Vols annulés non-remboursés : l'UFC-Que Choisir assigne en justice 20 compagnies aériennes

Vols annulés non-remboursés : l'UFC-Que Choisir assigne en justice 20 compagnies aériennes©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 19 mai 2020 à 12h49

L'association de consommateurs embraye après les mises en demeure sans réponse, adressées à plusieurs compagnies aériennes accusées de faire obstacle au droit au remboursement des passagers aériens aux vols annulés, du fait de la crise sanitaire.

L'UFC joint l'acte à la parole. L'association de consommateurs indique que de nombreux transporteurs aériens ont ignoré son avertissement, conforté par la Commission européenne, en imposant aux passagers des bons d'achat en guise de remboursement de leur vol annulé. En avril, l'UFC avait visé 57 compagnies, dont certaines ont aujourd'hui modifié leurs modalités de remboursement en permettant aux passagers de choisir entre un remboursement en argent ou un bon d'achat. Or aujourd'hui, « la majorité des transporteurs persiste à imposer des avoirs, au mépris de la réglementation ».

Abus

L'association de consommateurs accuse certaines compagnies de faire « croire aux consommateurs que la situation particulière de pandémie leur permettrait de ne proposer qu'un bon d'achat. D'autres acceptent de rembourser leurs passagers mais en suspendent le paiement jusqu'à une date indéterminée, voire après la fin de la crise sanitaire ».

L'UFC pointe particulièrement l'annonce d'Air France qui limite le droit au remboursement pour les seuls vols annulés après le 15 mai. « Il n'est pas acceptable que les consommateurs subissent une discrimination selon la date d'annulation, cette dernière étant qui plus est fixée discrétionnairement par la compagnie aérienne », poursuite-elle. En conséquence, l'association a lancé une action devant le tribunal judiciaire de Paris contre les principales compagnies aériennes qui ne respectent pas ce choix, et demande aux juges de contraindre les transporteurs aériens, sous astreinte, de mettre fin à leurs agissements illicites.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.