Le grand écart des frais de clôture de comptes lors d'une succession

Le grand écart des frais de clôture de comptes lors d'une succession ©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 06 janvier 2021 à 15h52

60 Millions de consommateurs dénonce des modes de calcul opaques et des frais trop élevés qui n'ont cessé d'augmenter...

"60 Millions de consommateurs" épingle dans son premier numéro de l'année les frais appliqués par les banques pour la clôture de comptes lors d'une succession. Ces frais n'ont cessé d'augmenter ces dernières années alors que peu de clients s'en soucient naturellement en choisissant leur banque. Ce n'est que lors d'un décès que ces commissions apparaissent alors...

Des modes de calculs loin d'être harmonisés

Le magazine de l'Institut national de la consommation a notamment calculé les frais appliqués par les douze principaux établissements bancaires et dénonce des modes de calcul opaques. Il faut dire que ces frais peuvent être variables, forfaitaires, fixés en pourcentage des avoirs du défunt ou selon un mix des deux. Si aucune banque ne fonctionne de façon identique aux autres, le système le plus répandu consiste à ponctionner des commissions proportionnelles au montant des avoirs détenus par le client au jour de son décès.

Des frais forfaitaires souvent élevés

D'après l'enquête de 60 Millions de consommateurs, lorsque les avoirs du défunt ne dépassent pas 300 €, le principe de gratuité des frais prévaut dans quelques banques mais pour d'autres le montant forfaitaire des frais ne laissera rien aux héritiers. Pour des avoirs de 30.000 €, les frais de clôture peuvent grimper à 544 € pour la banque la plus chère contre 203 € pour la moins chère. A noter que les banques en ligne sont souvent les plus mal positionnés pour ces frais particuliers.

Le magazine juge donc qu'il est temps de protéger le consommateur grâce à une intervention des pouvoirs publics pour réglementer ces frais.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.