Préouverture Paris : grandes manoeuvres dans l'automobile

Préouverture Paris : grandes manoeuvres dans l'automobile
Tavares, PSA

Boursier.com, publié le mercredi 30 octobre 2019 à 08h30

LA TENDANCE

Le CAC40 qui a encore clôturé au plus haut de l'année hier devrait marquer une pause ce mercredi en attendant le verdict de la Fed ce soir, toujours à l'écoute des comptes trimestriels des groupes cotés et des grandes manoeuvres industrielles, alors que Fiat Chrysler Automobiles et le français PSA ont à leur tour entamé des discussions en vue d'un rapprochement !

WALL STREET

Wall Street a reperdu du terrain mardi, dans le sillage de résultats inférieurs aux attentes d'Alphabet, et alors que l'on a noté de nouvelles tensions sur le front commercial sino-américain après les dernières notes d'espoir du week-end. Le S&P500, au sommet hier, cède 0,08% à 3.037 pts, alors que le DJIA recule de 0,07% à 27.071 pts. Le Nasdaq a perdu 0,59% à 8.277 pts. L'indice dollar se stabilise à 97,70. Le baril de brut WTI fléchit de 0,1% à 55,7$ sur le Nymex, alors que le Brent de la mer du Nord régresse à 61,50$.

ECO ET DEVISES

La réunion de la Fed a débuté mardi et se poursuit ce mercredi... Le communiqué monétaire sera publié à 20 heures ce soir, alors que la conférence de presse de Jerome Powell se tiendra à 20h30. D'après l'outil FedWatch du CME Group, la probabilité d'une baisse des taux d'un quart de point à 1,50-1,75% demain soir, qui constituerait le troisième assouplissement comparable de l'année, se situe à... 97,3% - contre moins de 3% de chances d'un statu quo à 1,75-2%.

Côté commerce, la 'phase 1' de l'accord entre Washington et Pékin sur le commerce pourrait finalement ne pas être signée en marge du sommet de l'APEC au Chili, comme cela avait pu être jusqu'à présent pressenti... C'est du moins ce qu'affirme à ce sujet un responsable américain cité par Reuters. Selon ce responsable, les discussions commerciales progresseraient toujours, et si le texte final de 'phase 1' ne pouvait être signé au Chili, cela ne signifierait pas pour autant que les négociations soient en échec... Les choses se compliquent donc de nouveau sur le front commercial.
La Chine dénonce pour sa part un "harcèlement économique des États-Unis", alors que l'autorité américaine du secteur des communications va désigner le mois prochain les Chinois ZTE et Huawei comme groupes représentant des risques pour la sécurité nationale des États-Unis. Une telle décision empêcherait les firmes télécoms locales de recourir à des financements fédéraux pour acheter à ces géants chinois des équipements ou services.
A l'occasion d'une réunion du 19 novembre, la FCC - Commission fédérale américaine des communications - entend par ailleurs demander aux opérateurs US de remplacer les équipements fournis par les groupes chinois. La FCC va rembourser les petits opérateurs afin qu'ils puissent assurer les remplacements d'équipements. "Nous ne pouvons nous permettre de prendre le moindre risque", a résumé le dirigeant de la FCC, Ajit Pai, alors que les USA modernisent actuellement leurs réseaux avec un déploiement de la 5G. Ajit Varadaraj Pai souligne les risques d'espionnage, d'insertion d'outils malveillants ou de virus mettant en péril des réseaux essentiels... Une fois leur classification en 'risques pour la sécurité nationale' décidée, ZTE et Huawei disposeront de 30 jours pour la contester.
A suivre côté indicateurs ce mercredi aux Etats-Unis :
- Rapport d'ADP sur l'emploi privé américain. (13h15)
- PIB américain du troisième trimestre, première estimation. (13h30)
- Indice de confiance des investisseurs institutionnels mesuré par State Street. (15h00)
- Rapport hebdomadaire du Département à l'énergie sur les stocks pétroliers domestiques. (15h30)
- Communiqué de politique monétaire de la Fed. (19h00)
- Conférence de presse de Jerome Powell. (19h30)
En Europe :
- PIB flash en Espagne. (09h00)
- Chiffres de l'emploi en Allemagne. (09h55)
- Taux de chômage mensuel en Italie. (10h00)
- Indice préliminaire des prix à la consommation en Italie. (12h00)
L'euro cote 1,1120/$, le brent pointe à 61,40$, l'once d'or revient à 1.487$.

