Préouverture Paris : le Yuan tombe au plus bas depuis 2008

Préouverture Paris : le Yuan tombe au plus bas depuis 2008
euro yuan Chine Pékin monnaie

Boursier.com, publié le lundi 05 août 2019 à 08h30

L'ambiance sur les marchés ne s'arrange pas ce lundi matin, alors que le bras de fer commercial entre les Etats-Unis et la Chine prend une tournure monétaire. Sans grande surprise, Pékin laisse filer le Yuan au plus bas depuis 11 ans, lequel pointe sous la barre des 7/$ ce matin, en réponse aux décisions de Donald Trump qui a annoncé en fin de semaine dernière qu'il imposerait à compter du 1er septembre prochain des droits de douane additionnels de 10% sur les 300 milliards de dollars d'importations chinoises non encore taxées. Les indices asiatiques reculent de concert de 2,7% à Hong Kong où les manifestations contre Pékin se poursuivent, -2,5% à Seoul, -1,9% à Tokyo et Singapour... Pékin a aussi annoncé l'arrêt des importations agricoles en provenance des Etats-Unis.

WALL STREET

Après les dernières annonces de Trump sur la Chine, les marchés ont été secoués vendredi, en particulier en Europe (-3,57% sur le CAC40), tandis que le DJ a limité la casse en clôture en repli de 0,37% à 26.485 pts. Le Nasdaq a cédé 1,32% à 8.004 pts et le S&P500 -0,73% à 2.932 pts.
Donald Trump a donc annoncé qu'il imposerait à compter du 1er septembre prochain des droits de douane additionnels de 10% sur les 300 milliards de dollars d'importations chinoises non encore taxées.
Trump a dit espérer une "poursuite du dialogue positif avec la Chine" en vue d'un accord commercial global. Le président américain ressent même que les futures relations entre les deux pays devraient être "très brillantes"... Le président américain a précisé devant les journalistes que les taxes nouvelles au 1er septembre pourraient même être relevées par palier et atteindre 25%. "Je pense que le président Xi veut conclure un accord, mais franchement, il ne va pas assez vite !", a asséné Trump.

Trump a déploré que la Chine, qui "avait accepté d'acheter des produits agricoles américains en quantités", ne l'ait pas fait... "En outre, mon ami le président Xi avait dit qu'il ferait cesser la vente de Fentanyl aux Etats-Unis. Cela ne s'est jamais produit et de nombreux Américains continuent de mourir !", a ajouté le président américain à propos de l'analgésique opioïde à l'origine d'une crise de santé aux USA... Un nouveau volet de discussions est programmé le mois prochain à Washington.

L'indice final du sentiment des consommateurs américains mesuré par l'Université du Michigan pour le mois de juillet 2019 est ressorti à 98,4, en ligne avec le consensus des économistes de la place, et conforme à sa lecture préliminaire.
Les commandes industrielles américaines du mois de juin 2019 sont ressorties en progression de 0,6% en comparaison du mois antérieur, contre un consensus de +0,8% et après un recul prononcé de 1,3% pour le mois antérieur.
Sur le marché des changes, l'euro remonte sur les 1,1130/$ entre banques ce lundi. Du côté des matières premières, le Brent remonte à 61,10$. L'or pointe à 1.445$ l'once.

A surveiller ce lundi en France, l'indice Markit PMI final des services en France. (09h50)
Aux Etats-Unis :
- Indice Markit PMI des services américains. (15h45)
- Indice ISM des services américains. (16h00)

