Préouverture Paris : février, un mois à oublier

Préouverture Paris : février, un mois à oublier
bourse

Boursier.com, publié le jeudi 01 mars 2018 à 08h30

LA TENDANCE

Les indices américains ont poursuivi leur reflux marqué hier, pour une seconde séance négative sur fond de craintes de relèvement plus rapide que prévu des taux directeurs de la Fed. Le bilan boursier de février est négatif. Il l'est aussi en France où le CAC40 a perdu -2,94%, gommant la quasi-totalité de ses gains 2018. Sur le mois écoulé, mieux valait être positionné sur Publicis, Airbus ou Pernod Ricard, qui ont tous gagné plus de 5%, que sur Valeo, Atos et Vivendi, en baisse de plus de 10%.

Les temps forts de ce jeudi sont un passage du nouveau patron de la Fed, Jerome Powell, devant la commission bancaire du Sénat américain. Sa première intervention mardi, quoique tout à fait consensuelle, avait servi de prétexte aux dégagements qui ont débuté cette semaine. Le programme des indicateurs macroéconomiques est encore bien chargé. Aux Etats-Unis, il se dit que Donald Trump annoncerait dès aujourd'hui des mesures antidumping choc sur l'acier et l'aluminium.

Les publications de résultats trimestriels du jour concernent en France Essilor, PSA, Bureau Veritas, Seb, Suez et Europcar notamment, mais aussi AB Inbev, Adecco ou Beiersdorf ailleurs en Europe, ainsi que Best Buy, Kohl's et Gap aux Etats-Unis.

Le CAC40 est attendu en baisse à l'ouverture, près des 5.300 points.

WALL STREET

Après un début de journée teinté d'optimisme, la Bourse de New York s'est inclinée en fin de séance, les principaux indices perdant environ 1% à la clôture. Le mois de février s'achève lui aussi sur un net recul, après 10 mois de hausse ininterrompue pour les marchés américains, galvanisés par les promesses de relance de Donald Trump. Cependant, les craintes de hausses de taux plus rapides que prévu aux Etats-Unis ont entraîné une correction depuis la fin janvier. Les propos du nouveau président de la Fed, Jerome Powell, qui s'est montré optimiste mardi sur la conjoncture économique, n'ont fait que renforcer ces attentes. A la clôture, l'indice Dow Jones a cédé mercredi 1,50% à 25.029 points, tandis que l'indice large S&P 500 a lâché 1,11% à 2.713 pts et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a reculé de 0,78% à 7.273 pts. Sur le mois de février, les trois indices ont fléchi respectivement 4,3%, 3,9% et 1,8%.

ECO ET DEVISES

En Europe, les indices PMI manufacturiers de février sont programmés en France (09h50), Allemagne (9h55) et zone euro (10h00) notamment. Le taux de chômage de la zone euro en janvier sera disponible à 11h00. Aux Etats-Unis, les inscriptions hebdomadaires au chômage et les revenus et dépenses personnelles des ménages (14h30) vont précéder l'indice Markit PMI manufacturier (15h45) et l'indice ISM manufacturier (16h00) ainsi que les dépenses de construction (16h00).

La parité euro / dollar atteint 1,2192 ce matin. Le baril de Brent se négocie 64,68$ et le WTI 61,66$. L'once d'or se traite 1.325$ (-0,3%).

VALEURS A SUIVRE

* Acier : Donald Trump pourrait annoncer dès aujourd'hui les mesures antidumping qu'il a décidé d'appliquer aux importations d'acier et d'aluminium aux États-Unis. Selon une source bien informée, l'agence Bloomberg révèle ce matin que le président américain aurait opté pour l'option généraliste parmi les dispositifs qui lui avaient été proposés par le Département du Commerce. Précisément, une surtaxe de 25% sur l'acier et de 10% sur l'aluminium pourrait être appliquée à toutes les importations.

* PSA : le groupe a dépassé les attentes et signé un nouveau record de bénéfices en 2017, malgré la coûteuse intégration d'Opel Vauxhall, qui a perdu -179 ME au niveau opérationnel l'année dernière, malgré un chiffre d'affaires de 7,24 milliards d'euros. Il se dit confiant dans le redressement de sa nouvelle filiale.