VALEURS A SUIVRE

Fiat Chrysler Automobiles et le français PSA ont à leur tour entamé des discussions en vue d'un rapprochement dans un marché automobile au pied du mur devant la révolution électrique qui se profile à l'horizon...
D'après le Wall Street Journal, qui a fait état initialement de telles discussions qui seraient déjà avancées, le mariage entre les deux constructeurs donnerait naissance à un géant du secteur d'une valeur de quelque 50 milliards de dollars, de quoi prendre la place de No4 mondial.
Le conseil de surveillance de PSA a prévu de se réunir ce mercredi pour discuter de la fusion.
Fiat Chrysler Automobiles (FCA) a été en pourparlers pendant de longs mois avec Renault avant d'annoncer en juin dernier le retrait de son offre de fusion à 30 milliards d'euros, accusant le contexte politique en France d'avoir mis à mal un projet qui aurait donné naissance au troisième constructeur automobile mondial.

TF1 : Le chiffre d'affaires consolidé des 9 premiers mois 2019 du groupe TF1 s'élève à 1.614,6 millions d'euros, en hausse de 39 millions d'euros dont 38,1 millions d'euros d'effet périmètre.
Le chiffre d'affaires publicitaire du Groupe s'établit à 1.158,4 millions d'euros en progression de +0,6% sur un an qui s'explique par :
- La baisse du chiffre d'affaires publicitaire des Antennes de (-1,7%) due à une base de comparaison particulièrement élevée au troisième trimestre (Coupe du Monde de Football masculine en 2018) ;
- Un impact favorable dû à la consolidation de Unify en mai 2018.
Le résultat opérationnel courant des 9 premiers mois 2019 du Groupe s'élève à 184,4 millions d'euros, en progression de 57,8 millions d'euros. Le taux de marge opérationnelle courante est en augmentation significative sur cette même période à 11,4%, en hausse de 3,4 points par rapport à l'année précédente.
Le résultat net part du Groupe des 9 premiers mois 2019 s'établit à 117,8 millions d'euros, en croissance de 36,6 millions d'euros
Au 30 septembre 2019, les capitaux propres part du Groupe atteignent 1.581,1 millions d'euros pour un total de bilan de 3.234,1 millions d'euros.
Avant prise en compte des obligations locatives, le groupe TF1 affiche une dette nette de 53,3 millions d'euros au 30 septembre 2019 (dette nette de 147,8 millions d'euros après prise en compte des obligations locatives), contre une dette nette de 27,5 millions d'euros à fin décembre 2018 (dette nette de 130,9 millions d'euros après prise en compte des obligations locatives). Le cash-flow généré par l'activité s'élève à 277,1 millions d'euros, en croissance sur un an, et a permis le versement du dividende ainsi que le financement du développement des activités de production et de nos opérations de croissance externe.
Les résultats des 9 premiers mois 2019 confirment la capacité du groupe TF1 à améliorer sa rentabilité conformément à son objectif.

Paragon ID : A l'issue de l'exercice 2018/19, le chiffre d'affaires consolidé de Paragon ID s'est établi à 108 ME, en progression annuelle de +7% (+6% à taux de change constants).
Après un début d'exercice freiné par la finalisation des réorganisations industrielles, le groupe a renoué avec la croissance dès le 2ème trimestre de l'exercice (+3%), avant de connaître une nette accélération de sa croissance au 2nd semestre, signant une progression semestrielle de +17% sur cette période.
Si l'ensemble des activités du groupe a contribué à cette dynamique vertueuse, il convient de noter plus particulièrement (i) la croissance soutenue de l'activité Mass Transit notamment au 2nd semestre (+17%), (ii) la forte croissance en e.ID (+13% sur l'ensemble de l'exercice), et (iii) les premières facturations de la nouvelle ligne de business Paiement en fin d'exercice, avec les premières livraisons d'inlays pour carte de paiement et les premières redevances sur les contrats de licences, issues des technologies de la société AmaTech, acquise en octobre 2018.
Comme escompté, l'effet conjugué de l'accélération sensible du rythme de croissance au fil de l'exercice, d'une meilleure absorption des coûts fixes et de l'apport des nouvelles technologies ont permis d'améliorer la rentabilité en 2018/19, conformément à l'objectif fixé.
Ainsi, l'EBITDA s'est établi à 8,3 ME sur l'ensemble de l'exercice, en progression de +14%, représentant une marge d'EBITDA de 7,6%. Sur le seul 2nd semestre, l'accélération de la croissance a permis d'enregistrer une marge d'EBITDA proche de 10%, à 9,5% (contre 5,6% au 1er semestre).

