Préouverture Paris : série en cours

Préouverture Paris : série en cours©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 12 mars 2018 à 08h30

LA TENDANCE

La série de hausse se poursuit en Bourse de Paris après 5 séances gagnantes, le CAC40 est attendu en progression de 0,7% ce lundi, alors que la Bourse de New York s'est offerte une fin de semaine dernière en fanfare après des chiffres de l'emploi aux Etats-Unis alliant de fortes créations de postes et des hausses de salaires modestes en février... Les investisseurs sont aussi soulagés du caractère sélectif et plus souple que prévu des barrières douanières imposées par Donald Trump sur l'acier et l'aluminium, sans oublier l'annonce d'une rencontre possible entre le président américain et son homologue nord-coréen Kim Jong-Un, vue comme un signe de détente bienvenu sur la scène géopolitique internationale.

WALL STREET

A la clôture, le Dow Jones a bondi de 1,77% à 25.335 points, tandis que l'indice large S&P 500 a gagné 1,74% à 2.786 pts, et que le Nasdaq composite, riche en valeurs technologiques et biotechnologiques, a grimpé de 1,79% à 7.560 pts, un niveau jamais atteint. Sur l'ensemble de la semaine, les trois indices ont bondi respectivement 3,2%, 3,5% et 4,2%.
Sur le marché des changes, le dollar s'est stabilisé, l'indice du dollar finissant vendredi à 90,13 (-0,06%). Cet indice qui mesure l'évolution du billet vert face à une panier de 6 devises, a signé sur la semaine écoulée une légère hausse de 0,2%. Sur les marchés obligataires, les taux d'intérêt sont remontés vendredi, le rendement du T-Bond américain à 10 ans gagnant 4 points de base à 2,89% , un niveau un peu plus élevé que vendredi dernier (2,86%).

ECO ET DEVISES

Les cours du pétrole ont vivement rebondi après la publication des chiffres de l'emploi et surtout dans la perspective de la rencontre au sommet Trump/Kim : le cours du baril de brut WTI a flambé de plus de 3%, à 62$ pour le contrat à terme d'avril et le Brent de mer du nord a bondi de 3% aussi à 65,45$, un niveau que l'on retrouve ce lundi matin.
Sur la semaine passée, le WTI a repris 1,3%, et il a progressé de 2,7% depuis début 2018, malgré une forte volatilité. Le rebond de vendredi a aussi été aidé par l'annonce d'une baisse du nombre de puits de forage actifs aux Etats-Unis, selon le décompte hebdomadaire du groupe de services pétroliers Baker Hughes. Il s'agit de la première baisse du nombre des puits en activité (-4 à 796) depuis sept semaines.

Le rapport sur l'emploi américain en février a donc été salué par les investisseurs. Les créations de postes ressortent nettement supérieures aux attentes (313.000 au lieu de 205.000 attendues !), mais malgré cela, la mesure d'inflation salariale est restée contenue, ce qui constitue le meilleur scénario possible pour la Bourse.

Le salaire horaire moyen a ainsi progressé de 0,1% en février sur un mois, alors que les spécialistes craignaient une plus forte inflation salariale (+0,2% de consensus). Sur un an, les salaires ont augmenté de 2,6% après +2,9% en janvier, et +2,8% attendu par le consensus. Il s'agit d'une bonne nouvelle pour les marchés actions, qui craignaient une poussée de l'inflation faisant redouter un durcissement monétaire plus rapide de la Fed. Cette dernière a laissé entendre qu'elle remonterait trois fois d'un quart de point son taux des "fed funds" cette année, mais les experts craignent qu'en cas d'inflation, elle n'accélère le rythme en procédant à quatre hausses.
A ce sujet, deux membres de la Fed ont tenu vendredi des propos différents. Le président de la Fed de Chicago, Charles Evans, a indiqué qu'il préférerait que la Fed observe le statu quo lors de sa prochaine réunion des 20 et 21 mars, envisageant tout de même trois hausses de taux cette année. De son côté, Eric Rosengren (Fed de Boston) a plutôt semblé favorable à mener quatre tours de vis avant la fin 2018, compte-tenu des pressions sur les prix et les salaires.
La parité euro / dollar atteint 1,2322 ce matin. L'once d'or se traite 1.321$.