VALEURS A SUIVRE

Fiat Chrysler est ouvert à une relance des discussions de fusion avec Renault, selon son directeur général Mike Manley. Le Wall Street Journal avait rapporté auparavant que Nissan et Renault tentaient de s'entendre pour revoir leur alliance, dans l'espoir pour le groupe français de relancer les négociations de rapprochement avec FCA. D'après le journal américain qui cite des correspondances internes au groupe, Nissan souhaite une réduction de la participation de Renault, qui détient 43,4% du capital du constructeur japonais. Nissan possède de son côté 15% du groupe Renault sans aucun droit de vote.
Les discussions, qui seraient peu avancées, ont débuté dans la foulée de l'échec du projet de fusion entre Renault et FCA et pourraient s'étendre jusqu'à la fin de l'année, écrit encore le Wall Street Journal. Reuters rapportait en juin que Renault et FCA cherchaient comment relancer leur projet de fusion et s'assurer l'aval de Nissan. Citant plusieurs sources au fait des intentions de Nissan, Reuters indiquait que la firme japonaise était sur le point de demander à Renault de réduire de manière significative sa participation dans son capital en échange de son soutien à un rapprochement du groupe français avec FCA...
Rappelons que depuis l'abandon officiel des négociations entre Renault et Fiat, Nissan a présenté un projet de suppression de 12.500 emplois dans le monde d'ici 2022, suite à une chute des résultats du premier trimestre. Le bénéfice d'exploitation trimestriel s'est effondré de 98,5% à 1,6 milliard de yens, plombé notamment par les difficultés en Amérique du Nord, marché marqué par des dépenses accrues et une rude concurrence. Le bénéfice net s'est affaissé de 94,5% à 6,4 milliards de yens. Le chiffre d'affaires a plongé de son côté de 13% à 2.372 milliards de yens. Le groupe a maintenu toutefois sa prévision d'un bénéfice annuel de 230 milliards de yens. Le constructeur va donc user de la manière forte en réduisant fortement ses effectifs, le plan de restructuration complétant les annonces du mois de mai... Le groupe va réduire ses capacités de production, essentiellement sur les usines situées à l'étranger. Nissan va abaisser ses capacités de production et réduire sa gamme de 10% d'ici la fin de l'exercice 2022. Les coupes annoncées représentent environ 9% des effectifs totaux...

AB Science a annoncé les résultats de son étude de phase 3 évaluant le masitinib chez des patients atteints de mélanome non opérable ou métastatique de stade 3 ou stade 4, présentant une mutation du domaine juxta-membranaire (JM) de c-Kit. L'étude de phase 3 (AB08026) était une étude ouverte, contrôlée, comparant le masitinib à la dacarbazine, visant à évaluer l'efficacité et la tolérance du masitinib à la dose de 7,5 mg/kg/jour chez des patients atteints de mélanome non opérable ou métastatique de stade 3 ou stade 4, présentant une mutation du domaine juxta-membranaire de c-Kit. Cette forme de mélanome est très rare et représente moins de 3% des patients atteints de mélanome. Cependant, un inhibiteur de tyrosine kinase ciblant la mutation JM de c-Kit pourrait être bénéfique sur cette population et compléter les traitements d'immunothérapie actuels.
Le critère d'efficacité principal de l'étude était le taux de réponse objective. "Au cours de l'étude, le recrutement dans le bras dacarbazine a été arrêté pour des raisons éthiques à la demande des agences de santé", précise AB Science. Par conséquent, le protocole a été amendé afin d'évaluer le taux de réponse objective du masitinib par rapport au contrôle historique (hypothèse d'une réponse de 15% avec la dacarbazine). Dans cette étude, plus de 500 patients ont fait l'objet d'une présélection pour participer à l'étude. Un total de 30 patients a été recruté et traité avec le masitinib, dont 23 (77%) en première ligne de traitement. Le taux de réponse objective était de 39,1% (p-value = 0,0012) en première ligne de traitement et 33,3% (p-value = 0,0049) indépendamment de la ligne de traitement. Deux réponses complètes ont été observées, dont une réponse complète d'une durée de 1030 jours.

"Ces résultats confirment l'activité du masitinib dans les tumeurs présentant une mutation du domaine juxta-membranaire (JM) de c-Kit et dans les cancers métastatiques. AB Science a toutefois décidé d'arrêter à ce stade le développement du masitinib dans cette indication", explique le groupe. En oncologie, le masitinib est développé dans le cancer du pancréas et dans le cancer de la prostate, les résultats de ces deux études de phase 3 étant attendus en 2020.

Delfingen : Le chiffre d'affaires au 30 juin 2019 progresse de +2,4% à taux de change constants (+5,9% en données publiées) pour s'établir à 114,5 millions d'euros (108,1 ME au 30 juin 2018).
Dans un marché de production automobile mondiale en recul de -6,7%, le chiffre d'affaires 'Automobile' de Delfingen progresse de +3,8% (+7,1% en données publiées) à 91,6 ME. Le chiffre d'affaires des 'Marchés de spécialités' est de 22,9 ME (22,5 ME au 30 juin 2018), soit un recul de -1,7% en données publiées (-3,2% en organique).
"Dans des conditions de marché difficiles, la croissance reste soutenue avec une surperformance de 11 points de la production automobile mondiale", estime le management de Delfingen qui fait valoir : "Cette belle performance traduit les efforts entrepris pour développer de nouveaux relais de croissance dans les textiles de protection des câblages et durites ainsi que dans les tubes techniques pour les transferts de fluide".