EssilorLuxottica : Au troisième trimestre, le chiffre d'affaires consolidé du groupe EssilorLuxottica s'est élevé à 4.310 millions d'euros, en croissance de 5,2% à taux de change constants, soit un niveau supérieur à l'objectif de croissance de 3,5% à 5%. Cette accélération par rapport aux premier et deuxième trimestres (+3,7% et + 4,1% respectivement) a principalement été réalisée par les divisions Verres et matériel optique et Vente au détail.
EssilorLuxottica confirme ses objectifs financiers pour 2019. Incluant les synergies, et à taux de change constants, le groupe prévoit :
Une croissance du chiffre d'affaires entre 3,5% et 5% ;
Une croissance du résultat opérationnel ajusté de 0,8x à 1,2x celle du chiffre d'affaires ;
Une croissance du résultat net ajusté de 1x à 1,5x celle du chiffre d'affaires.

Arkema publie un chiffre d'affaires en augmentation de 2,3% à 2.216 ME, intégrant des volumes en légère progression de 0,7% avec un très bon niveau d'EBITDA à 385 ME, en hausse de 3% par rapport à la performance record de 2018, tiré par la forte progression des activités de spécialités.
La Marge d'EBITDA est de 17,4% (17,3% au T3 2018), résiliente à un niveau élevé dans un contexte macro-économique plus difficile et incertain.
Le Résultat net courant s'inscrit à 166 ME, soit 7,5% du chiffre d'affaires avec une forte génération de trésorerie libre à 218 ME, dans la continuité du 1er semestre.
La dette nette est de 1.770 ME (1,2x l'EBITDA des 12 derniers mois), "intégrant l'acquisition récente d'ArrMaz et le rachat des parts de notre partenaire dans Sunke".

L'Oréal affiche un chiffre d'affaires de 21,99 milliards d'euros à neuf mois, en croissance de 7,5% à données comparables, de +8,5% à taux de change constants et de +10,7% à données publiées. Le groupe évoque une forte croissance des Divisions L'Oréal Luxe et Cosmétique Active, ainsi qu'une poursuite de la dynamique des principaux moteurs de croissance : Asie Pacifique, soin de la peau, Travel Retail et e-commerce. Pour le seul troisième trimestre, le chiffre d'affaires totalise 7,18 milliards d'euros, en progression de 7,8% à comparable et 11% en données publiées... Ainsi, la croissance du 3ème trimestre dépasse les attentes de marché.
Jean-Paul Agon, PDG de L'Oréal, ajoute : "L'Oréal réalise un excellent troisième trimestre à +7,8% à données comparables, un niveau record depuis plus de 10 ans, et continue à surperformer un marché de la beauté qui affiche toujours un fort dynamisme. Ce rythme élevé de croissance est maintenu dans un environnement qui reste contrasté. Toutes les Divisions sont en croissance, en particulier L'Oréal Luxe et la Division Cosmétique Active qui sont en très forte progression. La performance de la Division des Produits Grand Public est contrastée, avec d'un côté, une forte progression en Asie, mais de l'autre, comme annoncé, un contexte toujours difficile aux États-Unis. La Division des Produits Professionnels poursuit son amélioration. Par Zone géographique, la Zone Asie Pacifique confirme sa puissante dynamique, notamment en Chine, en Inde, en Asie du Sud-Est et au Japon. L'Europe de l'Est accélère et l'Europe de l'Ouest continue son amélioration".
"Au total, la bonne performance de L'Oréal sur ce trimestre et ces neuf premiers mois conforte notre confiance quant à la dynamique du marché cosmétique, malgré un environnement volatil et contrasté, ainsi que notre capacité à le surperformer, pour réaliser une nouvelle année de croissance de notre chiffre d'affaires et de notre résultat", conclut le dirigeant.
À fin septembre, la Division des Produits Professionnels est à +3% à données comparables et à +5,4% à données publiées (à 2,53 MdsE). La Division des Produits Grand Public enregistre une croissance à fin septembre de +3% à données comparables et +6% à données publiées (à 9,53 MdsE). À fin septembre, L'Oréal Luxe progresse de 13,4% à données comparables et de +17,7% à données publiées (à 7,9 MdsE). La Division Cosmétique Active affiche enfin une croissance de +13,8% à données comparables et +15,4% à données publiées (à 2,02 MdsE).