VALEURS A SUIVRE

* EDF : Le groupe a signé un accord industriel avec l'électricien national Nuclear Power Corp of India (NPCIL) "en vue de la mise en oeuvre de six réacteurs nucléaires" à Jaitapur, dans l'ouest du pays. EDF négocie depuis des années pour obtenir la construction de ces EPR. "L'accord-cadre prévoit la remise d'une offre préliminaire par EDF dans les semaines suivant la signature, avec pour objectif d'aboutir à une offre engageante d'EDF vers la fin de 2018", a précisé EDF dans un communiqué.
A l'occasion de la visite d'Emmanuel Macron en Inde, le président français et le premier ministre indien Narendra Modi ont réaffirmé l'objectif de débuter les travaux à Jaitapur fin 2018 et encouragé EDF et NPCIL à "accélérer les négociations contractuelles y afférent".
"Une fois achevé, le projet de Jaitapur constituera la plus grande centrale nucléaire du monde avec une capacité totale de 9,6 GW", ont-ils souligné dans une déclaration conjointe.
La visite d'Emmanuel Macron en Inde qui a débuté samedi se terminera ce lundi, avec l'objectif d'accroître des échanges économiques entre les deux pays et de consolider le partenariat stratégique noué il y a 20 ans, en particulier dans la défense et le nucléaire.

* Safran : Des entreprises françaises et indiennes ont signé pour 13 milliards d'euros de contrats et accords à l'occasion de la visite d'Emmanuel Macron en Inde. Parmi ces différents "deals" figure un contrat majeur pour la fourniture et la maintenance par Safran de moteurs pour Spice Jet. Dans un communiqué publié par le groupe indien, ce dernier précise qu'il entend allouer 12,5 milliards de dollars, 10 milliards d'euros, pour ces moteurs, destinés notamment à ses 155 avions Boeing 737 Max, à CFM International, coentreprise de General Electric et du groupe français Safran.
Parmi les autres deals notables, EDF a donc conclu un accord avec l'électricien national Nuclear Power Corp of India dans le nucléaire. Dans le domaine ferroviaire, un protocole d'accord entre la SNCF et le ministère des Chemins de fer a été bouclé. Une convention de prêt de 100 millions d'euros de l'Agence française de développement doit par ailleurs soutenir un programme sur les villes durables ("Smart cities"). Un contrat avec Suez pour la distribution d'eau potable et la modernisation du réseau de la ville de Devangere et un contrat entre Air Liquide et Sterlite Tech ont aussi été signés...

* Canal+ : Le groupe a annoncé samedi dans un communiqué avoir décidé de rétablir la diffusion de TF1 pour l'ensemble de ses abonnés, dans le cadre du bras de fer sur le montant de la rémunération réclamée par la première chaîne. Canal+ avait déjà annoncé mercredi dernier le rétablissement de la diffusion de TF1 sur toute son offre satellitaire, dont TNT Sat, interrompue depuis le 1er mars.
Le groupe a décidé d'étendre vendredi ce rétablissement à "l'ensemble de ses réseaux et pour l'ensemble de ses abonnés" (...), "Concernant les services et fonctionnalités associées à ces chaînes, le groupe Canal+ est disposé à négocier avec le groupe TF1 la rémunération de ces services sur une base raisonnable et non discriminatoire par rapport aux accords signés avec les autres distributeurs", a précisé ce communiqué.

* Solocal Group : L'Assemblée Générale Mixte des actionnaires s'est tenue le 9 mars 2018 sous la présidence de Pierre Danon, pour la première fois depuis son élection en tant que Président du Conseil d'Administration.
Toutes les résolutions proposées au vote des actionnaires de SoLocal Group ont été approuvées. Ces résultats témoignent du soutien des actionnaires de SoLocal Group à la nouvelle équipe dirigeante.

* Carbios : La société pionnière dans le domaine de la bioplasturgie annonce avoir franchi une nouvelle étape dans le développement de son procédé de dépolymérisation enzymatique en le rendant applicable aux fibres de polyester PET des déchets textiles.