Pharmagest : Au 30 juin 2019, le chiffre d'affaires consolidé du Groupe atteint 76,88 ME en progression de 6,55% par rapport au 30 juin 2018.
A périmètre constant (hors acquisition du Groupe Macrosoft en Italie), le Groupe Pharmagest affiche un chiffre d'affaires de 74,68 ME soit une progression de 3,5% par rapport au 1er semestre 2018. Cette croissance s'inscrit dans la continuité du 1er trimestre 2019 qui affichait une progression de 3,93% par rapport au 1er trimestre 2018.
Pharmagest entend poursuivre la dynamique de croissance organique de ses activités et reste serein dans l'atteinte de ses objectifs de croissance et de rentabilité en 2019.
De nouvelles opportunités de développement assurant la croissance future du Groupe sont à l'étude :
Poursuite de la construction de la plateforme de santé "Patient Centrée" visant à améliorer la prise en charge du patient, en intervenant tout au long de son parcours de soins (en ville, à l'hôpital, à son domicile).
Accroissement de la notoriété et de la place d'acteur majeur de la Santé du Groupe avec une visibilité nationale et internationale accrue sur des opérations de partenariats stratégiques en France et en Europe.
Accélération du développement par le biais d'opérations de croissance externe ciblées. Le Groupe confirme sa volonté de poursuivre sa stratégie de diversification sur des métiers Santé à fort potentiel et à forte valeur ajoutée.

Piscines Desjoyaux : Le chiffre d'affaires consolidé ressort à 36,85 ME pour le semestre clos fin février 2019, en hausse de 12,9% par rapport au 1er semestre 2018, soit une hausse de 4,2 ME. Le nombre de bassins 'équivalent 8 x 4' vendus s'établit à 4.044 contre 3.886 au 1er semestre 2018, soit une hausse de 4,1%. Le résultat opérationnel courant semestriel est bénéficiaire de 2,15 ME, contre un déficit de 1,15 ME au 1er semestre 2018. L'Ebitda au 28 février 2019 est positif de 4,95 ME. Le résultat net consolidé semestriel part du groupe est un bénéfice de 1,47 ME contre un déficit de 1,24 ME au 1er semestre 2018. La trésorerie au 28 février 2019 s'élève à 10,4 ME, contre 10,8 ME en février 2018. L'endettement net s'élève au 28 février 2018 à 5,5 ME.
Le groupe escompte au 31 août 2019 une progression du chiffre d'affaires export de près de 8% et une progression du chiffre d'affaires en France de l'ordre de 10% par rapport au 31 août 2018. L'activité du groupe est très saisonnière. L'activité du premier semestre est toujours plus faible que celle du second semestre, tant en terme de chiffre d'affaires que de résultat opérationnel.

Les Nouveaux Constructeurs a signé un contrat de crédit corporate syndiqué d'un montant de 275 millions d'euros et d'une maturité de 5 ans. Ce crédit a pour objet principal le refinancement de l'ensemble des 'crédits promoteurs' (prêts conclus sous forme d'une autorisation de découvert dédiée à un programme de promotion immobilière) utilisés jusqu'à présent par LNC. La mise en place de cette ligne corporate permettra à LNC d'améliorer ses modalités de financement externe et d'accompagner le développement de son activité, en lui donnant une meilleure flexibilité. Elle a été souscrite auprès d'établissements bancaires de 1er rang : BNP Paribas, Société Centrale pour le Financement de l'Immobilier, Banque Palatine, Crédit Agricole Corporate and Investment Bank, Crédit Agricole de l'Ile de France, Banque Européenne du Crédit Mutuel, Société Générale et Arkea.
BNP Paribas, SOCFIM et Banque Palatine sont intervenus en tant qu'Arrangeurs Mandatés et Coordinateurs, CACIB et CADIF en tant que Co-Arrangeurs. LNC était conseillé par le cabinet Goodwin et les prêteurs par le cabinet De Pardieu Brocas Maffei.