Mersen a réalisé au 3ème trimestre 2019 un chiffre d'affaires consolidé de 234 ME en croissance organique de 2,5%. En tenant compte d'un effet de change légèrement favorable, le chiffre d'affaires est en croissance totale de plus de 5%.
La société maintient ses objectifs pour l'année 2019 avec une croissance organique du chiffre d'affaires comprise entre 4% et 5% et une prévision de marge opérationnelle courante comprise entre 10,5% et 10,7%, avant impact de l'application de la norme IFRS16.

Bénéteau a terminé l'exercice 2018-2019 avec un chiffre d'affaires de 1,336 milliard d'euros, en ligne avec les prévisions avec une progression de +3,8%.
La division Bateau enregistre de bonnes performances grâce au dynamisme des ventes sur les segments voile monocoque et multicoque ainsi que sur celui du moteur hors-bord, qui vient compenser la baisse des ventes du segment des grands yachts moteur (plus de 60 pieds) ainsi que celle des marques américaines pénalisées par l'instauration de droits de douane au Canada et dans l'Union européenne sur les bateaux produits aux Etats-Unis. La levée de ces droits pour le Canada, en mai 2019, a été trop tardive pour avoir un effet significatif sur l'exercice.
Les résultats annuels sont plutôt inférieurs aux prévisions car l'EBITDA progresse de +3,3% à 157,8 millions d'euros (marge de 11,8%) mais le résultat opérationnel courant baisse en revanche de 6,4% à 82 ME. La marge opérationnelle courante recule ainsi à 6,1% (6,8% en 2017-2018) alors qu'elle était attendue quasi stable.
Le bénéfice net est affecté par certaines charges non récurrentes (4,2 millions d'euros) ainsi que l'effet défavorable des couvertures de change sur le résultat financier. Il s'élève à 49,5 millions d'euros, en baisse de 19,3%. Il sera proposé à l'Assemblée générale du 7 février 2020 la distribution d'un dividende de 23 centimes d'euro par action au titre de l'exercice 2018-2019, pour un montant global de 19 millions d'euros.
Bénéteau affirme que les premiers salons de la saison en Europe se sont déroulés dans une ambiance positive, qui est à confirmer aux Etats-Unis au cours des prochains salons. Positionnés en majorité sur les segments de marché les plus dynamiques, les nouveaux modèles lancés au cours de la saison 2019-20 ont reçu un accueil prometteur et le carnet de commandes est en hausse à fin octobre 2019 par rapport à l'exercice précédent.
Toujours selon le groupe, dans l'activité Habitat de loisirs, les nouveautés dévoilées aux salons d'automne ont reçu un accueil positif auprès des clients de l'hôtellerie de plein air et l'exercice 2019-2020 est attendu en progression.
Bénéteau communiquera le 4 février prochain ses perspectives pour l'exercice 2019-2020 et prévient que si les objectifs formulés pour 2020 (marge opérationnelle courante hors MCY à 8,5% du chiffre d'affaires) semblent difficiles à atteindre dès cet exercice, le groupe reste résolument confiant dans sa capacité à afficher un exercice 2019-2020 en progression en l'absence d'événements économiques majeurs.