* Sanofi et Regeneron Pharmaceuticals, ont annoncé que l'essai clinique Odyssey Outcomes avait atteint son critère d'évaluation principal et montré que Praluent (alirocumab), en complément de statines à la dose maximale tolérée, a permis de réduire significativement le risque d'événements cardiovasculaires majeurs chez les patients ayant présenté récemment un événement coronarien aigu, tel qu'un infarctus du myocarde.

* Groupe Partouche : Trois casinos du groupe Partouche du sud de la France ont été perquisitionnés ce week-end dans le cadre d'une enquête du parquet de Marseille pour "blanchiment de fraude fiscale" notamment, a appris Reuters dimanche de source policière...
L'enquête a été ouverte des chefs de "blanchiment de fraude fiscale, tenue illicite d'une maison de jeux et de hasard, abus de bien social".
Les perquisitions, menées par le Service central des courses et jeux, se sont déroulées samedi soir dans les casinos de Cannes, Bandol et La Grande-Motte... La fermeture administrative des trois établissements a été demandée, a-t-on indiqué de source proche du dossier, précise Reuters. Six personnes ont été placées en garde à vue...

* Alstom : Le groupe a finalisé dans les délais prévus la première locomotive électrique fabriquée sur son nouveau site de Madhepura dans l'Etat du Bihar en Inde. Conformément aux objectifs du Gouvernement et des Chemins de fer indiens, qui visent une électrification du réseau à 100% et une transition vers la mobilité durable, ces nouvelles locomotives vont à la fois diminuer les coûts opérationnels et réduire les émissions de gaz à effet de serre.

* Locindus : Le produit net bancaire de 18,2 ME est en hausse de 20,6% par rapport à l'exercice 2016 (15,1 ME). Avec la maîtrise des charges d'exploitation, les charges d'exploitation s'établissent à 5,1 ME, en baisse de 0,3 ME par rapport à 2016 (5,4 ME). Le résultat brut d'exploitation ressort à 13 ME, en hausse de +34,9% par rapport à celui de l'exercice 2016 (9,7 ME). Le coût du risque est légèrement positif à 0,1 ME sur l'exercice 2017, traduisant la bonne maîtrise des risques.
Le résultat net consolidé de l'exercice s'établit à 9,5 ME, en hausse de +38,7% par rapport à l'exercice 2016 (6,8 ME). Le résultat net social de Locindus SA s'établit à 8,2 ME en hausse de +40,8% par rapport à l'exercice 2016 (5,8 ME). Cette hausse des résultats résulte des produits non courants de l'exercice.
Les engagements totaux de Locindus (bilan et hors bilan) de 689,6 ME au 31 décembre 2017 sont en diminution de 5,4% sur un an (729,2 ME au 31 décembre 2016). Les engagements de crédit-bail immobilier et de location longue durée sont stables. La diminution porte sur les engagements de prêts hypothécaires. Les nouvelles opérations continuent d'être refinancées par des lignes contractées auprès du Crédit Foncier. Au 31 décembre 2017, l'encours de refinancement de la société auprès du Crédit Foncier s'élève à 393,7 ME.
Les fonds propres consolidés de la société se montent à 260,4 ME au 31 décembre 2017.
Le Conseil d'administration a décidé de proposer à l'Assemblée générale des actionnaires le versement d'un dividende de 0,89 euro par action, soit la totalité du résultat consolidé courant et non courant de l'exercice 2017.
Les objectifs d'activités pour l'exercice 2018 sont comparables à ceux de l'exercice précédent. Les réalisations resteront dépendantes principalement de l'évolution des marchés immobiliers, de leurs cycles, des taux d'intérêts et des taux de rendement, dans le contexte de la poursuite d'une forte concurrence sur les opérations de qualité.

