Revalorisation salariale historique des aides à domicile

Revalorisation salariale historique des aides à domicile©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 02 avril 2021 à 16h31

Attendue de longue date par la profession, la hausse de salaires sera applicable au 1er octobre.

Attendue de longue date par la profession, la hausse de salaires sera applicable au 1er octobre.

Annoncée par le gouvernement avec la mise en place des primes Covid le mois dernier, la revalorisation des salaires des "travailleurs de l'ombre", ces professionnels particulièrement exposés au risque sanitaire en 2020, devrait se concrétiser dès le 1er octobre pour une partie d'entre eux.

2,2% à 13% d'augmentation selon l'ancienneté

La ministre déléguée chargée de l'Autonomie, Brigitte Bourguignon, a indiqué que les aides à domicile intervenant auprès des personnes âgées et handicapées bénéficieront à compter de cette date d'une augmentation salariale "historique", jusqu'à 13 à 15% pour les personnes disposant d'une certaine ancienneté.

La revalorisation d'un salarié sans ancienneté à l'échelon le plus bas et touchant aujourd'hui le Smic atteindra par exemple 2,2%.

L'annonce a été saluée par les représentants du secteur : la revalorisation des salaires avait déjà fait l'objet d'un avenant à la convention collective de la branche. Négociée l'an dernier par les partenaires sociaux, elle attendait depuis le feu vert de l'Etat.

Dans un communiqué diffusé aujourd'hui, l'Union des syndicats des employeurs de la branche de l'aide à domicile (USB-Domicile) "se félicite d'une décision historique qui permettra la plus forte revalorisation des emplois et des rémunérations depuis 2002 Cet accord permettra aussi une revalorisation salariale pour les salariés des services de soins infirmiers à domicile et des Centres de Soins Infirmiers qui sera au moins équivalente au bénéfice du Ségur de la santé"." Selon l'union patronale, 220.000 salariés sont concernés par ces revalorisations salariales.

Financement

Pour financer cette mesure, l'Etat avait fait voter une dotation annuelle de 200 millions d'euros dans la loi de finances de la Sécurité sociale 2021. Charge aux départements de contribuer de leur côté d'un montant équivalent, sauf pour le dernier trimestre 2021, où l'Etat portera exceptionnellement sa contribution à 70%, a fait savoir la ministre délégué chargée de l'Autonomie.

Mais la répartition de cette prise en charge financière est froidement accueillie par les départements. L'Assemblée des départements de France (ADF) n'a « pas accepté cette proposition », rapporte Le Monde, car elle considère que le compte n'y est pas. L'AFD estime que la revalorisation devrait coûter aux seuls départements entre 400 et 600 millions d'euros, soit deux à trois fois plus que les projections de l'Etat.

« Le gouvernement ne peut pas nous demander de payer s'il ne met pas davantage sur la table », a déclaré au quotidien Frédéric Bierry, chargé des questions sociales à l'ADF. De son côté, l'USB-Domicile évalue que le dispositif devrait coûter 631 millions d'euros par an.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.