Atos : Après avoir distribué 23,4% du capital de Worldline à ses actionnaires le 7 mai, Atos lance la cession de 1,2 milliard d'euros d'actions Worldline, soit environ 12% de son capital, dans le cadre d'un placement privé par voie de construction accélérée d'un livre d'ordres. Séparément, SIX Group a conclu une opération de couverture sur environ 500 millions d'euros. Dans le cadre de cette opération, la contrepartie de cette opération de couverture procédera à un placement privé d'environ 420 millions d'euros s'exécutant dans le cadre du placement par voie de construction accélérée du livre d'ordres et au même prix, afin d'établir la position de couverture initiale.
Simultanément au placement, Atos projette d'émettre des obligations venant à échéance en 2024 pour un montant nominal d'environ 500 millions d'euros, échangeables en actions Worldline, avec une prime de 35% au-dessus du prix du placement.
De plus, Atos a accepté de transférer à Atos UK2019 Pension Scheme pour 198 millions de livres sterling (représentant environ 230 millions d'euros) à la date de règlement-livraison du placement d'actions. Le fonds de pension pourrait recevoir jusqu'en janvier 2020 des actions Worldline supplémentaires selon certaines conditions dans le cadre des accords conclus.
Avec cette opération, Atos envisage de céder 52% de sa participation dans Worldline. Atos conservera une exposition à la hausse sur les actions sous-jacentes aux obligations. Après la finalisation de l'opération et en cas d'échange de l'intégralité des obligations ou d'exercice de l'option de remboursement en actions, Atos détiendra une participation résiduelle dans Worldline de 13% du capital et 22% des droits de vote. De plus, conformément aux accords conclus lors du transfert, le fonds de pension exercera les droits de vote afférents aux actions Worldline détenues selon les directives d'Atos.
Atos et SIX Group ont convenu de s'engager à conserver pendant une période de 120 jours le reste de leur participation dans Worldline, sous réserve de l'accord des Coordinateurs Globaux Associés et de certaines exceptions, comme le transfert d'actions à une filiale dans le cadre de toute offre publique sur tout ou partie des actions Worldline.
Les produits de l'opération seront affectés au remboursement de la dette existante ainsi qu'aux besoins généraux d'Atos.

Exel : Le chiffre d'affaires du 4ème trimestre de l'exercice 2018-2019 du groupe Exel Industries est en retrait de -19,7% du fait principalement de l'activité Arrachage de Betteraves et de la comparaison à un 4ème trimestre 2017-2018 exceptionnellement haut en Arrosage de jardin et en Pulvérisation Industrielle.
Sur l'exercice 2018-2019, le chiffre d'affaires s'établit à 776,7 ME en décroissance de -7,4% par rapport à l'exercice précédent. L'effet positif des taux de change est annulé par l'impact de la norme IFRS15.

Guillemot : Le chiffre d'affaires du Groupe Guillemot s'établit à 21,2 millions d'euros au troisième trimestre 2019.
Sur les 9 premiers mois, Hercules progresse de 11% tandis que Thrustmaster est en baisse dans la lignée des trimestres précédents, principalement dû à la poursuite de la réduction des stocks chez certains partenaires distributeurs.
Le Groupe enregistre de bonnes croissances sur le segment des joysticks et des nouveaux gamepads même si la baisse des facturations de volants a toujours un impact sur le semestre.
Le bon dynamisme des ventes des zones Export et APAC n'est cependant pas parvenu à compenser les moindres ventes en Amérique du Nord et en Europe...
Hercules a annoncé fin septembre sa dernière nouveauté avec les enceintes de monitoring Bluetooth pour le mix, les DJSpeaker 32 Smart. Connectées via la technologie Bluetooth, ces enceintes sont idéales pour débuter le DJing. Petites et nomades, elles se distinguent également par leur qualité audio et leur puissance. Après avoir lancé sa nouvelle gamme de contrôleurs DJControl Inpulse avec la Hercules Inpulse 300 qui a reçu la prestigieuse récompense du "Innovation Award" au dernier CES Las Vegas 2019, Hercules vient d'annoncer le lancement de deux packs dédiés aux DJs débutants qui souhaitent une solution tout-en-un pour apprendre puis maîtriser le DJing.
Lors du dernier salon chinois, China Music Expo, les 10 et 13 octobre derniers à Shanghaï, le stand Hercules a été un véritable succès, ce qui a généré de nombreux articles de presse et "followers" sur le réseau social chinois Hercules. La gamme de contrôleurs Inpulse connaît un début prometteur sur le marché chinois.
Au 30 septembre 2019, le Groupe présente un endettement net hors Valeurs Mobilières de Placement de 16,2 millions d'euros. Les Valeurs Mobilières de Placement du Groupe, composées de 443.874 titres Ubisoft Entertainment, s'établissent à 29,4 millions d'euros.
Prenant en compte la poursuite de la réduction des stocks des distributeurs et les derniers éléments connus, le Groupe prévoit désormais un chiffre d'affaires entre 60 et 65 millions d'euros sur l'exercice, et anticipe un résultat opérationnel négatif. Sur le plan commercial et marketing, les équipes préparent les nouveautés de l'année 2020 qui s'annonce prometteuse pour le marché du jeu vidéo, avec la sortie de deux nouvelles consoles PlayStation5 de Sony et Xbox Scarlett de Microsoft, qui vont relancer les ventes d'accessoires de jeux.

