Ouverture Paris : Trump fait baisser les marchés avec ses annonces protectionnistes

Ouverture Paris : Trump fait baisser les marchés avec ses annonces protectionnistes©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 02 mars 2018 à 09h30

LA TENDANCE

Donald Trump qui a tant tiré vers le haut les marchés financiers depuis son élection a provoqué leur baisse hier à Wall Street suite à ses propos concernant des surtaxes conséquentes sur l'importation d'acier et d'aluminium. De quoi faire craindre pour la croissance économique mondiale alors que le Président américain a choisi de taxer tous les partenaires commerciaux sans distinction, dont les producteurs du Canada ou de l'Union européenne. Le Dow Jones a dévissé de plus de 1,50% hier et entraine ce matin le CAC40 qui recuse de -0,85% après trente minutes d'échanges, revenant à 5.220 points. Toujours à Paris, à noter la publication de LafargeHolcim, sanctionnée ce matin, le titre cède près de 5% dans les premiers échanges matinaux.

WALL STREET

Déjà fragilisée depuis le début de la semaine par les craintes de resserrement monétaire, la Bourse de New York a bu la tasse jeudi, chutant pour la 3ème séance consécutive après l'annonce par Donald Trump de l'instauration de taxes d'importation sur l'acier et l'aluminium. Plus tôt dans la journée, le président de la Fed, Jerome Powell, entendu par le Sénat américain, s'était montré moins "faucon" que mardi, en assurant ne pas voir de signes de surchauffe de l'économie, même s'il a confirmé la poursuite de la hausse des taux directeurs. A la clôture, l'indice Dow Jones a cédé jeudi 1,68% à 24.608 points (après -1,5% mercredi), tandis que l'indice large S&P 500 a lâché 1,33% à 2.677 pts (-1,1% mercredi) et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a reculé de 1,29% à 7.180 pts (-0,78% mercredi).

ECO ET DEVISES

Les ventes au détail, ajustées des variations saisonnières et des effets calendaires, ont reculé de 0,7% en janvier en Allemagne après avoir déjà baissé de 1,1% le mois précédent. Le marché tablait sur une hausse de 0,9%. A noter que l'indicateur est très volatil et fait souvent l'objet de révision.

A suivre : l'indice des prix à la production de la zone euro en janvier (11h00). Aux Etats-Unis, l'indice du sentiment des consommateurs américains selon l'Université du Michigan est attendu à 16h00.

La parité euro / dollar atteint 1,2280 ce matin. Le baril de Brent se négocie 63,88$ et le WTI 60,94$. L'once d'or se traite 1.316$ (-0,1%).

VALEURS EN HAUSSE

* Gemalto (+0,40% à 49,68 Euros) : depuis que Thales a annoncé son projet d'OPA à 51 euros, les actionnaires du spécialiste de la sécurité numérique sont moins tendus lors des annonces de résultats. Ce matin, ils ont pris connaissance d'un résultat des activités opérationnelles de 310 ME, au milieu de la fourchette d'objectifs, du moins la dernière après plusieurs avertissements.

VALEURS EN BAISSE

* LafargeHolcim (-4,40% à 45,71 Euros) : le cimentier a publié une performance sous-jacente 2017 en amélioration, mais la publication est assombrie par 3,8 MdsCHF de dépréciations d'actifs, qui font basculer le résultat net dans le rouge vif, du moins du point de vue comptable. Le nouveau directeur général Jens Jenisch a déjà imprimé sa marque, en créant une nouvelle division et en dévoilant des objectifs à l'horizon 2022.

* Essilor (-0,04% à 113,05 Euros) : après le feu vert sans condition de l'UE, c'est l'antitrust américain qui a autorisé le rapprochement entre le groupe et Luxottica, sans aucune contrainte là non plus. Il ne reste plus que deux juridictions nécessaires à la conclusion de l'accord, la Chine et le Brésil.

* ArcelorMittal (-2% à 27,17 Euros) : le groupe et Nippon Steel & Sumitomo (NSSMC) se sont officiellement alliés pour la reprise de l'aciériste indien en difficultés Essar Steel, comme cela avait été précédemment évoqué.

* Natixis (-1,35% à 6,91 Euros) : la banque ferait partie des prétendants au rachat de la division paiements de SIX, a appris l'Agence Bloomberg d'une source au fait de la situation. La banque se serait alliée au fonds Warburg Pincus.

* Suez (-0,95% à 11,13 Euros) : un rapprochement avec Veolia "détruirait beaucoup de valeur parce qu'il faudra vendre beaucoup d'actifs", a expliqué le patron de Suez, Jean-Louis Chaussade, dans un entretien accordé hier à Bloomberg TV. Le fantasme d'un mariage entre les deux géants français des services collectifs refait régulièrement surface.

* TF1 (-1,20% à 11,48 Euros) : après Orange, Canal+ (Vivendi) a également décidé d'engager le bras de fer avec TF1, faute d'avoir pu s'entendre sur la somme exigée par la filiale de Bouygues pour laisser le diffuseur accéder à ses contenus gratuits. L'affaire a été portée en justice devant le tribunal de commerce de Paris.

* Technicolor (-0,50% à 1,87 Euro) : le groupe négocie la vente de ses brevets à InterDigital, sur la base d'un paiement initial de 150 M$. S'y ajouteront une part variable liée aux flux de trésorerie futurs de l'activité, qui pourraient représenter une valeur actuelle nette d'environ 215 M$.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU