2020, grande année du Livret A et du LDDS !

2020, grande année du Livret A et du LDDS !©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 20 janvier 2021 à 10h41

La collecte de ces deux livrets rémunérés à 0,5% a représenté 35,2 milliards d'euros, en grande partie alimentée par l'épargne forcée des ménages les moins impactés par la crise sanitaire.

La collecte de ces deux livrets rémunérés à 0,5% a représenté 35,2 milliards d'euros, en grande partie alimentée par l'épargne forcée des ménages les moins impactés par la crise sanitaire.

La collecte sur le Livret A de l'année 2020 a finalement atteint 26,4 milliards d'euros selon les chiffres de la Caisse des Dépôts et Consignation. Malgré une légère décollecte en décembre, dépenses de fin d'année obligent, il s'agit de la deuxième plus forte collecte de l'histoire du placement sécurisé préféré des Français, après celle de 2012 qui avait été boostée à l'époque par le relèvement du plafond (22.950 € désormais).

35,2 milliards d'euros de collecte sur les deux livrets

L'an dernier, ce sont aussi 8,8 milliards d'euros supplémentaires qui ont garni les avoirs du Livret de développement durable et solidaire (LDDS). Au total, la collecte de ces deux livrets rémunérés à 0,5% a représenté 35,2 milliards d'euros, en grande partie alimentée par l'épargne forcée des ménages les moins impactés par la crise sanitaire.

A cela s'ajoute une capitalisation annuelle des intérêts pour un montant de 2,17 milliards d'euros, portant l'encours total sur les deux livrets à un montant record de 448,3 milliards d'euros à fin décembre 2020.

Préférence pour les liquidités

Philippe Crevel, Directeur du Cercle de l'Épargne observe que le Livret A et le LDDS, malgré leur forte collecte, sont dépassés par un « non-placement », les dépôts à vue sur les comptes bancaires, pour l'affectation de l'épargne « covid ». « Les Français ont, en effet, laissé sur leurs comptes courants, une grande partie de l'argent non consommé », souligne-t-il.

Alors que la consommation demeure entravée par les restrictions imposées afin de limiter la diffusion de la covid-19, Philippe Crevel estime qu'un relâchement de l'effort d'épargne de précaution n'interviendra qu'avec le recul de l'épidémie qui sera facilité avec la vaccination de la population, d'autant que le risque économique conduira les Français à conserver un fort volant d'épargne liquide cette année.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.