* Fromageries Bel : Le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 3,346 milliards d'euros (2,936 MdsE pour l'exercice 2016), en croissance de +14%. En excluant les effets négatifs du change de -2,1% et celui de l'entrée dans le périmètre du Groupe de MOM qui représente 13,8% de la croissance du chiffre d'affaires, la croissance organique de Fromageries Bel s'établit à +2,3% pour l'ensemble de l'exercice.
L'activité du Groupe a été pénalisée en particulier dans les pays de la zone Moyen-Orient-Grande Afrique, durablement touchée par l'instabilité politique et économique, et par la baisse du pouvoir d'achat des populations. En Europe et au Moyen-Orient-Grande Afrique, les hausses de tarif ont été modérées et n'ont pas permis de compenser la forte augmentation des prix des matières premières laitières.
Le résultat opérationnel de l'année est aussi impacté par des effets de change négatifs significatifs. A 215 ME, il s'affiche en retrait de -27,9% par rapport à l'exercice précédent (298 ME). Le résultat financier 2017 s'établit à - 37 ME, et reflète à la fois l'augmentation du coût de l'endettement financier net résultant de l'acquisition du Groupe MOM en décembre 2016, et un effet de change négatif en 2017 contre un effet positif en 2016.
Le résultat net part du Groupe de l'exercice 2017 s'élève à 180 ME (213 ME en 2016), en baisse de -15,6%.
La structure financière du Groupe reste solide. Les capitaux propres totaux s'établissent à 1,714 MdE au 31 décembre 2017 (1,667 MdE au 31 décembre 2016). La dette financière nette s'inscrit à 632 ME en fin de période.
Le Conseil d'administration du 8 mars 2018 a proposé la distribution d'un dividende de 7 euros par action. Il sera détaché le 18 mai et versé le 22 mai, après approbation par l'Assemblée générale annuelle convoquée pour le lundi 14 mai prochain.
En 2018, l'incertitude reste forte dans certaines régions où le Groupe détient des positions importantes, comme au Proche et Moyen-Orient. La situation économique dans les zones de conflit reste très difficile, et n'offre pas de visibilité au cours des prochains mois.
Sur les marchés matures et notamment en Europe, l'année 2018 débute avec des négociations commerciales à nouveau tendues, avec une revalorisation tarifaire insuffisante pour couvrir l'investissement dans la revalorisation de la filière laitière, et ce malgré les engagements pris dans la droite ligne des Etats Généraux de l'Alimentation qui se sont tenus au second semestre de 2017 en France. En effet, Bel a signé un accord inédit avec ses principaux producteurs français visant à leur offrir des perspectives et une visibilité contractuelle de plus long terme, ainsi qu'une revalorisation significative des productions laitières, en contrepartie d'engagements concrets pour le développement d'une filière plus durable. Le Groupe est convaincu de la nécessaire construction d'un modèle responsabilisant l'ensemble des acteurs de la chaîne de valeur, du producteur au consommateur.
Le Groupe poursuivra ses efforts de productivité industrielle et de gestion attentive de ses ressources afin d'assurer le financement de son développement. Dans l'ensemble de ses géographies, il entend ainsi poursuivre sa croissance et gagner des parts de marché, en particulier dans les zones où le snacking se développe. Il poursuivra sa stratégie offensive, afin de développer ses positions mondiales en s'appuyant sur la vitalité de ses marques et le talent de ses équipes.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
5 commentaires - Préouverture Paris : série en cours
  • avatar
    pigeonxxl38 -

    vous imaginez un peu la scène chez le Tueur recevant ses amis(es) le perroquet son oiseau de compagnie "loser loser tu pue de cul tu pue du cul" Ha Ha Ha Ha !

  • avatar
    Mdr -

    Humm ! Une progression pour le fun dans l'attente selon un calendrier bien précis.La temporisation bientôt en sursis ?

    avatar
    Tueur -

    regarde comment on fait Camarade planqué ......

    avatar
    Mdr -

    Petit rigolo je n'ai rien a regarder ! J'étais également présent en 99......Bonne journée.

    avatar
    Tueur -

    t'es donc un loser, t'as répliqué le mouvement moutonnier internet ??????

    avatar
    Mdr -

    Eh, ma bonne couille ! Une époque qui ne se reproduira pas ou je me suis gavé comme jamais.Merci de t'abstenir de tes commentaires vaseux.Les trous du cul comme toi,j'en fait tous les matins en allant me soulager.Mdr

  • avatar
    glandeur -

    avec tout cela la France va se ruinée nous ne sommes pas capable de tenir les délais alors les pénalités de retard vont tomber par milliards

    avatar
    Tueur -

    ???????????

  • avatar
    Tueur -

    + 0,44 % à l'ouverture !

    avatar
    pigeonxxl38 -

    tes prévisions sont celles d'un trollichon ...

  • avatar
    Tueur -

    Allez, aujourd'hui on se fait une pleine "cagnotte" de plus-values ........