Bastide : Dans le cadre de l'appel d'offre lancé par le NHS en 2019 pour le renouvellement des marchés régionaux de prise en charge des pathologies liées à l'insuffisance respiratoire, Baywater Healthcare, filiale du Groupe Bastide, avait été informé par le NHS, de l'attribution de 4 régions comme opérateur exclusif pour les 7 prochaines années (extensible à 10 ans), 2 déjà opérées actuellement (West Midlands et Yorkshire) et 2 nouvelles régions supplémentaires (North W est et Londres).
Le NHS a décidé, pour des raisons administratives, de relancer un processus d'appel d'offre pour la région de Londres. Cette décision n'a pas d'impact sur les attributions des autres régions, dont les contrats sont en cours de formalisation. La région de Londres représente un potentiel d'environ 7.000 patients, à comparer aux 31.000 patients cumulés des 4 autres régions (Pays de Galles inclus) adressées par Baywater.
Baywater Healthcare reste confiant dans sa capacité à gagner la région de Londres et répondra à ce nouvel appel d'offre en continuant notamment de s'appuyer sur les excellents résultats obtenus notamment en termes de qualité des prestations lors du précédent appel d'offres.
Le Groupe confirme par ailleurs son objectif annuel de chiffre d'affaires 2019-2020 situé entre 360 et 370 ME, en précisant que cet objectif n'intégrait qu'une très faible contribution des nouvelles régions compte tenu des incertitudes sur la date effective de démarrage des nouveaux contrats NHS sur l'exercice en cours...

SEB : Sur 9 mois, le chiffre d'affaires de Seb s'est élevé à 5.114 ME, en progression de 10,5%.
Celle-ci intègre une croissance organique de +8,1%, un effet devises de +1% et un effet périmètre de +1,4% comprenant la consolidation de Wilbur Curtis depuis le 8 février, et celle de notre joint-venture égyptienne dans sa nouvelle configuration.
Le Résultat Opérationnel d'Activité (ROPA) à fin septembre s'est établi à 407 ME, en progression de 9,3% par rapport aux 9 premiers mois de 2018.
Au 30 septembre 2019, la dette financière nette était de 2.459 ME contre 2.105 ME à fin septembre 2018 à saisonnalité identique. Elle intègre la constatation de la dette IFRS 16, pour 344 ME, ainsi que les acquisitions de Wilbur Curtis et de Krampouz.
Seb ajuste légèrement son objectif 2019 de croissance organique des ventes, qui devrait s'établir entre +6% et +7%, contre plus de 7% annoncé fin juillet.
Le groupe confirme par ailleurs son objectif d'une progression autour de +6% de son Résultat Opérationnel d'Activité 2019 publié, dans un contexte devises et matières qui s'avère plus favorable qu'anticipé...

M6 : Au 3ème trimestre 2019, le chiffre d'affaires consolidé du Groupe M6 est stable à +0,3% à 294,5 ME.
La baisse des revenus non publicitaires avec les recettes de distribution cinéma principalement est compensée par la progression des recettes publicitaires plurimedia.
L'EBITA consolidé atteint 34,2 ME au 3ème trimestre 2019, vs. 32,6 ME au 3ème trimestre 2018. Le Groupe parvient ainsi à faire progresser son résultat opérationnel malgré l'effet de base défavorable lié à l'arrêt du contrat M6 mobile by Orange le 30 juin 2019. Cette hausse reflète la progression de la rentabilité des segments TV et Radio.
Ainsi, sur les neuf premiers mois de l'année 2019, le Groupe M6 réalise un chiffre d'affaires de 1.009 ME, en progression de +1,2%, dont +2,7% pour les recettes publicitaires.
A fin septembre 2019, l'EBITA consolidé se monte à 182,4 ME, en hausse de +1,5% sur un an.
La marge opérationnelle courante s'établit ainsi à 18,1% soit +0,1 point.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.