Logic Instrument : Le chiffre d'affaires consolidé pour le premier semestre 2019 est en augmentation de 2% par rapport au premier semestre 2018, à 5,66 ME. L'activité du semestre a été moins importante que prévu avec notamment le décalage de livraisons de certains projets sur le troisième trimestre qui ont impacté la France. La bonne progression de l'activité en Allemagne a cependant permis de compenser ces décalages. La marge brute baisse de 0,75 MEUR à 1,34 ME, avec un taux de marge de 23,7% à comparer aux 37,6% du S1 2018. Les charges opérationnelles sont en légère progression et le résultat d'exploitation s'établit à -0,29 ME, contre +0,67 ME un an avant. La perte nette consolidée du groupe s'établit à 0,31 ME sur le semestre clos, contre +0,55 ME de bénéfice un an avant.
La trésorerie nette s'établit à 2,3 ME au 30/06/2019, en baisse de 0,8 ME résultant principalement de l'impact de la CAF pour -0,36 ME et de l'augmentation du besoin en fonds de roulement pour -0,5 ME liée à la progression du stock.
Logic Instrument se dit enfin "confiant dans sa capacité à développer de manière favorable son activité au cours du second semestre 2019, notamment grâce aux commandes enregistrées sur les projets de personnalisation pour Tikeazy et sur le secteur de la défense".

XPO Logistics Europe a publié un chiffre d'affaires consolidé pour le 1er semestre 2019 de 3,203 milliards d'euros, soit une hausse de +5,8% par rapport au 1er semestre 2018. A taux de change constant, le chiffre d'affaires a enregistré une hausse de +4,8%.

Baikowski a signé un protocole d'accord pour l'acquisition, sous réserve de la levée des conditions suspensives, de la société Mathym SAS, située à Champagne-au-Mont-d'Or en France.
Mathym est une entreprise innovante du secteur des nanomatériaux. Elle est spécialisée dans le développement, la fabrication et la commercialisation de nano-dispersions. La société, fondée en 2013, emploie actuellement 10 personnes au sein de ses départements 'R&D', production, QHSE et fonctions support. Conformément à la feuille de route de Baikowski, cette opération permettrait au groupe de disposer d'une nouvelle plateforme technologique, complémentaire à ses savoir-faire...

Medicrea, pionnier de la transformation digitale de la chirurgie de la colonne vertébrale grâce à la technologie UNiD ASI (Adaptive Spine Intelligence), mettant en oeuvre Intelligence Artificielle, Modélisation Prédictive et Implants Rachidiens Personnalisés, annonce aujourd'hui avoir obtenu l'homologation par la FDA de son système de vis thoraco-lombaires TULIP GENESISTM qui complète sa plateforme UNiD ASI.
Avec cette homologation, Medicrea complète sa plateforme en fournissant une solution de vis "top-loading" s'intégrant parfaitement à la technologie UNiD ASI constituant un système complet à la pointe de la technologie rivalisant avec n'importe quelle autre vis du marché, et conçu à la fois pour les déformations complexes de la colonne vertébrale et les chirurgies dégénératives. Il s'agit par ailleurs du seul système de vis top-loading homologué par la FDA qui peut être utilisé avec la tige sur mesure UNiD.

IBA, le premier fournisseur mondial de solutions de protonthérapie pour le diagnostic et le traitement du cancer, annonce aujourd'hui qu'elle a signé un contrat avec IBS (Institute for Basic Science) pour l'installation d'un Cyclone 70 à Daejeon en Corée du Sud. La valeur de l'installation de ce système est estimée entre USD13 et USD16 millions pour IBA, le projet est totalement financé.

Poxel SA, société biopharmaceutique spécialisée dans le développement de traitements innovants contre des maladies métaboliques, dont le diabète de type 2 et la stéatohépatite non alcoolique (NASH), annonce aujourd'hui le lancement d'une étude PK/PD dans le cadre de son programme clinique de phase IIa sur le PXL770, le premier représentant d'une nouvelle classe thérapeutique d'activateur direct de la protéine kinase, activée par l'adénosine monophosphate (AMPK), pour le traitement de la NASH.

Parmi les dernières notes de brokers, Jefferies a abaissé sa recommandation sur Renault d'"acheter" à "sous-performance" en visant un cours de 42 euros. Jefferies reste à l'achat sur Peugeot avec un cours cible ajusté de 25 à 27 euros. Liberum reste à "conserver" sur le dossier L'Oréal avec un cours cible ajusté de 216 à 250 euros.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.