L'aide au logement MaPrimeRénov' a su trouver son public

L'aide au logement MaPrimeRénov' a su trouver son public©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 29 janvier 2021 à 11h35

Près de 192.000 foyers, principalement des ménages "très modestes", ont déposé une demande pour procéder à des travaux de rénovation énergétiques de leurs logements. Un bon démarrage.

Lancé l'année dernière en remplacement du CITE, MaPrimeRénov', le dispositif d'aide publique à la rénovation énergétique des logements a été rapidement adopté par les Français.

Son financement a fait l'objet en 2020 de près de 192.000 demandes, dont 141.143 ont été déjà instruites pour un montant total de 570 millions d'euros. Le montant moyen des primes versées s'est élevé à 4.039€.

Une adhésion rapide

Réservée en 2020 aux catégories de ménages les plus modestes, MaPrimRénov' a bénéficié avant tout aux foyers des déciles 1 et 2 (64% des dossiers instruits), qu'elle a clairement séduit : 71% des bénéficiaires de MaPrimRénov' considèrent qu'ils n'auraient pas fait réaliser des travaux de rénovation énergétique sans cette prime, et 90% se déclarent satisfaits de cette aide financière.

Sans être simple (notamment en ce qui concerne les barèmes), son octroi apparaît tout de même moins fastidieux que le crédit d'impôt CITE et surtout plus rapide grâce à un processus entièrement digitalisé, permettant aux demandes de rapidement affluer malgré la crise sanitaire.

Délais de traitement

L'Agence nationale de l'habitat (Anah), en charge de l'instruction des dossiers et du versement des primes, ne cache pas d'ailleurs avoir été victime de son succès. Entre les périodes de confinement et quelques « soucis techniques rencontrés sur la plateforme », les demandes ont souffert de délais de traitements rallongés, mais l'agence est parvenue à redresser la barre en fin d'année, assurant que l'engagement de verser les primes dans les 15 jours après le dépôt des dossiers (complets) « est désormais tenu ».

Sans surprise, le dispositif a principalement été utilisé pour des travaux ponctuels, et non pas pour une rénovation globale des logements qui demande un reste à charge onéreux pour les foyers modestes. L'essentiel des demandes a concerné le remplacement des systèmes de chauffage (72%), loin devant l'isolation (26%) et la ventilation (2%).

Les ménages aisés désormais éligibles

Son éligibilité désormais ouverte aux ménages les plus aisés ainsi qu'aux propriétaires-occupants et aux copropriétés (ainsi qu'aux bailleurs en juillet prochain), le nombre de demandes MaPrimRénov' devrait davantage s'accélérer cette année, et concerner plus de rénovations globales grâce à une nouvelle aide forfaitaire de 3.500€ ou 7.000€ selon le niveau de revenus des foyers concernés.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.