* Carrefour : le groupe a dégagé comme prévu 2 MdsE de résultat opérationnel en 2017, mais sa perte nette de -531 ME est plus lourde que prévu. Le dividende a été ramené à 0,46 euro et les perspectives 2018 sont prudentes.

* Essilor : le leader de l'optique ophtalmique a dégagé une croissance organique 2017 proche des attentes, mais sa marge s'est un peu plus érodée que prévu. Mais le catalyseur principal du dossier reste la fusion avec Luxottica, attendue d'ici la fin du mois de juin.

* LafargeHolcim : en 2012, l'Ambassadeur de France en Syrie a rencontré des dirigeants de Lafarge pour évoquer la situation de la cimenterie de Jalabiya, cette installation qui a continué à fonctionner pendant une partie du conflit qui a embrasé le pays, a priori grâce au versement de pots-de-vin aux belligérants. L'ancien ambassadeur a écrit aux juges en charge de l'enquête pour le révéler, a appris 'Libération' après avoir obtenu le courrier. Cependant, il nie avoir conseillé la poursuite de l'activité de l'usine.

* Teleperformance : le champion du télémarketing a enregistré de nouvelles performances records en 2017. Cette année, la croissance organique dépassera 6% et la marge d'EBITA atteindra au moins 13,5%. Les objectifs du plan à horizon 2022 sont confirmés.

* Eiffage : la marge opérationnelle 2017, 11,5%, est en légère hausse. Le bénéfice net augmente de près de 15% à 545 ME. Un dividende de 2 euros sera proposé. Le management est confiant pour 2018.

* Suez : avait averti le marché que ses résultats et ses perspectives seraient mauvais. Les chiffres publiés ce matin le confirment. Le management a prévu un plan d'économies.

* Bureau Veritas : la société a terminé 2017 sur une marge opérationnelle de 15,9% et un bénéfice net de 416 ME. Un dividende de 0,56 euro sera proposé. Le management vise une accélération de la croissance organique et une marge opérationnelle ajustée en légère amélioration cette année.

* Seb : le groupe a publié ce matin des résultats 2017 en amélioration mais légèrement en-dessous des attentes. Le groupe reste confiant dans la poursuite de la hausse de ses résultats malgré les incertitudes engendrées par l'évolution des matières premières et des devises.

* Europcar : le loueur sort d'un exercice 2017 contrasté. De nombreuses acquisitions ont été réalisées pour définir le futur périmètre du groupe. Les résultats sont un peu à la traîne, mais ils devraient progressivement se redresser pour atteindre les objectifs 2020. En parallèle, le groupe a annoncé la vente de ses 25% dans car2go à Daimler pour 70 ME.

* Chiffres d'affaires / résultats publiés : Bonduelle, Affine, Nanobiotix, Ucar, SergeFerrari, Docks des Pétroles d'Ambès, Groupe EPC, IRD Nord Pas de Calais, Ipsos, Genkyotex, Fromageries Bel, Unibel, Lebon, OSE Immuno, Visiativ, Horizontal Software, Direct Energie, Hiolle...

* Analystes :

- Jefferies abaisse de 73 à 65 euros son objectif de cours sur bioMérieux, en restant à conserver.

- Kepler Cheuvreux passe d'achat à conserver sur bioMérieux, avec un objectif de cours révisé de 73,33 à 68 euros.

- Kepler Cheuvreux relève de 400 à 460 euros son objectif de cours sur Kering, en passant de neutre à "surperformance".

* En Bref :

- Schneider vend à Framatome sa filiale de contrôle commande nucléaire.

- Axa finalise le rachat de Maestro.

- Bureau Veritas rachète l'américain EMG.

- Econocom émet 200 ME de convertibles.

- Atenor sur un nouveau projet à Varsovie.

- Kerlink et Aexonis collaborent pour l'évaluation d'appareils LoRaWAN.

- Cegedim vend Cegelease et Eurofarmat.

- Cegedim Logiciels Médicaux choisi par la MSP de Trois-Rivières

- Placement privé de 1 ME pour Neovacs.

- Ubisoft rachète 1492 Studio.

- Affine rachète un bien à Sèvres.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU