,96 Euros.

LVMH : - 3% suivi de Kering et Atari

BNP Paribas : -2,5% avec AXA, Schneider, TechnipFMC, Airbus, Peugeot, Rexel, CGG

Vicat (-2%) Le chiffre d'affaires consolidé du Groupe au premier semestre de 2019 atteint 1.340 ME, en progression de +4,6% en base publiée par rapport à la même période de 2018, et à -0,6% à périmètre et taux de change constants.
L'EBIT s'affiche à 97 ME contre 107 ME au premier semestre 2018, soit une baisse de -9,4% en base publiée et de -8% à périmètre et taux de change constants. La marge d'EBIT sur le chiffre d'affaires consolidé s'établit donc à 7,2% contre 8,4% au premier semestre 2018. Cette baisse résulte pour l'essentiel de l'augmentation des dotations aux amortissements et provisions suite à l'acquisition de Ciplan au Brésil et à la mise en service de la centrale de Vernon en Californie et du terminal de Mumbai en Inde et de l'indemnité compensatoire aux États-Unis. Le résultat net part du Groupe recule quant à lui de -19% à périmètre et taux de change constants et -20,7% en base publiée, à 46 ME.
Hors impact de l'indemnité compensatoire aux États-Unis en 2018, le résultat net et le résultat net part du Groupe sont respectivement en baisse de -5,6% et de -6,7% à périmètre et change constants sur le premier semestre.
En 2019, le contexte macro-économique devrait être caractérisé par une croissance économique globalement bien orientée, même si certaines régions émergentes resteront confrontées à un environnement politique et sectoriel incertain.
Enfin, les prix de l'énergie consommée devraient connaître une situation nettement plus favorable au second semestre compte tenu de la baisse récente de ces prix, de la politique de couverture des besoins du Groupe, et de sa stratégie industrielle de substitution des énergies fossiles.
Dans ce contexte, Vicat s'attend à une nette amélioration de son EBITDA et à une progression de son résultat net sur l'ensemble de l'année.

Altarea Cogedim (-2%) Le chiffre d'affaires consolidé au 30 juin s'élève à 1.279,3 millions d'euros en croissance de +16,8% sur un an. Tous les métiers du groupe sont en forte croissance : +7,7% en Commerce, +12,6% en Logement et +39,1% en Immobilier d'entreprise. Au 30 juin 2019, le Groupe enregistre de très bonnes performances commerciales et continue de gagner des parts de marché, dans un marché en légère baisse sur l'année. En valeur, les réservations de logements neufs progressent de +16% sur un an à 1,482 millions d'euros et de +2% en volume avec 5.336 lots réservés.
Le résultat net récurrent (FFO) part du Groupe s'élève à 110,2 ME au 1er semestre 2019. Il se replie de -6,6% à 6,87 euros/action en raison de l'augmentation du nombre moyen d'actions suite à l'exercice de l'option pour le paiement partiel du dividende 2018 en titres. Avant impact du détachement du dividende intervenu en mai 2019 (12,75 euros/action et effet dilutif du dividende en titres de 0,5 euro/action), l'ANR EPRA par action (déterminé hors impact des instruments financiers) est en croissance de +6,9% à 167,8 euros/action. L'ANR de continuation dilué par action est en croissance de +3,6% à 166,5 euros. Cette performance provient à la fois du FFO généré sur le semestre et de la forte de création de valeur sur les commerces (+71,6 ME en quote-part). Elle permet de compenser la perte de valeur sur instruments financiers induite par la baisse des taux d'intérêt.
Le Groupe affiche un profil de crédit très solide. Le 12 juillet, S&P Global a confirmé la notation financière 'BBB', perspective 'stable' tant pour Altarea que pour Altareit, sa filiale cotée regroupant les activités de promotion du Groupe.
Altarea Cogedim parvient à bonne maîtrise du passif dans un contexte de croissance. Sa dette financière nette est stable à 2,479 milliards d'euros. Altarea Cogedim a confirmé ses perspectives et sa capacité à créer de la valeur sur toutes les classes d'actifs, y compris Commerce.

Aurea (-2%) L'Assemblée générale du 20 juin 2019 a décidé la mise en distribution, au titre de l'exercice clos le 31 décembre 2018, d'un dividende de 0,15 euro par action, avec au choix de l'actionnaire, une option pour le paiement de la totalité du dividende, soit en numéraire, soit en actions nouvelles de la société.
La période d'option, ouverte le 28 juin 2019 s'est achevée le 18 juillet 2019. 52,44% des droits ont été exercés en faveur du réinvestissement en actions.
Le nombre d'actions ordinaires nouvelles émises pour les besoins du paiement du dividende en actions est de 191 199 actions nouvelles, représentant 1,66% du capital et 1,02% des droits de vote bruts, sur la base du nombre d'actions en circulation au 30/06/2019.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.